1.11 – Sightings

21h Quelque part près de Del Rio, TexasUn homme, haletant court dans l’obscurité. Dans une caravane, au milieu de nulle part, une petite fille soumet à un adulte son problème de « trains qui se croisent » qu’elle a du mal à résoudre ;l’homme répond que ça fait longtemps qu’il n’a pas pris le train et qu’il veut regarder la télé. La petite fille lui reproche de ne pas s’intéresser à elle, de ne pas savoir dans quelle classe elle est, comme toujours, et se dirige vers la porte qu’elle entrouvre pour se trouver nez à nez avec un homme dans tous ses états qui balbutie « aidez-moi, aidez-moi, ils me suivent, je n’ai rien fait », quand, tout à coup, une grande lueur envahit le ciel, la télé implose, la caravane est entièrement secouée comme sous l’effet d’une tornade; la petite fille s’échappe et l’homme sort après elle, quand un bruit insoutenable envahit l’espace, l’obligeant à se boucher les oreilles, il se tord de douleur, la lueur s’évanouit mais Kathy a disparu.

17h Base aéronavale de Del Rio

Sur le tarmac, marchant d’un bon pas, les lieutenants Rabb et Austin accompagnent le shérif qui leur fait son compte-rendu ; derrière eux, tout semble à l’abandon. Le shérif a reçu de nombreux témoignages concernant de mystérieux fantômes, vaisseaux spatiaux au sujet de la base ; pour certains, l’Aéronavale n’a jamais fermé la base et y pratiquerait des expériences secrètes sur les extraterrestres! Une femme lui a même dessiné l’un des hommes rencontrés sur les lieux; il montre le dessin d’un « petit homme vert »!

La disparition de Kathy Gold est dans tous les journaux, il n’a pas dormi plus de trois heures par nuit depuis cinq jours, son oncle J.D s’accroche à lui comme à une bouée mais Kathy a déjà fugué; son oncle est un vieil ermite; en fait, la disparition de la base a tué la ville; il conclut en disant que le désespoir excite l’imagination des pauvres gens. Meg lui demande s’il a vérifié les déclarations des témoins; oui, bien sûr; il les prévient que la base est vaste et possède encore tout un tas de systèmes encore opérationnels; Harm et Meg vont employer les grands moyens: l’Aéronavale va survoler la zone et envoyer des images à infra-rouges sur le portable de Meg. Harm, moqueur vis à vis de la position de Meg assez réceptive aux phénomènes non expliqués, lui demande si son scanner lui permet de voir de petits hommes verts. Elle lui reproche d’avoir l’esprit étroit.

Ils rencontrent J.D. dans sa caravane; tout y est encore sens dessus dessous; il s’agit d’un ancien vétéran du Vietnam, il parle des lumières aveuglantes, du son hyper puissant… du Mexicain affolé, qui n’a certainement pas enlevé Kathy; les Ovnis? Ce sont des craques, Madame,. Il parle des militaires mais Harm lui rétorque qu’ils n’ont rien à voir là-dedans; il précise que quand le vent se met à souffler, il sent une odeur chimique particulière. Meg lui demande si Kathy est heureuse ici; il explique qu’elle n’a jamais connu son père et que sa mère est morte l’an passé dans un accident de voiture. « Alors c’est moi ou l’orphelinat ». Harm prend congé en lui précisant que ce soir, avant de partir, ils viendront lui faire part de ce qu’ils ont trouvé.

En sortant, la discussion va bon train entre Harm, assez pragmatique et Meg prête à envisager des explications irrationnelles.

Le fait est, dit Meg, que quelque chose a ravagé sa caravane; Harm répond que d’après la douleur qu’il a décrite, il pourrait s’agir de sons à ultra haute fréquence causés par la pression sonique, les Russes en fabriquent déjà, et vu l’état de leur économie doivent en vendre au plus offrant. Pour Meg, il s’agit peut-être d’effets secondaires d’un projet dont ils ignorent tout. Des Ovnis? Elle n’a pas dit ça! Mais selon Harm, elle y pense. Ils repartent en direction de la base.

Harm décide de ne pas pénétrer dans la base par l’entrée; il arrête le véhicule près de la clôture. Sort le tapis de sol, monte sur le toit de la voiture et le dépose sur le haut du grillage: s’il n’y a pas de courant maintenant, cela pourra leur servir au retour. Le paysage qu’ils découvrent est inquiétant: des boules de buissons secs se déplacent, poussés par le vent; les bâtiments sont abandonnés, des portes claquent, le tarmac semble brûlant sous leur pas et la musique d’accompagnement ne laisse présager rien de bon.

Ils avancent, explorant les lieux un à un, une arme à la ceinture.Tout est désert. Il n’y a rien, constate Meg; Harm lui demande si elle s’attendait à voir des vaisseaux spatiaux alignés le long du tarmac! Harm scrute le sol, et s’arrête pour remarquer qu’à un endroit, devant un hangar il n’y a pas de sable, comme partout ailleurs et découvre deux tâches d’huile de moteur encore fraîche, quand une porte en tôle claque tout à coup; une ombre s’échappe, ils la poursuivent; il s’agit de Kathy, elle pénètre dans le hangar, ils entrent à leur tour pour constater qu’elle n’est pas là mais un hélicoptère y est garé; y a-t-il une autre issue?

L’hélico, c’est ça qui sillonnait la zone, dit Meg; Harm en doute : il ne peut pas aller loin sans le rotor anti-couple. Dehors la nuit tombe; quand soudain, une boîte de conserve par terre commence à bouger, il y a de grandes vibrations; cela les oblige à sortir mais le son dehors est si strident qu’ils se bouchent les oreilles et se couchent au sol de douleur; le faisceau lumineux sort d’un hangar, et disparaît comme il était venu.

20h Base aéronavale de Del Rio, Texas

Ils se demandent ce qu’ils ont vu? Pour Harm, aucune matière solide ne peut disparaître comme ça; Meg se lamente, la petite fille paraissait si terrifiée quand elle leur a échappé. Quand ils veulent regagner la clôture, le tapis de sol grésille tout à coup; des générateurs quelque part sur la base, ont remis le courant. Meg consulte son plan de la base; ils sont par là-bas, mais rien n’est allumé, à part le grillage; Meg penche pour des Ovnis, Harm est très sceptique. Ils se dirigent vers l’ emplacement des générateurs. La base est fantomatique dans l’obscurité « c’est silencieux comme une tombe » ajoute Harm; Meg lui répond qu’il sait rassurer les gens. Ils arrivent près d’ une porte et on les voit pénétrer dans le hangar, à travers des lunettes qui produisent une lumière verte: leurs silhouettes se découpent en orangé ; ils sont suivis. A l’aide de leurs torches, ils s’approchent des générateurs quand Harm voit un rayon vert, puis un autre balayer la pièce et se pointer sur Meg; il hurle « couchez-vous! »

Ils essuient plusieurs tirs et commencent à riposter, puis se déplacent pour échapper à leurs agresseurs: Harm jette un oeil, il y a cinq faisceaux dehors, ils ont des viseurs à visée laser; Harm suggère de se rendre au bureau de l’opérateur radio pour tenter de lancer un message. Mais ils se font rattraper, comme pris au piège; quand une trappe s’ouvre dans le plafond et une petite voix leur dit « montez, vite! » c’est Kathy.

Une fois à l’abri, elle leur confie qu’au début elle a pensé qu’ils étaient avec eux. Meg s’agenouille à hauteur de la petite fille et lui dit que son oncle se fait du souci pour elle. Elle pensait au départ que c’étaient des fantômes et qu’ils lui permettraient de prendre contact avec sa maman; J.D. se fait un sang d’encre pour elle, c’est pour ça qu’ils sont venus la chercher; elle réplique que ça l’étonne beaucoup car son oncle n’aime pas les gens en uniforme. Meg ajoute qu’il a même contacté une chaîne de télé….Harm demande comment ils sont arrivés là? Meg parle encore de vaisseau spatial; n’a-t-elle pas mal aux oreilles? Elle se bouche bien les oreilles avec les doigts.

Comment est-elle entrée dans la base, tout simplement, comme d’habitude, par un tunnel qui part du grillage vers l’extérieur; ils la suivent en courant, ouvrent la trappe ; trop petit pour des adultes; Harm lui donne alors les consignes: il lui remet la clé de sa voiture, lui dit d’y monter, de prendre le téléphone cellulaire, faire « 0 » trois fois et dire que le Lieutenant Rabb demande une intervention « Code rouge ». Elle se glisse à l’intérieur du tunnel et les deux Lieutenants s’éloignent.

Trois hommes chaussés de lunettes à visée nocturne se lancent à leur poursuite.

20h 50 Base aéronavale de Del Rio, Texas

Le shérif dort devant sa télé quand un « bouh » le fait sursauter: J.D. Est devant lui, assez inquiété: les deux Lieutenants avaient promis de passer le voir, il ne les a pas vus, il veut se rendre sur la base, il leur est arrivé la même chose qu’à Kathy. Le shérif cède à sa demande, c’est lui qui va s’y rendre; il n’a qu’à rester là pour répondre à la radio.

A la base, les hommes poursuivent Meg et Harm; la petite fille parvient à la voiture; le shérif y est déjà; elle lui explique la situation mais il n’écoute pas vraiment; il prend son mégaphone et interpelle les Lieutenants Rabb et Austin « montrez-vous »; rien ni personne ne bouge; le shérif sort son arme, la petite fille voyant arriver les hommes s’échappe et se glisse sous la voiture; un rayon laser atteint le shérif qui tombe comme une masse sur le sol, mort.

Kathy affolée sort de sa cachette et court vers les bâtiments; une musique stressante accompagne la scène, les rayons lasers verts balaient l’espace. Kathy emprunte le tunnel dans l’autre sens mais un homme la suit à la trace grâce à ses lunettes de visée nocturne. Il lance une grenade à l’intérieur, mais la petite fille vient juste de sortir, récupérée par Harm et Meg; Harm saisit la grenade, projetée à l’extérieur, la lance à nouveau dans le tunnel où elle explose. Tous trois courent vers la tour de contrôle, longent les bâtiments, se faufilent dans l’entrée et montent les marches: une fois en haut, ils constatent que plus rien ne fonctionne et qu’ils ne peuvent pas envoyer de message.

Ils n’y comprennent rien, seul le grillage reçoit du courant! Harm pense qu’il y a quelque chose de louche là-dedans mais le gouvernement ne sait rien. La grenade M3 qu’il a eu en main n’a rien à voir avec des fantômes; il regarde à l’extérieur; trois hommes sont dehors près d’un hangar quand une grande lumière apparaît, des projecteurs éclairent une piste d’atterrissage, un avion se pose, puis disparaît dans le hangar; comme le courant est momentanément revenu, Meg en profite pour lancer un SOS, mais elle n’a pas le temps de finir. Le courant est coupé; Harm pense rejoindre seul la voiture du shérif à l’entrée; non, il ne les abandonne pas, ils vont se donner rendez-vous près de la chapelle et il chausse une paire de lunettes à visée nocturne que Kathy vient de découvrir.

Meg et Kathy se cachent; la petite est effrayée, Meg lui confie qu’elle aussi n’est pas rassurée; elle la prend dans ses bras. Meg sent comme sa maman; Meg dit que pour l’instant, elle empeste plutôt comme un dresseur de Broncos; oui elle monte à cheval, la maman de Kathy aussi; elle était très bonne cavalière et montait des anglo-arabes. Meg dit qu’elle a un ranch à 300 kilomètres au Nord, et que son cheval Thiry est le meilleur anglo-arabe de tout le Texas! Quand tout ça sera fini, elles iront toutes les deux là-bas; Kathy demande si elle pourra habiter avec elle; impossible dit Meg, je suis dans l’armée; Kathy dit que son oncle ne l’aime pas.

A ce moment, l’avion, un R5D sort du hangar; Harm est dans la voiture, il lance un May Day depuis la radio mais elle grésille; rien à faire. Il se dirige alors vers la chapelle pour récupérer Meg et Kathy, il aveugle ses poursuivants avec ses phares mais on tire sur sa voiture. Il file à toute vitesse dans les avenues désertes de la base. Il s’arrête, descend et s’approche des bâtiments quand quelqu’un pointe un canon sur sa tempe: il s’agit de J.D. Il lui a fichu une sacrée trouille; quelle est la situation? Où est Kathy? Harm n’en sait rien.

Dans le hangar, Meg et Kathy sont assises par terre, appuyées à un mur; elles sont prisonnières.

5h15 Base aéronavale de Del Rio, Texas

Harm et J.D. font le point: la base a été excavée, en dessous il y a une ville entière; un hangar souterrain capable de résister à une attaque nucléaire; tout le hangar n’est qu’un gigantesque ascenseur; il doit cacher un laboratoire de drogue; l’odeur de produit chimique que J.D. a sentie doit être celle de l’acétone que l’ on utilise pour raffiner les feuilles de coca.

Ils se servent du hangar pour raffiner la drogue et l’hélico pour effrayer les gens en faisant croire à un Ovni.

Les deux hommes entendent soudain la voix de Meg: « Lieutenant Rabb, vous avez 5 minutes pour vous rendre au pied de la tour de contrôle sans arme et les mains en l’air… sinon … ils m’abattront » et après un échange en espagnol, elle poursuit « et ils tueront Kathy ». J.D. veut se précipiter mais Harm a une meilleure idée; ils ne savent pas qu’ils sont deux; cela va leur servir.

Un des hommes voit arriver le lieutenant « alli esta»; ils descendent tous à sa rencontre; Kathy s’écrie « J.D. » un regard la dissuade de poursuivre. Sous la menace des armes, tous les trois descendent par une échelle scellée dans le mur jusqu’au hangar souterrain. Ils voient le plancher du hangar descendre à leur niveau; Le « Lieutenant » annonce qu’il a prévenu les commandos, grâce à la radio du shérif.

L’un des homme en espagnol demande à Raul d’enfermer les Mexicains; Harm qui a entendu les voix venant du sol, a ouvert la trappe et s’est glissé à l’intérieur; il assomme Raul. Le chef des trafiquants dit que l’un des trois otages va rester avec eux; J.D. contraint Kathy à le suivre en lui disant qu’il ne l’aime pas. Elle est tirée d’affaire, un homme la conduit vers l’hélico; mais Harm l’élimine à son tour; « génial » s’écrie-t-elle. Elle est chargé de mettre le commutateur sonore dans trente secondes.

Malgré ses appels, le chef se rend compte que ni Raul, nu Juan ne répondent; « les commandos » dit le « Lieutenant ». Lui et Meg se tiennent prêts à intervenir et quand le plancher descend, Harm se précipite, élimine le chef d’un uppercut; Kathy déclenche l’alarme sonore, les ultrasons les clouent au sol; Harm, des oreillettes le protégeant, fait le ménage autour de lui. Kathy relève l’interrupteur, Meg souffle soulagée et Harm la relève: « vous n’avez pas trouvé un moyen moins douloureux? » Non, fait-il de la tête.

Le jour est maintenant levé: des hommes des narcotiques entassent dans des camions la prise trouvée dans le hangar; des Mexicains, hagards, montent dans des camions: les travailleurs clandestins employés par les Colombiens. Les Ovnis sont devenus des OVIS dit Kathy, « objets volants identifiés ». J.D., le vieux bougon, tend les bras à Kathy « ne va pas t’imaginer que je vais être plus coulant » et les deux lieutenants prennent congé; Meg donne rendez-vous à la petite fille, au Ranch.

Dans la voiture qui s’éloigne, on entend la voix de Harm qui demande à Meg s’il doit tout mettre dans son rapport, notamment ses remarques sur les « petits hommes verts » et Meg répond catégoriquement: « Fermez-là et conduisez… Chef! ».

6639 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*