1.06 – Pilot error

1067h30 à 50 milles nautiques à l’ouest de San Diego :

Deux Tomcat viennent de prendre leur envol et les deux pilotes, les lieutenants Pendry et Mc Kee échangent un clin d’œil. Des marines surveillent le ciel grâce à des jumelles : « les enfoirés, ils viennent de nous envoyer deux avions, on va se les faire ! » dit l’ un d’eux, ce sont tous des guignols !

Le lieutenant Pendry contacte le contrôle de Miramar : « je suis en route pour le point alpha » Miramar répond « Red dog, la voie est libre, terminé » ; Red Dog (Pendry) à Wild Cat (Mc Kee) : « prêt à venger l’honneur de l’escadrille ? » ; les deux pilotes se donnent rendez-vous tout à l’heure sur le pont, et Mc Kee s’écarte de sa trajectoire et suit le lieutenant Pendry des yeux. Le contrôle annonce le point bravo dans 10 secondes, on entend le lieutenant Marcus dire à son co-équipier qu’il ferait mieux de relever les pieds, l’autonome est enclenché et Pendry dit : « et maintenant, sans les mains ! » Red Dog arrive sur le point Bravo, et plonge, l’autonome semble les positionner trop haut, « ils » vont les voir, Red Dog dit qu’on va apprendre quelque chose à cet ordinateur, mais en quelques dixièmes de secondes, tout est joué, l’appareil s’est crashé. Les Marines au sol appellent la base. Le contrôle demande à Mc Kee d’abandonner la mission, de reprendre l’altitude de départ et de survoler le point de contact sur Alpha ; pourquoi ? un appareil vient de se crasher, voit-elle un parachute ? Négatif, Miramar, aucun parachute et le visage de Tess Mc Kee trahit son angoisse.

7h45 Base aéronavale de Miramar :

Le lieutenant Stans est venu accueillir Meg et Harm, et tout en marchant vers le lieu de l’accident, il leur explique ce qu’il sait : la mission du Lieutenant Pendry consistait à simuler une attaque pour que les Marines testent leurs missiles « Avenger ». C’était la mission la plus difficile de la compétition organisée par l’escadrille du Lieutenant. Aucun des pilotes de l’escadrille qu’il avait entraînée n’avait réussi ; il devait arriver en rase-mottes depuis un point pré-établi et son ailier devait arriver d’une autre direction – cet ailier, le Lieutenant Tess Mc Kee est l’un des meilleurs à ce que l’on dit. Si les Marines l’avaient repéré ? personne ne l’a vu avant qu’il ne débouche de cette colline, là-bas, mais …à l’envers ! Harm se récrie : « quoi, sa mission était d’arriver sur l’adversaire en rase-mottes et sur le dos ?! » Le Lieutenant Stans répond : « d’autant plus curieux, qu’il volait à l’autonome, on ne comprend pas pourquoi il était inversé » et il explique à Harm que l’autonome est un système de navigation radar autonome à basse altitude.

Harm s’étonne qu’un matériel de l’AirForce soit utilisé dans la Navy et Meg parle alors des coupes sombres dans les budgets du Département de la Défense qui souhaite utiliser des équipements communs aux services pour réaliser des économies ; Harm est consterné : les économies de bouts de chandelle coûtent cher en vies humaines.

« ce crash n’est pas dû au système de navigation autonome » dit une voix derrière eux : Monsieur James Reed, de chez Macroplex continue : « nous vérifions tout incident qui affecte nos systèmes , d’ailleurs le Pentagone l’exige, jusqu’à la perfection, et on s’en approche » Et comme Harm proteste devant cette affirmation, il ajoute : « ne tirez pas de conclusion trop hâtive sur le système et je n’en titrerai pas sur le Lieutenant Pendry ».

Les Lieutenants Pendry et Marcus ont été tués sur le coup, dit le Lieutenant Stans et Meg et Harm en s’approchant découvrent le cratère creusé par l’appareil ; Harm regarde tristement en contrebas l’emblème de l’escadrille des « Hawlers » enfoncé dans le sol.

Le Commandant reçoit Harm et Meg dans son bureau : le Lieutenant Pendry était l’un des meilleurs, une nature ; c’est d’ailleurs peut-être ce qui le poussait un peu plus loin que les autres ;Meg demande s’il prenait des risques ? « dans ce milieu, vous prenez des risques chaque fois que vous sortez voler, nous en prenons tous, Lieutenant »Il poussait la machine, il allait au-delà des limites de la machine, peut-être ? Il allait plus loin que les autres parce q’il avait assez de talent pour pouvoir y arriver : Meg le bombarde de questions, se montre agressive et Harm lui ordonne assez rudement d’aller retrouver le Lieutenant Mc Kee.

En sortant, elle entend la conversation de deux pilotes en train de se détendre en jouant au billard : Luke se fichait totalement que la mission soit réelle ou simulée, mais arriver sur le dos pour éviter l’accélération de 4 G, il faut être malade ; non, super-doué, répond l’autre. Elle va à la rencontre du Lieutenant Mc Kee, dit qu’elle est navrée, que son équipier avait la réputation d’être un type bien : « Vous êtes encore loin du compte ».

Le Commandant poursuit sa conversation avec Harm : il a appris ce qu’il avait fait sur le Seahawk. Vous n’aviez pas volé sur Tomcat depuis 4 ans ; Harm répond qu’il a eu de la chance, il en faut quelques fois et ils reviennent à l’accident : Harm dit que ce sont tous d’excellents pilotes, le Commandant ajoute que Luke aurait voulu être celui qui avait dompté cet avion, non il n’est pas allé trop loin, il a manqué de chance.

Dans le bureau, Mc Kee explique à Meg et Harm que les conditions étaient idéales ; le Lieutenant Pendry et elle volaient ensemble depuis trois mois sans aucun problème ; Meg observe qu’ils détestent les radars autonomes, Mc Kee confirme : aucun pilote n’apprécie de laisser le contrôle à une boîte noire ; a-t-il pu déconnecter le système ? Jamais il ne l’aurait fait, c’était un professionnel ; y a-t-il eu défaillance ? elle ne sait pas, elle n’était pas dans le cockpit avec lui. S’il était à la limite ?La compétition réclame qu’on se serve du système, Luke l’a fait. Harm la remercie alors que Meg dit avoir d’autres questions à lui poser ;ils lui en poseront au fur et à mesure de l’avancement de leur enquête . une fois seuls, elle se tourne vers lui, plutôt furieuse, ils sont presque nez à nez : « A quoi jouez-vous », dit-elle ; Harm temporise, il faut la laisser souffler et quand elle lui rappelle qu’ils ont une enquête à mener, il l’envoie chercher des informations sur l’autonome à la Marine et à l’AirForce, tous les problèmes rencontrés, toutes les défaillances même les plus insignifiantes, lui il va rendre visite à la femme du Lieutenant Pendry.

Quand il arrive devant la maison, il aperçoit un visage d’enfant derrière une vitre, il est comme statufié par les souvenirs du passé qui affluent : un flash-back nous ramène au moment où le visage collé contre une vitre, il a vu arriver deux officiers, sa mère se précipitant vers la porte pour répondre à la sonnerie et … la porte s’ouvre : Annie, dit Harm, doucement et le regard incrédule Annie le fixe et dit que dans un réflexe, elle allait appeler Luke pour lui annoncer sa venue. Elle s’effondre dans ses bras en pleurs. Son fils s’approche alors ; Harm s’accroupit pour être à sa hauteur, lui dit bonjour, et Josh s’enfuit.

Annie pense qu’il n’a pas compris ce qui est arrivé, Harm, fort de son expérience personnelle, est sûr que oui. Ils sortent dehors et vont s’asseoir sur la balancelle ; Harm écrase un jouet en bois, un Tomcat, appartenant à Josh ; il va le récoler. Annie lui dit de ne pas s’embêter avec ça, elle voulait s’en débarrasser. Elle lui demande si ça lui manque de voler et il répond : « un peu de temps en temps, quand je n’arrive pas à trouver un zinc pour m’amuser » et Annie constate : « il n’y a que ça qui compte en fait, vous vous amusez, vous n’êtes que des enfants qui jouent avec de grands jouets » Harm songeur répond : « je préfère penser qu’il y a un peu plus que ça » avant de lui annoncer que c’est lui qui a été chargé de l’enquête ; elle est surprise qu’on ait confié l’enquête à un ami de Luke ; en fait, la hiérarchie ignore qu’ils se connaissaient. Elle est certaine que « Luke n’aurait pas voulu que tu t’attires des ennuis à cause de lui » Et, il répond « oh, que si » ; ils se sourient en pensant à Luke.

Sure ces entrefaites, Josh vient vers eux : « vous avez volé avec mon Papa ? » « il y a longtemps » dit Harm ; « c’était lui le meilleur, dit le petit garçon ; pourquoi a-t-il eu un accident ? » Harm lui promet : « je n’en sais rien, Josh, mais je vais le découvrir »

8h15, Base aéronavale de Miramar :

On entend Harm dire à Meg que c’est bien la dernière fois qu’il se fie à des renseignements communiqués par une serveuse de club ; Meg réplique, moqueuse, qu’à la façon dont elle le regardait, elle a dû lui indiquer le chemin de sa maison ! « Très amusant, Lieutenant, très amusant , dit Harm. « vous avez trouvé quelque chose ? » non aucun accident signalé ; les systèmes sont initialisés toutes les 16h 30 de vol, ces chiffres sont- ils ceux de la Marine ou de l’Airforce ? elle devra le vérifier ; ils arrivent alors devant un bâtiment qui porte l’inscription « Combat Simulation Center ».

Harm : « Navré d’être en retard mais nous avons été mal aiguillés » James Reed : « est-ce une façon pour un pilote de dire qu’il s’est perdu ? » Harm : « les pilotes se perdent rarement, ils sont momentanément désorientés » Le ton est donné, ni l’un ni l’autre n’est prêt à lâcher quoi que ce soit.

Le Lieutenant Stans présente alors les deux visuels de la mission, celui qui était programmé et celui qui a eu réellement lieu. Le Lieutenant devait amorcer sa descente, au point Bravo, enclencher l’autonome et au point Charlie lancer les missiles et s’échapper aussitôt. Dans la réalité, il a amorcé sa descente conformément aux ordres et une seconde 5/10ème avant le point Charlie, il s’est retourné et a touché le sol 7/10ème de seconde plus tard.

James Reed prétend que le Lieutenant Pendry a désactivé le système et a repris le contrôle avant de se retourner. Harm se rebiffe : « je n’ai rien vu de cela ! » le Lieutenant Stans alors lui montre le radar : le système autonome possède un commutateur de mise en fonction qui conserve sa position une fois enclenché ; celui-ci n’avait pas été poussé apparemment ; l’ingénieur de Macroplex enfonce le cou : si on ne s’en sert pas, on ne peut rien lui reprocher. Harm suggère un mauvais fonctionnement ; mais ils n’en ont eu aucun, même les recherches du Lieutenant Austin n’ont pas abouti. M.Reed ajoute que le Lieutenant Pendry a pensé qu’il pouvait faire mieux que tout le monde et a coupé le système pour franchir la colline à l’envers et Meg complète : « pour éviter les G négatifs », Harm se retourne vers elle, et la tue du regard.

James Reed dit qu’il comprend sa position, Luke et lui étaient à l’Ecole de l’Air ensemble –regards médusés du Commandant de la base et de Meg- … « je ne pensais pas lever un lièvre en disant cela… » Harm en avale sa salive et d’un ton tranchant lui dit : « ce fait n’affecte absolument pas mon objectivité ! » ce à quoi James Reed répond : « cela l’a déjà altéré, Lieutenant ! »

Dans un bar fréquenté par des militaires Harm fume un cigare, attablé au comptoir, quand le Lieutenant Mc Kee s’approche de lui. Elle le remercie de défendre Luke, tous lui en sont reconnaissants ; Harm rétablit les choses : « je veux absolument connaître la vérité et j’espère que Luke est du bon côté » .

Le barman accroche au mur une photo de Luke Pendry aux côtés de nombreuses autres ; un Marine présent dit qu’il n’a pas à y figurer, d’ailleurs tous sont des bâtards : Tess, dans un réflexe, lui envoie un uppercut au visage. Harm la retient, tente de l’excuser, elle était son équipière ; le Marine se frotte la joue et dit qu’après ce qu’elle vient de faire, elle devait être plus que cela ; il se reprend un coup de poing dans l’estomac ; Harm intervient à nouveau mais le Marine le frappe en disant qu’il ne frappe jamais les dames, moi non plus dit Harm, qui le frappe à son tour.

Harm reconduit Tess à la base ; il lui demande depuis combien de temps elle connaît Luke ; elle était très liée ? elle répond qu’il est bien placé pour le savoir, les pilotes s’entendent à merveille, ce qui ne veut pas dire qu’ils aient couché ensemble. Au moment de le quitter, elle se penche à la portière et lui dit : « je n’irais pas jusqu’à dire que je n’éprouvais rien pour Luke… il me manque, si vous saviez.. Harm répond « A moi, aussi »

Cimetière d’Arlington : le Commandant reçoit la bannière étoilée et va la remettre à Annie assise aux côtés de Josh ; Harm et Meg sont présents. Les Marines tirent trois salves, sonnerie « Aux Morts » et une formation de quatre Tomcat traverse le ciel, et comme à l’accoutumée, l’un d’entre eux s’élève seul vers le ciel ; Josh, debout, salue, sous le regard de Harm, attendri.

A la fin de la cérémonie, James Reed vient présenter ses condoléances à Annie puis dit à son fils : « Mon grand, ton papa était très bien et un pilote hors pair, tu peux être fier de lui » Quand Harm remarque qu’il ne pensait pas ce qu’il vient de dire, James Reed explique qu’il était sincère, il a une famille lui aussi et ajoute que ça l’ennuierait que la mémoire du Lieutenant soit entachée par quelque chose de pas honnête et comme Harm veut des éclaircissements, il lui dit de laisser l’eau couler sous les ponts.

Harm et Meg se retrouvent seuls : Harm lui doit des excuses pour ne rien lui avoir dit de ses relations avec Luke ; elles sont déjà acceptées ; elle ne se pose pas de questions sur son intégrité, mais Pendry compte beaucoup pour lui, sa famille également ; Harm n’arrive pas à croire qu’il n’ait pas suvi les consignes ; mais il n’en a pas la preuve ; il sait seulement que quand on vole avec quelqu’un on finit par le connaître presque mieux que soi-même ; elle remarque que cela fait longtemps, qu’il a peut-être changé ; c’est une possibilité, dit Harm mais tous les pilotes qu’il connaît, quand ils ont une famille, deviennent plus prudents. Luke était un battant mais pas un inconscient ; Meg conclut : « votre problème maintenant c’est de parvenir à le prouver ! »

Visage de Harm, il est dans un cockpit : le lieutenant Stans, au contrôle, annonce qu’il vient de programmer la défaillance ; ils recommencent, ils en sont au 8ème essai : le système corrige bien l’assiette et l’appareil reste à l’endroit. On arrête, Lieutenant Rabb ? ; Reed ajoute : « il ne s’est pas crashé, passez en vol sur le dos comme l’a fait le Lieutenant Pendry » Harm veut voler sans l’aide de l’autonome, c’est la seule façon de savoir …une voix hurle « Redressez ! redressez ! » et Harm se crashe…

10h15 Centre de Simulation de combat de Miramar :

Harm descend, on voit derrière lui un écran immense ; « Vous êtes mort, Lieutenant » dit James Reed et vous allez pouvoir fermer votre rapport, le Lieutenant Pendry voulait être le meilleur…Le Commandant se joint à lui, pour dire qu’ils ont envisagé toutes les possibilités, il est temps de voir la réalité en face.

Meg demande alors tous les combien le système doit être réinitialisé en moyenne : une fois toutes les 16h30 de vol, mais ce sont des chiffres pour la Navy et l’Airforce confondues ; pour la Marine, c’est toutes les 8h10 de vol , trois fois moins que pour l’Airforce; Reed est dubitatif ; le Commandant demande que l’on vérifie quand le système du Lieutenant Pendry a été initialisé avant la mission.

Harm est content, ils ont, enfin, réussi à soulever un lièvre ; Meg en est moins convaincue, elle a déjà vérifié ; le système sur le Tomcat de Luke a été initialisé le matin même. Harm lui demande pourquoi elle n’en a pas parlé à la partie adverse, ils sont tenus de communiquer toutes les informations ; elle ne voulait pas donner ce plaisir à Reed.

Mais Harm veut quand même savoir une chose : quelle raison explique les différences de périodicité entre les deux maintenances ; elle lui reproche de couper les cheveux en quatre ; elle l’informe également de bruits qui courent sur Luke Pendry et Tess Mc Kee ;il refuse tout argument en défaveur de son ami, non il n’a pas volé sur le dos pour impressionner sa copine. Ils sont dressés face à face, leurs visages à quelques centimètres l’ un de l’autre et Harm fermement s’explique : ils ne sont pas là pour préserver la réputation de Luke, ni protéger sa famille, mais si le système autonome n’est pas parfait, la mise en évidence de ses défaillances sauvera des vies humaines et c’est surtout ça dont ils doivent se préoccuper. Meg lui dit qu’elle croit entendre son père, Harm répond qu’il est mal parti si elle le compare à son père… elle rectifie, « à mon frère, alors ? » ; il se touche la poitrine comme s’il était touché et dit en lui souriant: « non, là c’est encore pire ! ».

C’est le soir et Harm se rend chez Annie, le petit avion en bois réparé à la main ; la porte est entrouverte et il entre, personne, s’avance dans la cuisine et tout à coup se met à revivre le jour des funérailles de son père : les visages tristes des uns des autres, l’enfant déambule à travers les pièces, pour arriver finalement dans la cuisine où sa mère pleure et s’épanche auprès d’une amie.

Annie est là, ailleurs et c’est la voix de Josh qui la ramène à la réalité ; Harm donne à l’enfant l’avion recollé et Josh lui demande de lui montrer comment le faire voler ; ils sortent, Annie va les rejoindre dehors : Harm lance le Tomcat qui s’élance et sous les yeux ébahis de Josh revient à son point de départ ; Harm lui explique pourquoi et devant son visage interrogateur lui dit qu’il n’a qu’à essayer la prochaine qu’il montera en voiture, de passer son bras dehors il l’ inclinera et tout doucement son bras s’élèvera…

Annie arrive et demande à Josh d’aller se laver les mains ; le gamin résiste jusqu’à ce que Harm intervienne. La voix d’un homme… Harm rappelle que sa mère aussi l’a élevée seule ; Annie avait oublié qu’il avait vécu ça aussi ; elle lui demande s’il est devenu pilote dans l’Aéronavale pour faire comme son père ; oui, ça a beaucoup joué dans sa décision ; mais Annie ne veut pas que Josh soit pilote ; ils en viennent à parler de son mariage, ils ont passé ensemble deux ans et demi sur huit ans de mariage, mais quand il était là, il était parfait. Harm évoque alors les relations avec Tess Mc Kee : elle est au courant des rumeurs, elle les balaie « il était tout à moi et je lui appartenais , et le Lieutenant Mc Kee ne pouvait rien y faire »

Meg retrouve le Lieutenant Mc Kee au bar ; le Marine qu’elle a envoyé au tapis lui propose de lui offrir un verre et elle s’esclaffe : « c’est fou ces marines ! ce sont les seuls types au monde qui tombent amoureux de vous quand vous leur foutez un pain ! ». Quand Meg veut l’interroger sur ses relations avec Luke, elle les lui renvoie : « Vous trouvez le Lieutenant Rabb séduisant ? » oui. « vous travaillez ensemble et cela doit vous arriver de vous voir en dehors ? » oui. « et vous couchez avec lui ? » ; Meg reste silencieuse : « 1 partout, Lieutenant ! envisageriez-vous de coucher avec lui s’il était marié ? » Meg répond que ce n’est pas son genre ni celui de Harm d’ailleurs ; Tess conclut que ce n’était pas leur genre non plus.

8 heures, base aéronavale de Miramar

Harm et Meg rencontrent James Reed ; il leur présente la maquette d’un journal qui va paraître le lendemain dans lequel un article raconte que Luke Pendry et Tess Mc Kee entretenaient des relations, qu’elle est tombée enceinte et vient d’avorter ; il a des attestations et des certificats. L’article sera publié s’ils ne finissent pas leur enquête aujourd’hui ! Il veut protéger Macroplex de deux enquêteurs qui ont des œillères.

12h15 Compétitions inter-escadrilles aéronavales près de Miramar :

Harm est assis dans un cockpit quand Meg demande la permission de monter à bord ; elle trouve qu’il n’ y a pas beaucoup de place là dedans et vient lui donner des nouvelles : Tess a fait une fausse couche et Luke n’était pas le père ; quand il demande qui c’était, elle précise que c’est une information confidentielle qui n’apporterait rien au résultat de leurs investigations. Harm cherche toujours une explication : peut-être que Luke a fait une chose insignifiante à laquelle personne n’a pensé ; comme dans le « Crash mystérieux » : il évoque alors un épisode d’un film où jouait Rod Taylor- un inconnu pour Meg, elle n’était pas née !!- ; l’avion se crashe et Glenn Ford reconstitue l’accident dans ses moindres détails ; en fait, c’est l’hôtesse de l’air, Suzanne Pleschette, survivante qui apporte une tasse de café dans le poste de pilotage, la tasse se renverse et le contenu endommage un appareil qui transmet une fausse lecture des données. Il ne réussira à rien prouver à moins de jouer le rôle de Glenn Ford !

Harm est dans le bureau du Commandant et tente d’obtenir l’autorisation de renouveler le vol de Luke ; refus catégorique. Harm est obligé de parler du cas Tess Mc Kee, de Sa fausse couche et de l’article dans le journal qui doit être publié le lendemain ; le Commandant est secoué, on comprend qu’il est concerné par cette histoire ; Harm termine en parlant de Josh : c’est déjà difficile de grandir sans père, il faut lui éviter, au moins, d’en avoir honte.

Tarmac de la base :

Harm a revêtu une combinaison , tout est prêt il peut décoller ; Tess Mc Kkee se propose de l’accompagner ; elle prend le risque, c’était son ami aussi ; de plus s’il manque quelqu’un à l’arrière, les conditions ne seront pas les mêmes ; Harm refuse, il va mettre un poids mort. Meg en le regardant du coin de l’œil : « cela ne tiendra pas lieu de tasse dé café, Lieutenant et devant les visages médusés de ses interlocuteurs, elle commence à expliquer l’histoire du film ; Harm lui coupe la parole, message reçu, le lieutenant peut se mettre à l’arrière !

Le lieutenant Stans lui donne alors les consignes : « vous décollez dans cinq minutes, vous faites cinq atterrissages et vous effectuez la mission ». Harm stupéfait : « cinq atterrissages ? » Oui, c’est ce qu’a fait Pendry le jour de l’accident ; il explique à Meg que c’est comme de se préparer à un match de foot avec cinq combats de boxe avant pour se mettre en train ! « Bonne chance, Harm » dit Meg à Harm qui va s’installer : « Merci, Meg » dit-il en la regardant, reconnaissant.

Ils ont rejoint le porte-avions : Harm effectue cinq atterrissages successifs qui sont une véritable épreuve pour le Lieutenant Mc Kee ; comme il s’excuse en disant qu’il est rouillé, elle le corrige ;elle lui rétorque qu’il n’est pas rouillé, non, corrodé ! : à chaque fois qu’ils appontent, ils se retrouvent le nez sur le tableau de commandes ! c’est plutôt rude ! au point que quand c’est fini Tess soupire : « Dieu soit loué, c’est terminé ! Vous me faites regretter de ne pas être marin ! ».

Ils commencent enfin la mission ; le contrôle donne l’autorisation ; au point Bravo, Harm enclenche le système, et lâche le manche ; Meg suit les opérations sur l’écran de contrôle, elle est très soucieuse.

Au point Charlie, il signale que l’indicateur d’assistance de l’autonome vient de s’inverser ; on lui dit de le désenclencher, négatif. Il prend les commandes, l’autonome indique qu’il vole sur le dos, il le dés enclenche et l’avion pique vers le sol ; Meg dit comme dans une prière « allez Harm, cabrez l’appareil ! ». Il y parvient au grand soulagement de tous : Harm précise alors que lorsqu’on désactive l’autonome, il est programmé pour cabrer l’appareil et lui donner une accélération de 4 G, c’est parfait dans la mesure où on ne pense pas qu’on vole sur le dos, dans ce cas cela vous cabre en direction du sol, c’est ce qui a dû arriver au Lieutenant Pendry.. les cinq appontages ont dû dérégler l’autonome, la fréquence des initialisations est plus soutenue dans la Navy que dans l’AirForce. D’une toute petite voix, James Reed dit qu’ils vont y remédier et Meg ne peut s’empêcher d’ajouter que c’est grâce aux Lieutenant Rabb et Mc Kee !

« ce n’était pas la faute de Luke, Tess ! » et Harm annonce au contrôle de Miramar qu’ils vont encore tourner quelques instants. Ils se regardent, se comprennent, et se sourient, heureux de ce qu’ils ont pu prouver.

A la base, Annie emmène Josh en voiture ; ils vont au cinéma avec son oncle ; il est médecin, les médecins sont des gens importants, ils sauvent des vies.. mais Josh ne l’écoute pas : il passe son bras par la fenêtre, l’incline et le regarde se soulever comme le lui a expliqué Harm ; au-dessus d’eux, un Tomcat dessine des arabesques dans le ciel.

 

Quotes

« You’re not rusty, Lieutenant, you’re corroded »

12410 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*