3.14 – Father’s day

2h12 GMT 3ème jour de manœuvres Base des Marines de Quantico, Virginie

Tourelle d’un char : « Tigre 2, on est sorti de la formation, position inconnue… tourne à droite… tourne à droite, enfin !….- désolé, Sergent…- ici Tigre 2, avez-vous un véhicule ami en vue ?… Négatif, nous avons perdu le bataillon…. Le terrain est truffé de blindés… le conducteur est désorienté, à vous !…. »

Dans le poste de commandement, l’officier souligne que c’est le caporal Wetzel qui est aux commandes, il a trois ans d’expérience, il faut lui dire d’ouvrir les yeux, bon sang !

« Ici, Tigre 6, on a l’impression qu’on est en position connue, Colonel … il y a quelque chose devant nous ! – Sergent! Vous m’entendez… – Monsieur, Monsieur ! Je crois… – Tirez-vous ! Tirez-vous : le char est entré dans le campement et roule sur la tente du poste de commandement !

15h32 Quartier général du Jag

L’Amiral parle à Harm et Bud : Le Commandant de Quantico estime que le conducteur du char, Daryl Wetzel doit être traduit en Cour martiale : au cours d’une manœuvre il s’est perdu et percuté la tente de son comandant ; tous sourient de cette bévue comme s’il s’agissait d’une blague.

– Le Caporal Wetzel a admis sa négligence et mérite que vous le défendiez, Capitaine.

Harm semble surpris, il a l’affaire MC Carthy à régler, elle est inscrite sur le registre des audiences ; l’Amiral s’approche de lui :

– Capitaine, est-ce que vous vous estimeriez trop bon pour certains dossiers ?

– Pourquoi moi ?

– Vous bénéficiez d’un régime spécial ?

– Non

– J’ai noté l’attitude cavalière au sein de mon équipe vis à vis de certaines affaires mineures et devant l’échange de regards entre Harm et Bud, il ajoute : le Caporal Wetzel a le droit à la meilleure défense possible

Quand Mac arrive, on la briefe sur l’affaire d’un manquement au devoir due à une regrettable…. Inéfficacité, dit Harm et Mac se tourne vers l’Amiral en souriant ; pendant cet échange, Bud, derrière l’Amiral, lui fait de grands signes, comme s’il se faisait couper la gorge :

– Est-ce que le Capitaine est en pénitence ?

– Qu’est-ce qui vous fait dire ça, Major ?

– Comme il y a de plus gros poissons… en ce moment…

On assiste à un jeu de regards à quatre, assez désopilant ; l’Amiral les quitte et Bud lui dit qu’il a essayé de la prévenir pourtant !

– La prochaine fois, hurlez-le moi à l’oreille ! Je n’ai pas traité de manquement au devoir depuis ma première année au Jag !

Harm charge Bud de prendre un rendez-vous avec le Colonel de Quantico et Mac doit se renseigner sur les états de service du Caporal.

Harm et Bud reçoivent le Caporal et le Caporal explique sa situation familiale : sa femme, Mary et lui sont séparés depuis deux mois, elle a gardé la maison ; c’était une danseuses exotique, il adorait son look et il l’a épousée, mais « elle est trop tordue pour penser aux autres… »

Quand Mac fait son entrée, le Caporal s’empresse de lui demander :

– Madame, vous voulez vous asseoir ?

– Non, merci de l’avoir proposé…

Et Harm et Bud, confortablement assis, se regardent, et sont dans leurs petits souliers !

Il poursuit : ils ont un fils de un an, Sean dont Mary a la garde ; elle a réussi à cacher au tribunal qu’elle consommait de la drogue, il a fait appel pour casser cette décision et aura la réponse ce vendredi. Il est inquiet ; une voisine l’a récemment appelé quand elle a découvert que sa femme chargeait la voiture comme si elle voulait partir ; il y est allé tout de suite. Harm fronce les sourcils et demande si elle essayait de s’enfuir avec l’enfant ? S’il ne l’en avait pas empêchée, il n’aurait plus revu son fils, cela l’a bouleversé toute la journée, elle va sûrement recommencer.

Il a plaidé lui-même, parce qu’il n’a pas les moyens et a axé son argumentation sur la sécurité de son fils.

Harm souligne que ses actes ont mis en danger le Commandant de son unité, cela peut lui valoir jusqu’à trois mois d’incarcération ; impossible, répond-il, la prison compromettra ses chances de garder son fils.

18h27 Lotissement des sous-officiers Base des Marines de Quantico, Virginie

Mac, Harm et Bud vont voir Mary Wetzel : Daryl a menti pour la drogue, il n’a aucune preuve ; elle papillonne ; précise qu’ils ne s’entendaient pas. Pas de drogue, elle aime trop son bébé. Elle a essayé de quitter la ville avec son bébé ? Non, elle allait juste voir sa maman… Elle adore ce bébé, c’est tout ce qui lui reste et lui donne le sein devant ses interlocuteurs.

21h41 GMT Base des Marines de Quantico, Virginie

Harm et Mac sont venus voir le Général, commandant de la base et lui expliquent la situation du Caporal ; le Général évoque la situation du Caporal qui a déjà reçu deux punitions assorties de sanctions financières ; mais sa femme néglige leur enfant… il essaie de récupérer la garde de son fils…Il n’en démord pas, quand il aura accompli sa peine. N’a-t-il pas des enfants lui aussi, tente Harm ; le Général précise qu’il ne veut pas se mêler des affaires privées de ses officiers, précise qu’il aime bien le Caporal, c’est un homme courtois, l’assistante sociale est déjà intervenue et il ajoute :

– Vous ne me demandez pas le changement de juridiction ?

– Vous feriez ça ? dit Mac

– C’est d’accord, vous l’emmenez sous escorte à Parris Island

– Merci, Monsieur, dit Harm

– Pour votre information, Capitaine, ma femme a malheureusement fait trois fausses couches…

– Désolé, Monsieur !

23h36 GMT Quartier général du Jag

Le procès se déroulera lundi prochain à Parris Island explique Bud à Harm ; mais ils n’ont pas les moyens de prendre l’avion ; il n’y a pas d’avion militaire avant trois semaines ! Harm dit qu’il va aller voir Chegwidden et celui-ci l’entend et s’approche ; il lui rappelle d’une voix contenue mais très ferme, toutes les affaires récentes où il était impliqué et qui ont coûté les yeux de la tête au Jag, explosé le budget et tout ça, c’est à mettre à son actif personnel…

– Bouclez enfin une affaire sans dépassement, juste une fois… faites-moi plaisir !

Quand il revient annoncer la nouvelle à Bud, celui-ci remarque que cela fait deux jours de route ! Ils partiront donc vendredi !

Il demande à Mac de venir dans son bureau : elle veut l’aider, pour son bébé

– Ne faites pas ça, Mac ! ne faites pas ça !

– …

– Je suis d’accord, le Caporal Wetzel va payer ça très cher, mais sa vie privée est un véritable petit nid de vipères !

Mac l’attendrit du regard.

– Très bien, si on s’en charge, ce ne sera pas pendant le service ! Mais il lui faut un avocat civil : vous voulez encore démissionner ?

Elle le guide vers son bureau et ajoute :

– je connais quelqu’un qui le fera gratuitement et on découvre que Dalton Lowne les attend dans son bureau.

Elle fait les présentations et l’on sent Harm immédiatement sur la défensive, il sourit jaune !

– Dalton a des connaissances en droit familial, dit Mac

– Vraiment ! une jeunesse un peu dissolue peut-être ?

– Je plaiderai l’ajournement jusqu’ à son passage en Cour martiale mais

– Et bien, c’est certainement une solution… dit Harm

– Vous avez déjà baissé les bras, demande Dalton

– Non, intervient Mac, qui sent la conversation déraper, ce que Harm veut dire

– Merci, Mac, mais je travaille sans interprète : les lois militaires sont moins souples que leurs équivalents civils. Notre affaire…

Mac tend le dos…et tente de faire bonne figure :

– je ne voulais pas insinuer que votre stratégie…., dit Dalton à Harm déjà sur le pas de la porte et qui se retourne

– Je ne suis pas… du tout…vexé, Monsieur Lowne, et si on parlait de ça en dînant ?…

– Je connais le maître d’hôtel du « Jardin », propose Dalton en sortant son portable

– Je pensais plutôt à des nouilles chinoises, reprend Harm

– On peut aussi faire ça !

18h18 GMT Tribunal des Affaires familiales, Comté de Stafford, Virginie

Entouré de ses trois avocats, le Caporal est inquiet ; ils le rassurent, avocats et juge discuteront entre eux ; à ce moment, il est assiégé par une journaliste, les avocats tentent de l’écarter mais Daryl veut s’expliquer ; il répond dans l’urgence, tout en marchant à un feu de questions et répond très maladroitement ; il se fait piéger et Harm intervient énergiquement ; la journaliste leur demande qui ils sont et Mac répond dans la foulée : -Robin et Batman !»

Dalton demande l’ajournement de la décision jusqu’au passage en Cour martiale, la juge semble favorable et la défense : elle ne s’y oppose pas à condition que la Cour prononce la suspension du droit de visite du père, au regard des récents évènements et ce dans l’intérêt de l’enfant. Quand ils sortent de la salle d’audience, Daryl Wetzel est déboussolé, ses avocats tentent de le rassurer.

0h32 GMT, Auberge Tree top, Fayetteville, Caroline du Nord

L’auberge est en ébullition : une convention « Code Quantum » s’y déroule.

Quand Bud et Harm arrivent dans leur chambre, tous contents d’en avoir une, la surprise est de taille : un grand lit pour deux personnes en occupe le centre !

Harm se rend au restaurant où Mac est en train de dîner ; le bruit des conversations est assez assourdissant.

– J’ai besoin de réconfort, je vais partager mon lit avec Bud !

– Il y a une Bible dans un des tiroirs !

– Ecoutez, à propos de Dalton Lowne…. Il baisse les yeux…

– Harm, arrêtez !

– C’est légèrement tendu… entre nous… j’avoue qu je lui en veux…peut-être un peu…

– Pourquoi ?

– Et bien… (on le sent dans ses petits souliers !) c’est une bonne question… et bien, c’est probablement…parce que si j’étais un civil, je serais probablement comme lui… je me sens probablement un peu jaloux de lui ! Voilà… je l’ai dit !…

– De vraies excuses… ! Vous m’impressionnez !

– J’essaie de m’améliorer…. Ne le dites à personne. Je peux prendre cette olive ?

– Oui, bien sûr ! Vous savez, c’est votre budget repas de la journée !

– Ça pourrait être drôle si ce n’était pas vrai !

Il poursuit en parlant de leur stratégie de défense, louvoyer et manœuvrer à vue en misant sur les sentiments du jury ; il pense que Mac est trop impliquée dans cette affaire, elle est son avocate pas son sauveur ; lui, il est trop froid, dit-elle ; il répond que sa froideur est stratégique ; à ce moment, le Caporal Daryl Wetzel montre son visage, il était juste en dessous d’eux.

– ça va, Caporal ?

– Je reste positif !

Et il raconte qu’il a été élevé par sa grand-mère, Béa, elle lui a appris un tas de choses dont la plus utile est celle-ci : quand on ne trouve pas de passage à travers la jungle, on doit ouvrir le sien ! C’est ce qu’il fera pour Sean.

Les deux avocats se retirent, Daryl aussi pais au passage découvre sur l’écran de télé, le visage de sa femme : elle dit que son mari est dangereux, oui, surtout pour Sean ? Le droit de visite ? A son avis, il vaudrait mieux qu’il ne revoie plus jamais son fils !

Dans sa chambre, sous la garde d’un Sergent, Daryl introduit un cachet dans son soda.

4h17 GMT, Auberge Tree Top, Fayetteville, Caroline du Nord

Dans la chambre de Bud et Harm, ce dernier ne trouve pas le sommeil ; Bud est agité, se tourne et se retourne ! Les yeux grands ouverts, Harm subit en silence puis l’interroge : Bud pense à Harriet, si « chaude » un petit radiateur et quand Harm lui demande où il veut en venir, il explose de rire, avoue qu’il n’en sait rien, qu’il ne voulait pas le déranger ; Harm est excédé :

– Même si j’étais endormi, Capitaine, je pense que je saurais faire la différence entre vous et Harriet !

– Vous l’aimez Bud ?

– Oui, énormément, Monsieur !

– Vous avez des désaccords ?

– Non, tout est parfait !

– Aucune relation n’est parfaite, Bud !

– Oui, mais celle-là, elle l’est !

Daryl, revêtu de son uniforme quitte en silence sa chambre et s’empare d’un véhicule laissé par un conducteur devant l’auberge.

15h17 Lotissement des Sous-officiers, base des Marines de Quantico, Virginie

La mère de Sean arrive en voiture décapotable, raccompagnée par un ami ; elle prend Sean et la presse est là ; un journaliste de Channel 9 veut l’interviewer sur ses démêlés avec son mari; la seule chose qui semble la préoccuper c’est de savoir si elle est à son avantage…Elle dépose son fils dans la maison, le journaliste l’attire au dehors pour l’interview et pendant qu’elle lui répond disant notamment que son fils n’est pas affecté par la situation, elle aperçoit soudain Daryl qui s’est emparé du couffin et du petit Sean.

Le Général est très remonté contre lui ; on sait qu’il n’a pas quitté la base ; Harm lui demande d’y aller en douceur, ses intentions ne sont pas mauvaises ; le Général pense qu’il a « pété les plombs » ; Mac parle des moments difficiles qu’il vient de vivre et Harm repère tout de suite ce qui arrive vers eux :

– Monsieur, jetez un coup d’œil par là …

Un tank se déplace dans leur direction ; à la question, « où est le bébé » répond un gazouillis dans l’habitacle. Le char poursuit sa route et brise une barrière, se positionne face à eux et semble vouloir se diriger vers la sortie, le journaliste de Channel 9 filme et le général lance des ordres pour que d’autres chars interviennent. Harm prend les devants et va se planter devant lui, à quelques mètres ; il s’arrête et Harm lui parle :

– Où est le bébé ?

– A l’abri des injustices du monde, Monsieur ! je ne suis pas un sujet, Monsieur, je suis une personne !

A l’intérieur, il prend son fils dans ses bras, lui montre le « périscope », le câline.

Le Général s’adresse par radio à Daryl :

– Fiston, ici le Général Albanèse, vous allez vous rendre sur le champ avec l’enfant ; Caporal, vous mettez votre vie en danger !

Le Caporal fait tourner la tourelle et Harm a un mauvais pressentiment : le Caporal a ouvert le feu sur un véhicule isolé, garé sur la place.

17h40 base des Marines de Quantico, Virginie

– Désolé de vous dire ça, Monsieur, dit Bud, mais je crois qu’on a encore écorné votre budget !

Des tireurs se mettent en position sur les toits. Des hélicos survolent les lieux ; le cirque habituel, dit Harm ! Il fait remarquer au Général que c’est le Caporal qui mène la danse et lui demande d’arrêter les chars qui viennent de prendre position autour de lui ; il risque d’avoir l’opinion publique contre lui si on apprend qu’un bébé a été blessé par sa faute ; Que suggère-t-il alors ? Il a une idée.

19h56 GMT, deux heures plus tard : un hélico de transport atterrit.

Harm va accueillir Béatrice Green, la grand-mère de Daryl :

– Capitaine de Corvette Rabb, Madame Green

– Vous êtes très grand !

– Je ne l’ai pas fait exprès, Madame, dit Harm en souriant

Elle s’adresse à son petit-fils ; commence par lui demander des nouvelles de Sean ; il va très bien ! Et lui demande des lui expliquer ce qui lui arrive :

– Je ne suis pas seulement un Marine ni un père, je suis un Marine qui a la chance d’être père ! J’aime mon pays autant que j’aime mon fils, je ne comprends pas pourquoi je devrais choisir entre eux !

– Tu vas rendre l’enfant ?

– Tu sais bien que oui ! C’est à toi que je veux le donner.

Il ouvre le panneau et elle s’approche du char ; Harm est positionné sur le char, derrière la tourelle, derrière Daryl quand il l’ouvre ; Harm s’excuse de ne pas avoir su l’aider et lui demande pardon, en insistant sur le fait qu’il est sa seule chance : peut-il lui promettre que mary n’aura pas Sean ? Il fera de son mieux mais il ne peut pas raisonnablement le lui promettre. Ensemble ils réussiront, il veut le sortir de là ; Daryl semble assez désespéré ; Harm lui fait valoir que tout ce qu’il gagnera c’est que son fils sera privé de son affection ; Croupir en prison ? Mais son fils saura ce qu’il a fait pour lui… Les tireurs l’ont mis en joue et sont prêts à tirer ; lentement, Daryl se penche et ressort avec la « tototte » du petit Sean qu’il confie à Harm – soulagement général- et lui donne le petit.

20h54 GMT Quartier général du Jag

Dalton Lowne et Mac entrent dans le bureau de Harm ; Oui, Mac lui a expliqué : il veut qu’il représente la grand-mère afin de lui obtenir la garde de Sean, le Caporal sera absent pendant un certain temps ! ; Harm le complimente sur sa cravate, dans un geste de réconciliation.

– Fort Leavenworth, c’est ça ? pour combien de temps

– Nous pensons limiter la casse à cinq ans !

– C’est assez ambitieux, dit Dalton

– Vous n’allez pas baisser les bras, dit Harm

– Touché, répond Dalton. Notre seule chance est de prouver que la mère est inapte, mais nous n’avons pas de preuves !

Harm sort une cassette vidéo du tiroir de son bureau et la lui remet.

Dalton Lowne plaide en évoquant le passé positif de la grand-mère du Caporal qui l’a élevé après avoir éduquer et élever de nombreux autres enfants. Il parle ensuite de Mary Wetzel, une toxicomane avérée et produit la cassette que le Capitaine de Corvette Rabb et le Major Mackenzie ont obtenue de Channel 9 : on voit l’arrivée de Mary au lotissement des Sous-officiers de la base de Quantico : le conducteur est fiché par la police ; il vient de faire de la prison pour possession et commerce de cristaux de métaphétamines, et le témoignage qu’il fournit à la Cour, prouve qu’il était le fournisseur de la mère de Sean, depuis près de trois ans !! La défense reste silencieuse !

A la sortie de l’audience, la grand-mère de Daryl s’adresse au journaliste pour le remercier ; en fait, elle doit remercier le Capitaine Rabb. Non, elle apprécie un geste peu courant dans les médias aujourd’hui !

Harm se penche alors vers elle et lui tend son arrière-petit-fils ; il lui apprend que les Marines se sont engagés à demander la réhabilitation du Caporal et que le Général Albanèse a proposé d’organiser personnellement sa défense !

– Vous avez pris des risques pour Daryl et Sean, Capitaine ! J’en conclus que vous savez ce que c’est d’être père !

– Madame, je sais seulement ce que c’est que d’être un fils, répond Harm, tout sourire.

 

8529 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*