1.18 – Survivors

13h08 GMT 1972, quelque part au VietnamFlash-back en noir et blanc ; des militaires américains sont poursuivis dans les herbes hautes, leurs poursuivants se rapprochent et tirent ; on entend arriver un hélico dont les rotors grondent; un peu éloignés, ils se précipitent pour y monter ; deux hommes crient pour surmonter le bruit de l’hélico . On entend « on les arrêtera pas, tirons-nous, Gutch » ; l’hélico est touché puis explose.

Un homme se réveille et se tient au bord de son lit : il entend une voix d’enfant dire « Gutch, Gutch,… mes jambes, je ne sens plus mes jambes ». L’homme s’exclame « Digger ! » et traversant le couloir se rend dans la chambre de son fils qui dort ; il le voit se débattre et dire dans son sommeil : « je suis touché, faut que tu m’aides, Gutch, aide-moi, bon sang ! »

10h32 ; Tribunal de Santa Ana, Californie :

Un avocat explique que Madame Anderson est très inquiète pour la vie de son fils. Harm, en civil, répond qu’il est loin d’être convaincu que le Colonel, son client soit un danger pour lui : il a protégé la vie de milliers de soldats, il saura protéger son fils. Le juge estime que c’est loin d’être évident ; son client a déjà transgressé le droit de visite ; Harm estime que quelques jours de plus alors qu’il va déménager et que sa mère va l’emmener à l’autre bout du pays, ce n’est rien! Sait-il seulement où se trouve son client ? Il l’ignore. Le juge estime qu’un colonel dans le Corps des Marines n’échappe pas à la justice et rédige un mandat d’arrêt contre son client.

A la sortie, Meg vient aux nouvelles : comment se sent-il en avocat de divorce ? Ham répond qu’il se sent assez proche d’un proctologue ; il a accepté cette affaire parce qu’il s’agit d’un copain de son ami Striker ; cela lui a coûté douze jours de disponibilité, un costume à 350 $ et une belle vexation !

Dans le couloir, Madame Anderson converse avec son avocat ; on l’entend lui demander comment Trevor va réagir quand son père sera arrêté ; l’avocat ne lui prête presque pas attention et la quitte ; Harm et Meg s’approchent d’elle ; peuvent-ils faire quelque chose pour elle ? Meg la sentant désemparée lui demande si elle a un endroit où aller ? Et lui propose le foyer des hôtesses à la base où elle l’aidera à s’installer. Répondant à une question de Harm, elle dit qu’effectivement son mari a eu dernièrement une attitude très bizarre envers leur fils à deux reprises, il l’a appelé « Digger »

Le père et le fils sont assis à un comptoir dans un snack : le père vient d’appeler son fils « Digger », le gamin le lui fait remarquer : « qui est Digger ? » ; son père dit que c’est un vieux copain qui mettait lui aussi de la moutarde sur ses frites. Ils vont aller passer deux ou trois jours ensemble et chasser, l’ours, dit Trevor, non plus raisonnablement, en cette saison, le cerf.  » Génial, » dit le petit garçon.

16h32 Base aéronavale des Marines, Tustin, Californie

Harm pose des questions sur le Colonel Anderson au Capitaine, commandant la base ; il semble avoir disparu pour des raisons personnelles ; le Capitaine ne se montre pas très coopératif au point qu’Harm est obligé de lui dire qu’il ne pourra l’aider que si lui, il accepte aussi de l’aider. La seule information qu’il ait : il sait qu’il chasse, il possède un Browning 308, il disait que son père s’en servait pour chasser le cerf. Quand Madame Anderson apprend ça, elle est terrifiée : le père de Matt s’est suicidé avec sa carabine.

Trevor en voyant la carabine de son père lui demande s’il la lui donnera un jour ; ils sont arrêtés à une station – essence, et Matt Anderson fait le plein, quand une voiture de police les repère ; le shérif s’approche et souhaite poser quelques questions. Le père demande à son fils de remonter en voiture mais le shérif lui demande ses papiers et d’aller à l’arrière du véhicule ; le Shérif se présente, il est un ancien des Marines, lui aussi, Térence Hodge, il a un mandat d’arrêt contre lui et lui demande d’écarter les jambes, le ton monte et Trevor voyant cela s’approche d’eux. Térence Hodge en vient à bousculer et à frapper le gamin, le père voit rouge et entend à travers la voix de son fils celle de Digger : »Gutch, je suis touché, aide-moi, c’est moi, Digger » ; Matt Anderson assomme le Shérif et emmène son fils.

16h Base aéronavale de Tustin, Californie

Un coup de fil prévient le Capitaine que Matt Anderson s’est échappé après avoir assommé un shérif. Il se trouvait à 100 kilomètres à l’Est de Bakersfield. Harm remarque que cette affaire vire à la chasse à l’homme et ça ne lui plaît pas. Il part immédiatement. La femme du Colonel qui vient d’arriver devant le bureau et a tout entendu veut aussi les accompagner ; Harm a beau lui dire que c’est elle qui est à l’origine du mandat d’arrêt, elle insiste, elle connaît mieux Matt que quiconque et son fils est en danger, Harm accepte.

Trevor et son père se sont arrêtés au bord d’une rivière ; ils ont des ennuis mais c’est parce que « sa mère a fait donner la cavalerie » Il va les sortir de là !

Dans un flash-back, on voit les deux militaires, Gutch et Digger qui est sérieusement touché ; Gutch le rassure : ils vont s’en sortir :

-Tu m’as déjà vu te laisser tomber ?

– je ne sens plus mes jambes

– Là où j’irai tu iras, je vais te ramener à la maison, je te le promets

Et Digger lève un pouce comme pour lui dire « formidable » et l’on entend Trevor dire à son père :

– Qu’est-ce que tu promets, P’pa ?

La station – service est envahie par les medias. Harm a rejoint le Shérif Anderson qui s’adresse à lui en lui disant :

– Vous devez être l’inspecteur des travaux finis ?

– C’est un peu ça, dit Harm.

Et le shérif explique qu’il a été agressé par le Colonel qui s’est enfui au moment où il voulait l’arrêter, ce qu’il aurait fait s’il ne s’était pas servi de son fils comme d’un bouclier ; réflexion qui surprend Harm. L’autre confirme ; il n’était pas là et son Colonel a essayé de le tuer ! Harm réplique que s’il avait vraiment voulu le tuer, il lui aurait tiré dessus !

Quand Meg et Harm se retrouvent seuls, ils sont convaincus que le Shérif n’a pas tout dit et qu’il vaut mieux qu’ils le rattrapent avant lui.

02h38, Big Pine, Californie

Le père et son fils sont dans un motel ; le gamin veut téléphoner à sa mère mais le père refuse : « ça n’a pas l’air d’aller, Gutch »

– Qu’est-ce que tu as dit ? demande le père, pourquoi tu m’as appelé Gutch, et bien réponds !

Trevor est si terrifié que son père se reprend et se demande ce qui lui a pris.

Harm interroge un jeune homme qui travaillait à la station et il leur raconte la scène à laquelle il a assisté. L’homme a agressé le Shérif au moment où le Shérif bousculait le gamin ; ils sont partis vers le Nord. Cela confirme l’impression des deux avocats ; Meg est persuadée que cet homme est suicidaire et représente un danger pour son fils ; à ce moment, Harm reçoit un appel du Colonel : Ils sont fatigués mais ça va ; il lui demande de prévenir sa femme, Joyce, que Trevor va bien.

Harm insiste alors pour le rejoindre ; il est la seule personne qui puisse vraiment l’aider et la seule chance de le sortir de cette histoire ; le Colonel est d’accord pour se mettre à sa disposition mais il ne veut pas qu’on l’arrête devant son fils.

Meg et Harm discutent à l’arrière de sa voiture ; ils savent qu’il y a de nombreux barrages, cela ne va pas être facile ; Harm veut y aller tout seul – ce n’est pas la peine qu’ils soient deux à mettre leur tête sur le billot – mais Meg réagit énergiquement : il a pris cette histoire à cœur, elle comprend, mais elle est sa partenaire.

C’est le soir ; Meg et Harm disposent des fusées éclairantes sur un emplacement qui permettent à un hélicoptère d’atterrir, ils montent en vitesse sous les yeux ébahis du Shérif, furieux qui n’y peut rien ! Aux commandes, le Capitaine de la Base !

Flash-back : Digger sur ses épaules, Gutch lui dit qu’il entend un hélico ; il le dépose au sol et le laisse là ; il revient le chercher, mais il doit rester éveillé ; « tu m’entends ? » et Digger, lentement, lève son bras et un pouce vers le ciel et Gutch s’enfonce dans la jungle.

Meg et Harm ont rejoint le Colonel au moment où le Colonel tient sa carabine ; Trevor dort, d’un sommeil agité, il fait un cauchemar et dit à plusieurs reprises : « DelaÏ, delaï » le Colonel est excité ; Harm a-t-il entendu, il parlait vietnamien. Mais Harm résiste, il faisait un cauchemar et il détourne la conversation, il lui parle de sa carabine puis demande à Meg d’emmener le petit prendre un petit-déjeuner…

Le petit demande à téléphoner à sa mère, Meg accepte puis ils parlent : Meg a perdu son père, au Vietnam ; Trevor dit que le sien se comporte comme s’il y était encore ; Meg demande « quand il t’appelle « Digger » ; elle le sait par sa maman.

Dans la chambre, Harm tente de calmer le Colonel : le petit faisait un cauchemar et quand le Colonel lui répond qu’il met de la moutarde sur ses frites, comme Digger, Harm répond :

– La moitié des Français mettent de la moutarde sur leurs frites, Trevor n’est pas français ?

Le Colonel poursuit : comment le petit savait-il son surnom de Gutch ; par lui ou sa mère probablement ; mais il n’en a jamais parlé à quiconque ! Et Harm se rend compte qu’il croit que Trevor est la réincarnation de Digger. Il est secoué, il se sent coupable d’avoir perdu son meilleur ami au Vietnam… Matt Anderson précise qu’il lui a fait le serment de le ramener au pays pour l’enterrer dans les montagnes et ça, c’est Digger qui lui accorde une deuxième chance…Finalement, Harm accepte de l’aider à se rendre dans le chalet de montagne pour exorciser cette affaire. Et ils vont rejoindre Meg et l’enfant qui était en train de lui raconter que son père allait l’emmener chasser – non pas l’ours, ce n’est pas la saison – mais le cerf.

Meg et Harm s’écartent du Colonel et de son fils et Harm explique qu’il a négocié la reddition du Colonel ; ils vont se rendre dans un chalet de montagne, il ajoute qu’il pense que son fils est la réincarnation de Digger. Meg souligne qu’il risque une Cour Martiale pour avoir aidé un fugitif ; elle souligne qu’il fait courir des risques à son fils ; non, il a retiré la cartouche du canon. Mais la police a retrouvé leurs traces et plusieurs voitures de police arrivent au motel et le Shérif dispose ses hommes. Qu’ils ne le laissent pas filer !

Harm, Trevor et son père s’enfuient sur la route et à quelques centaines de mètres, l’ hélico du Capitaine les rejoint ; le Shérif lance un appel radio à l’aéroport de Bishop, ils doivent suivre un hélico sur leur radar et informer le juge Halik pour qu’il délivre un mandat d’arrêt contre… le Capitaine de Corvette Rabb ! La voix lui répond : d’abord un Colonel, maintenant un Capitaine, qu’est-ce qui vous arrive, Hodge, vous faîtes votre propre guerre ?

Meg et Madame Anderson ont décidé de retrouver la mère de Digger, elle saura peut-être où est cette cabane dans la montagne.

L’hélico a déposé le Colonel, Harm et Trevor dans une clairière ; mais le Colonel ne reconnaît plus rien depuis 25 ans, la végétation a repris le dessus.

La mère de Digger raconte que les deux hommes étaient comme des frères et que Matt a toujours veillé sur Digger ; la cabane ? Elle n’a jamais eu le cœur de la vendre, car Digger l’adorait.

Harm, Trevor et son père sont enfin sur le chemin forestier et le Colonel entend la voix de Trevor lui dire :

– tu ne vas pas encore me laisser !

– qu’est- ce que tu as dit ?

– tu ne vas pas me laisser ?

– Non ! Tu as dit « encore » me laisser !

– Colonel, vous ne voyez pas que vous lui faîtes peur !

Le Shérif a rejoint l’hélicoptère et part sur les traces du Colonel et veut arrêter le pilote qui pour toute réponse lui donne son nom, son grade et son matricule.

Trevor, légèrement en retard, se trouve tout à coup nez à nez avec un … ours et appelle son père.

Flash-back : une patrouille a rencontré Gutch, il leur demande d’aller chercher son copain à quelques centaines de mètres de là ; un homme part avec lui, mais ils ne le retrouvent pas ; les Viets ont dû l’avoir ; allez, il faut se dépêcher, leur « taxi » arrive !

Ils retrouvent Trevor perché sur une branche qui leur raconte ce qu’il a vu. Et d’où il est, il aperçoit la cabane.

Le Shérif les suit à la trace et arrive derrière en leur demandant de mettre les bras en l’air ; Harm tente de temporiser et d’obtenir qu’il accepte de le laisser aller jusqu’à la cabane, cela fait 25 ans qu’il veut y revenir pour avoir l’âme en paix en souvenir de son meilleur ami, ensuite, il se rendra ; l’autre est dans un état second et ne veut rien entendre. Harm couvre le Colonel qui a pris son fils dans ses bras et dit au Shérif de tirer s’il le veut, tout en continuant en direction de la cabane, lui aussi.

Trevor et le Colonel sont sur le perron de la cabane , ils s’assoient sur les marches et à travers le visage de son fils qui lui sourit, le Colonel voit celui de Digger, tout souriant qui lève le pouce en signe de victoire.

Madame Anderson arrive alors, elle se précipite vers son fils et son mari. Ils sont réunis.

Meg et Harm s’expliquent avec le Shérif qui a passé des menottes à Harm en le menaçant : c’est la fin de sa carrière ! Et Meg contrattaque : ils ont le témoignage de quelqu’un à la station-service ; c’est lui qui a frappé Trevor ; le Shérif y croit encore.

– que pensez-vous que le juge va croire, un petit complice ou un shérif?

– Moi, je croirais la vidéo, dit Harm

– Quelle vidéo ?

– La cassette de vidéo surveillance, ajoute Meg

Et finalement, Harm lui met le marché en mains : il cesse de parler d’agression et il veillera à ce que le Lieutenant Austin égare la cassette. Le Shérif retire les menottes à Harm :

– Joli bluff sur ce coup, dit Meg

– Quoi, dit Harm en faisant l’étonné, vous n’avez pas la vidéo ?

Ils regardent le trio assis sur les marches ; non, Harm ne croit pas qu’il s’agisse d’une réincarnation ; en tous cas, le Colonel le croit, lui.

Assis entre ses deux parents, Trevor se penche en arrière, les regarde, leur sourit et lève un pouce en signe de victoire, laissant Harm et Meg abasourdis !

6271 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*