1.22 – Skeleton crew

Samedi 4h25 Quai 7, base navale de NorfolkLe Seahawk est à quai : une jeune Lieutenant s’apprête à descendre à quai et demande au « Chef » pourquoi l’officier de quart n’est pas là ; une ‘urgence’, il s’est absenté quelques instants ; le chef fait remarquer à la jeune femme qu’il est bien tard pour avoir quartiers libres, le Commandant Holbarth ne retient jamais ses officiers aussi tardivement.Elle vient de terminer son tour de garde et signe le registre des sorties, avec le sourire ; non, pas besoin qu’on l’accompagne, elle a fait venir sa voiture, elle lui sourit « Demande permission de quitter le navire ? » « Permission accordée » puis le salue, salue le drapeau et descend la passerelle pour s’éloigner sur le quai.L’officier de quart revient précipitamment, il s’agit de Bud Roberts ; « ah ces fruits frais, du dîner…après 6 mois de mer, ça occasionne des dégâts ! » Survient un jeune lieutenant qui demande à son tour la permission de quitter le navire et sur le point de signer le registre, demande s’ils ont vu le Lieutenant Schonk partir, l’un dit ‘oui’ l’autre ‘non ; Bud est obligé d’avouer qu’il a quitté son poste quelques instants pour « une indisposition ». Le lieutenant s’éloigne en courant comme un dératé…- Monsieur Roberts, après 17 ans de carrière, j’ai noté que nos officiers féminins ont souvent beaucoup de monde à leurs trousses ! »Au petit matin, le Chef et Bud Roberts sont sur le quai ; ils discutent quand tout à coup ils s’étonnent de voir la voiture du Lieutenant Schonk, ils s’en approchent et découvrent, stupéfaits, qu’elle est encore au volant, une grande blessure à la poitrine : elle est morte. Ils appellent les secours.

Samedi 12h25 Quai 7, Base navale de Norfolk

Des très nombreuses voitures entourent le lieu du crime : le NCIS est déjà là ; un agent qui semble commander donne ses instructions, de tout fouiller, voitures, poubelles, tout et que des plongeurs aillent jeter un coup d’oeil au fond de l’eau, près du porte-avions, on cherche un pistolet. Une voiture du Jag arrive, se gare et Meg et Harm en descendent ; ils s’approchent de l’agent du NCIS

– regardez ce qui arrive, le Jag !

– Capitaine de Corvette Rabb et Lieutenant JG Austin

– Brian Turkey (pendant un bon moment il y aura des sourires à ce nom qui signifie selon la prononciation anglaise soit ‘dinde’ soit ‘Turquie’) ; j’ai entendu parler de vous, Capitaine, on dit que vous êtes un enquêteur de première mais retenez une chose, ce meurtre a été commis dans ma juridiction, tout ce que vous apprendrez vous devrez me le communiquer

– Et tout ce que vous apprendrez… poursuit Harm

– On verra…

– Qu’est-ce que vous avez jusque là ? demande Meg pour calmer le jeu

– Femme de race blanche avec deux balles dans la poitrine, tirées presque à bout portant, elle était l’officier cryptographe à bord

Et au moment Harm ouvre la housse dans laquelle est enveloppé le cadavre, l’Agent Turkey dit

– Lieutenant Diane Schonk !

Harm bouleversé, s’écarte tandis que l’Agent Turkey poursuit

– Personne n’a rien, rien entendu !

Meg va voir son équipier. Il est au bord des larmes, effondré :

– On devait dîner ensemble hier soir, elle m’avait téléphoné vers 18 heures pour me dire qu’elle était coincée par son quart et ne descendrait que de bonne heure ce matin ; elle devait venir me rejoindre ; je n’aurais jamais pu penser qu’il s’agissait de Diane ! J’ai même laissé un mot pour elle sur sa porte !

Quand Harm revient vers l’agent du NCIS, celui-ci lui dit qu’il ne peut pas enquêter sur la mort de sa petite amie.

– et sur celui de ma sœur ? dit-il le visage mouillé de larmes,

– Diane Schonk était votre sœur ?

– C’est le seul mot qui me vient à l’esprit pour qualifier nos relations et je n’ai pas l’intention d’abandonner cette enquête à un type qui tire des conclusions aussi vite que vous venez de le faire !

Au Jag, dans le bureau de l’Amiral assis dans un des deux fauteuils face à son bureau, le Capitaine Krennick raconte l’affaire à l’Amiral, tout en bougeant dans la pièce : l’Amiral s’étonne Diane Schonk était la petite amie de Rabb ? Le Capitaine explique qu’ils étaient ensemble à l’Académie et qu’Harm prétend que leurs relations étaient platoniques…

– Alors, elles devaient l’être, ponctue l’Amiral, sûr de son bras droit

– Les enquêteurs civils apprécieraient qu’il soit déchargé de cette enquête, l’Agent Turkey -et ils rient tous les deux de ce nom impossible qui a dû le faire souffrir pendant toute sa scolarité !-

– Jamais personne n’a enlevé une enquête à un officier du Jag, sauf moi ou Dieu ! et nous n’en avons pas l’intention !

Krennick vient de s’asseoir en face de l’Amiral, c’est-à-dire sur son fauteuil : Oui, elle a une solution, elle mènerait l’enquête et prendrait Rabb comme assistant

– En tant qu’avocate, vous êtes une pointure mais vous n’y connaissez rien dans les enquêtes criminelles

– On pourrait associer ses qualités à mon jugement ?

– Allez-y, vous êtes vraiment maligne, Allison, et vous êtes dans mon fauteuil !

A bord du Seahawk, les interrogatoires ont commencé, celui du Lieutenant Lam ; il courait hier soir, parce qu’il avait rendez-vous avec elle pour dîner et voulait fixer le lieu de rendez-vous. Meg est étonnée : dîner avec lui ? L’Agent du NCIS lui fait remarquer qu’elle est là en tant qu’observateur et que c’est lui qui interroge. L’a-t-il rattrapée? Non, il ne l’a pas vue. Etaient-ils amants ? Non, seulement amis.

Les enquêteurs du Jag se rendent auprès du Commandant Holbarth : il était de quart cette nuit ? demande le Capitaine Krennick ; Affirmatif ! Harm remarque que c’est plutôt inhabituel pour un officier de son rang d’être de quart ; il explique qu’après six mois en mer, la majorité de l’équipage avait quartiers libres, le Pacha avait été appelé à Washington, donc il a pris le tour de garde, le Lieutenant Schonk était officier en second sur la passerelle, et le Lieutenant Lam aux transmissions. D’habitude au port, on fait sa garde sur la plage arrière mais le Lieutenant Schonk est restée avec lui, ici, non pas à bavarder pendant 4 heures, comme le suggère le Capitaine Krennick , mais ils ont parlé du navire, ils n’ont pas eu le temps de faire salon ! Harm lui demande si elle n’avait une attitude bizarre ? Non, elle était pressée de descendre, mais c’est pareil pour tous. Personne ne s’intéressait à elle de trop près ? La question est posée par Harm et l’Agent Turkey la reprend en interrogeant le Lieutenant Lam

– Si elle avait l’impression d’être épiée

L’Agent Turkey souligne qu’avec 5000 hommes à bord et jolie comme elle l’était…

– Vous voulez dire qu’elle était paranoïaque ?

– Non, s’exclame Meg

– Et pourquoi ? lui demande l’Agent Turkey

– Parce qu’elle a été tuée !

Dans les coursives , Bud tente d’expliquer au Capitaine Krennick comment se retrouver à bord en regardant les chiffres inscrits au-dessus de sa t^te ; c’est tellement compliqué qu’elle abandonne tout de suite !

– Ravi de vous revoir, Monsieur Roberts, dit Harm

– J’espère que vous prendrez l’ordure qui a violé et tué le Lieutenant, dit ce dernier

Violée ? Mais comment a-t-il su ? Il vient de remettre le rapport d’autopsie du médecin légiste à l’Agent Turkey ; sur le fax, il n’y avait pas de couverture, explique-t-il pour s’excuser de son indiscrétion ! Le Capitaine Krennick demande à Bud Roberts d’emmener le Lieutenant Austin dans la chambre du Lieutenant Schonk et reste seule avec Harm ; il s’est réfugié près du hublot et regarde au loin, sans voir :

– Alors ce n’était que platonique ? demande-t-elle

– Vous n’allez pas commencer ! Diane et moi n’avons jamais couché ensemble !

– Le week-end vous jouiez aux cartes ?

– Vous dépassez les limites!!

– Mince, alors ; on jurerait que vous dites la vérité !

– C’est le cas !

– L’Agent Turkey veut vous retirer de l’affaire ; peut-être que si je comprenais, je pourrais mieux défendre votre cas.

– Avec Diane, nous avons toujours respecté les règles ; elles étaient claires dès l’Académie… c’est peut-être parce qu’on les respectait depuis trop longtemps qu’on ne savait plus comment faire autrement, dit Harm qui parle avec un ton grave et intériorisé, nous n’avons jamais eu de relations sexuelles et je puis vous assurer que je me fiche pas mal que vous, l’Agent Turkey ou qui que ce soit refuse de me croire ! Ce qui compte pour moi c’est d’attraper l’ordure qui l’a assassinée ! Maintenant, si vous avez un peu de délicatesse, Capitaine, vous ne me reposerez plus jamais de question personnelle à ce sujet, dit-il en partant

Il laisse le Capitaine Krennick consternée par ce qu’elle vient de faire et qui sent que ses relations avec Harm ne seront plus jamais celles d’avant. Elle est sur le seuil de la cabine, et il lui semble entendre des pas, elle cherche du regard, attend un peu, non ce n’est rien ; quand elle referme la porte, une ombre s’éloigne.

Dimanche 10h30, Quai 7, base navale de Norfolk

Les interrogatoires se poursuivent, c’est celui du Lieutenant Williams: Harm arrive un peu en retard, s’excuse et en entendant son nom, Sarah Williams s’abat sur la poitrine de Harm en pleurant ; elle est contente qu’il soit là, sous le regard amusé de l’Agent Turkey qui interrompt leurs effusions. Elle connaissait le Capitaine Rabb ? Non, pas personnellement, mais Diane lui en avait parlé très souvent, ils étaient proches ! Proches comment ? Elle parlait du Capitaine comme d’un frère. Lui connaissait-elle d’autres amis, des relations amoureuses ?

Le Capitaine Krennick demande de sortir une minute avec Harm : oui, il sait que Turkey veut le provoquer, mais non il ne les débarquera pas de l’enquête comme ça, il promet.

Non, elle n’avait pas de liaison ! C’est interdit par le règlement ; oui, elle était très sollicitée… par le Lieutenant Lam dont elle avait repoussé les avances à plusieurs reprises et avait dû en référer à son supérieur ! Etonnement des enquêteurs !

Le Capitaine Krennick et l’Agent du NCIS vont demander des comptes au Commandant Holbarth : non, il n’a pas enregistré la plainte, ce n’était pas une plainte officielle ; le Capitaine Krennick lui dit que c’est une violation des règles de la Marine pour un officier supérieur d’ignorer un rapport de harcèlement sexuel, formel ou informel ! Elle voulait qu’il parle au Lieutenant Lam ; ce dernier lui a répondu que le règlement était trop strict, les relations sociales entre sexes n’étaient plus possibles.

– ça peut détruire votre carrière

– Le Lieutenant Lam est un bon officier ; peu de temps après, le Lieutenant Schonk est venue me dire qu’il avait cessé de lui parler sauf dans l’exercice de ses fonctions.

– Vous a-t-elle dit qu’elle se sentait épiée ?

– Jamais à moi.

Bud tente d’expliquer à Meg le code par signe qu’il a mis au point pour guider les invités à bord quand Harm les rejoint au moment où il lui demande ce qu’il veut dire en secouant le pied autour de lui :

– Marquez votre territoire ?dit Hzrm en souriant

Harm veut parler à Meg seule ; il lui apprend que le Lieutenant Lam n’arrêtait pas de harceler Diane ; pourquoi le Capitaine Holbarth n’a rien dit ? Mais Lam n’est plus à bord, il est parti déjeuner, il revient pour son quart à 14h : Harm se précipite, il risque de s’enfuir ; ils vont demander un mandat, dans ce cas mais elle n’arrive pas à le retenir !

Dans le bar rempli de marins, Harm repère tout de suite au comptoir, le Lieutenant Lam : il s’approche de lui, il lui jette des regards furibonds, le visage fermé et dur :

– Elle ne méritait pas de mourir de cette façon, dit le lieutenant

– Elle ne méritait pas de mourir du tout !

– Oui, vous avez raison

Il veut se lever et Harm le retient d’un ton ferme.

Que faisait-il à courir derrière elle à 4 heures du matin ? Il l’a déjà expliqué ; il avait rendez-vous avec elle pour dîner et voulait fixer un lieu de rendez-vous, il n’avait pas ses coordonnées.

– Quelle coïncidence ! moi aussi j’avais déjà rendez-vous avec le Lieutenant !

– Vous la connaissiez ?En fait, j’espérais en avoir un

– Vous avez fait une fausse déposition ! c’est vous qui la traquiez !

– Je n’y suis pour rien !

– Vous n’êtes qu’un sale menteur, dit Harm en lui envoyant son poing dans la figure.

Les hommes présents, dont le Chef, retiennent les deux hommes : Harm demande au Chef de mettre le Lieutenant aux arrêts et de faire un rapport sur son agression sur lui. Le Lieutenant Lam dit qu’il n’y a eu aucune agression et ajoute :

– Je comprends ce que pouvait éprouver quelqu’un qui l’aimait.

Dimanche 15h18, entrée 3, Base navale de Norfolk

Le Capitaine Krennick entre dans le bar où Harm se trouve devant un café :

– Y pas grand-chose à dire, remarque Harm

– Vous allez faire la Une du Navy Times « un officier supérieur, avocat du Jag agresse un témoin d’une enquête.. »

– Turkey va-t-il accuser Lam?

– Pas assez de preuves ! Vous mentez quand vous dites que vous n’avez pas couché avec elle !

– Vous n’allez pas recommencer !

– Vous aller affronter le Capitaine Mast

– Il a donc porté plainte ?

– Non, c’est moi qui vais le faire pour perte de sang-froid ! Il faut que je me dissocie très vite de vous !

– Elle va ruiner ma carrière

– Je n’ai pas l’intention de risquer ma carrière parce que vous voulez jouer au justicier pour votre copine d’Académie !

Ils sortent du café, Harm se tient à quelques pas derrière elle, elle poursuit dans la même tonalité et il finit par s’exclamer :

– Mais, vous êtes jalouse !

– Jalouse d’une morte ?… et vous avez été parfaitement clair sur ce sujet, que nous n’avions aucun avenir ensemble !

– Ne faites pas ça, Allison !

– Si je ne vous accuse pas, l’Agent Turkey ou le Pacha qui rentre lundi le feront !

– Ça me laisse 24 heures pour prouver que Lam a tué Diane !

– Encore faut-il que vous obteniez ses aveux !

– Je les aurai !

– Il vaudrait mieux que ce soit sans coups de poings !

A bord Meg parle de Diane avec le Lieutenant Sarah Williams : elle savait écouter les autres, quels qu’ils soient. Meg a découvert dans l’ordinateur de Diane un roman, dont le héros était Harm confirme Sarah, même s’il a un autre nom. Elle était amoureuse de lui, elle a conservé toutes ses lettres ; non, elles ne sont plus là ; le NCIS a ouvert son coffre. Turkey doit les avoir lues.

Le Capitaine Krennick tente de se diriger dans le navire déserté, elle cherche son chemin, se trompe, revient sur ses pas et soudain, il lui semble qu’elle est suivie ; elle s’arrête, demande « qui est là ? » reprend sa marche ; trouve un téléphone, appelle la sécurité , se fait donner le chemin, qui n’est pas simple, reprend sa route, arrive à un cul-de-sac, tente d’ouvrir une écoutille mais n’y arrive pas ; elle est apeurée, et paniquée quand elle s’ouvre ; un sergent la hisse à l’étage supérieur ; on la suivait, il faut qu’il aille voir ; bien sûr, il ne trouve rien.

Sur la passerelle, en compagnie de l’Agent Turkey, elle évoque ce qui vient de lui arriver avec le Capitaine Holbarth.

Dans les coursives, Harm tombe sur Sarah ; elle tressaute, ce bâtiment sans personne, ça impressionne ! Ils sont si peu nombreux à bord ; Diane disait qu’il était un angoissé chronique.

Le Capitaine Krennick informe Harm qu’elle a été suivie ; ils décident d’aller voir Lam dans ses quartiers ; quand ils arrivent, il est assis devant son clavier d’ordinateur, la tête sur l’écran, un pistolet à la main droite : il s’est suicidé !

Dimanche 18 h : on voit descendre le corps de Diane à quai ; l’Agent Turkey confirme au Capitaine Krennick qu’il ne va pas laisser le légiste s’en tenir aux simples apparences. Bud rejoint Meg et Harm : il a dans les mains les conclusions du légistes pour Turkey ; Harm lui demande s’il a des détails plus précis ? Bud dit que Turkey lui a expressément demandé de les lui remettre en personne et, comme par mégarde, fait tomber une enveloppe par terre qu’Harm ramasse. Le capitaine Krennick informe Harm que l’Amiral Chegwidden l’attend au rapport demain matin à 8 heures.

– Meg, Monsieur Roberts a tout ce qu’il faut pour faire un bon officier de Marine

– Ou un très bon avocat d’assises !

Le Capitaine Krennick a rejoint le Commandant Holbarth sur la passerelle : elle va se calmer maintenant, son enquête est terminée avec le suicide et la lettre d’aveux de Lam ? Pas du tout elle doit enquêter maintenant sur son suicide; oui, mais c’est purement formel ; non, rien n’est purement formel dans la Marine. Le Commandant ajoute que deux de ses officiers sont morts et il s’inquiète pour sa carrière ; en réalité, remarque-t-elle, il s’inquiète pour la faute qu’il a commise en ne signalant pas le harcèlement ; elle n’en dira rien ; il la remercie. Mais remarque que la gentillesse de Diane lui a coûté la vie.

Harm se confie à Meg : il avait écrit à Diane un poème pour la fin de leurs études, un truc idiot qui parlait d’océan et de soleil. Elle le conservait dans son manuel de guide de l’officier de Marine !

– Vous ne devriez pas lire tout ça, Harm, ne gâchez pas vos souvenirs avec un rapport d’autopsie

– Et s’il n’avait rien fait de tout cela ? les deux morts ! son suicide arrange bien les choses ; pourquoi Krennick a-t-elle été suivie ? ça ne colle pas ; Meg, je vais le lire, je vais dans mes quartiers, je dois me préparer pour partir à Washington

– Ce sera le Capitaine Mast ?

– Probablement

– Je suis sûre qu’elle sera indulgente !

Quand Harm arrive dans ses quartiers, il découvre des paquets de lettres entourées d’un ruban sur sa table et l’Agent Turkey sortant de sa salle de bains : il est en colère, qu’est-ce que ça signifie ? Il voulait lui restituer ses lettres, en privé. Il est un écrivain très prolifique ! Harm est furieux qu’il les ait lues. Officiellement, elles appartenaient à sa famille, mais il tient à les lui donner, parce que depuis le début ils ne sont pas bien comportés l’un avec l’autre et il lui tend la main en lâchant comme dernière réplique :

– A votre place, je l’aurais décalquée, moi aussi !

Le Capitaine Krennick quitte la base mais se sent poursuivie, épiée quand elle arrive à sa voiture ; quand elle se retourne pour regarder derrière elle, elle se trouve nez à nez avec le canon du revolver que pointe Harm sur elle ; on frappe à la porte de sa cabine et Harm émerge de son cauchemar, il s’était assoupi!

Meg lui annonce que selon le rapport d’autopsie, on a déplace le corps de Diane ce n’est que seulement une ou deux heures après sa mort qu’on la replacée dans la voiture. Comme Lam n’a quitté le bateau que pendant une demi-heure, ce n’est pas lui !

– Pourquoi Turkey alors qu’il l’avait déjà lu, ne s’est-il pas posé les mêmes questions ? – Il était en train de fouiller mes affaires quand je suis arrivé, s’exclame Harm ; de toute évidence, il veut m’imputer le meurtre de Lam. Je ne crois pas qu’il s’est suicidé, ni Turkey d’ailleurs ! Il croit que j’ai tué Diane et Lam ! Mais je dois me rendre à mon rendez-vous avec l’Amiral ; Meg, renseignez-vous auprès des hommes qui étaient de faction ce soir-là, si Diane a quitté le port avec quelqu’un , ils doivent s’en souvenir.

Et comme elle n’arrive pas à partir

– Vous pouvez vous sauver, à moins que vous ne vouliez m’accompagner sous la douche?

– Et si vous ne reveniez pas ?dit-elle timidement

– Je reviendrai.

Lundi 4h29 Bud est en train de boire un café avec le Chef quand Harm se présente et demande la permission de quitter le navire ; il les salue, salue le drapeau et descend à quai.

De loin, les deux hommes voient arriver une voiture suivie d’une jeep : sur le quai, l’Agent du NCIS demande à Harm où il va : il a rendez-vous avec l’Amiral Chegwidden

– Malheureusement, je dois m’opposer à cet ordre

– Je ne crois pas que l’Amiral apprécierait !

– Je crains qu’il n’ait pas le choix ! Je vous arrête pour le meurtre de Diane Schonk

– Je ne suis pas l’assassin de Diane !

– C’est pour ça que l’on a vos empreintes sur l’arme du crime que des plongeurs ont retrouvée cet après-midi ! Vous avez le droit de garde le silence… mais suis-je bête, vous êtes avocat, vous connaissez vos droits !

Et de loin, Bud et le Chef voit un policier passer les menottes à Harm, qui monte dans la voiture.

JE RECOMMANDE AU LECTEUR DE POURSUIVRE SA LECTURE AVEC L’EPISODE Death Watch – En mémoire de Diane, dans la saison 3, QUI EN EST LA SUITE

9274 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*