3.18 – Tiger tiger

21h07 GMT USS Stockdale, Golfe du Mexique

« J’ai fait une croisière Tigre à 11 ans, dit Bud, mon père était cuistot ; j’ai passé toute la croisière à l’infirmerie à vomir tripes et boyaux, le mal de mer ça ne pardonne pas… »

« Iceberg, par bâbord avant ! » Harm sourit à ces mots dans son talkie-walkie et explique : « Hier soir avec Annie et Josh, nous sommes allés voir ‘Titanic’ avant qu’on ne lève l’ancre ; qu’est-ce qui vous fait croire ça, Monsieur Pendry ? »

« Je suppose que ça pourrait être un voilier, Monsieur ! « On ne suppose pas dans la Marine, Monsieur Pendry ; si vous ne savez pas de quoi il s’agit, vous devez dire ‘navire, avion ou Objet non identifié’ » « Compris, Monsieur ! »

« On dirait déjà un vieux loup de mer, dit Bud » « Normal, Bud, son père était dans l’Aéronavale ! vous savez, c’est vraiment dommage que Annie refuse qu’il suive ses traces un jour…

« Ça m’a surpris que vous ayez eu la permission d’emmener Josh pour cette croisière Tigre » ; Harm allume lentement un cigare et prend son temps : « je ne l’ai pas vraiment eue ; Annie pense que nous faisons de la voile pendant le week-end… »

« Canot de sauvetage par bâbord….ils envoient des SOS, Monsieur ! » « Josh, une croisière Tigre n’est pas faite pour faire des farces ! »

Harm et Bud se dirigent vers lui, c’est probablement une fausse alerte, ça n’a rien de drôle !

« Je ne plaisante pas Harm ! » ; ce dernier regarde dans les jumelles à son tour ; il y a bien un canot, et il est en train de couler !

21h51 USS Stockdale, Golfe du Mexique

Les réfugiés montent à bord dont une femme enceinte ; tous sont sur la passerelle du Commandant avec Josh : il peut être fier de lui, il doit avoir hâte de raconter ça à sa mère….Le Second, une femme arrive et le prévient que les réfugiés sont regroupés dans le hangar 1 ; il y a juste un petit problème, une future recrue pour les jeunes Tigres ; elle va accoucher ? Cela a déjà commencé ! impossible de l’héliporter à terre : l’officier en second lui répond qu’à sa place, elle n’aurait pas aimé ça et demande la permission de la conduire à l’infirmerie du bord ; accordé !

Le Commandant se tourne alors vers Harm :

– Capitaine Rabb, si ce bébé naît sur un navire de guerre américain, que ferons-nous de notre politique de renvoyer tous les réfugiés à Cuba ?

– ça va sans doute compliquer les choses, ce bébé sera citoyen américain ; sa mère pourra demander asile provisoirement le temps que les autorités prennent une décision !

– Et nous qui étions partis pour une petite croisière tranquille de deux jours !

– Avec votre permission, je vais informer le Jag de la situation….

– Permission accordée !

Harm s’éloigne non sans avoir demandé à Bud de veiller tout particulièrement sur Josh qui a « la mauvaise habitude de s’éclipser en douce ».*

Le second arrive à l’infirmerie au moment où l’on entend dans les haut-parleurs du navire « Tous les Tigres doivent se présenter à l’exercice d’évacuation du navire ». Bud dit à Josh qu’ils vont y aller et devant sa moue « les ordres sont les ordres, Monsieur Pendry ! »

A l’infirmerie, la femme – Rosalita – est prise de contractions et demande son frère ; sans traduction, le Second croit qu’elle demande son ma ri et va retrouver les réfugiés ; en fait, elle a un frère, qu’il vienne, il pourra certainement la calmer un peu. La femme refuse l’examen que veut faire l’infirmier américain ; son frère explique qu’elle a peur des hommes en uniforme, elle a été violée par les soldats de Castro. L’infirmier leur donne cinq minutes et s’éclipse. Il est à peine sorti que le frère et Rosalita se regardent, il prend un scalpel, coupe les bretelles de ce qui se révèle un faux ventre puisque ce sont des armes et des explosifs.

Harm est aux transmissions et demande à l’opérateur de chiffrer son message et de l’envoyer.

Bud cherche Josh, le voit s’éloigner avec ses copains puis disparaître à gauche quand les autres vont à droite ; Harm est exaspéré. On entend des cris à l’infirmerie, le Marine de faction devant la porte entre précipitamment pour appeler ; il est abattu froidement.

Harm et Bud recherchent Josh parmi les Tigres rassemblés : et ne le voient pas ; ils s’adressent à la petite fille avec laquelle il parlait peu de temps auparavant : elle dit « il vole ! » ; il y a un Seahawk dans le hangar, il est parti voir : Harm s’empresse d’envoyer un message sur son talkie-walkie » Monsieur Pendry, vous n’aurez plus le droit de voler, vous êtes aux arrêts ! Restez où vous êtes jusqu’à ce que j’arrive » La réponse fuse : « Roger, exécution ! » ce qui ne manque pas de faire rire Bud, qu’Harm réprimande du regard, Bud cesse, Harm sourit, … Bud aussi, Harm fait à nouveau mine d’être sérieux… la petite fille demande à Bud si c’est son père ? Non, un ami de sa mère et elle s’exclame : « Dommage que ce ne soit pas celui de ma mère ! » A l’infirmerie, Rosalita et son frère abattent un autre marin.

Une voix demande aux Tigres de rentrer à l’intérieur, ordre du Commandant ; la petite fille fait remarquer à Bud que ce n’est pas normal, l’homme ; un caporal na pas sa casquette et il est armé ! Bud acquiesce mais l’homme a remarqué qu’il était repéré et leur ordonne de se joindre aux autres, il serait désolé de devoir le tuer devant tous les enfants !

22h48 USS Stockdale, Golfe du Mexique

Harm a rejoint Josh : il a failli se faire tuer la dernière fois qu’il a fait ça (épisode ‘Un enfant en danger’) Josh fait ses excuses mais Harm rajoute : « les casse-cous n’ont rien à faire dans la Marine, vous n’avez aucune excuse, vous aurez un rapport, Monsieur ! »

Le terroriste, frère de Rosalita, prend la liste de noms des Tigres et remarque qu’il y a une petite ‘Erin,’ fille du Second, lui demande de s’approcher, sa maman l’aime beaucoup certainement quand Bud fait mine de s’interposer, Rosalita lui montre ce qu’elle a sur la poitrine, du Semtex, assez pour faire exploser le hangar et tous ceux qui s’y trouvent, vous y compris, dit à Bud. Erin et vous vous m’accompagnez sur la passerelle ! »

– Les réfugiés ne sont pas admis sur la passerelle, Lieutenant, dit le Commandant

– Ce ne sont pas des réfugiés mais des terroristes, Commandant

On voit les autres hommes du commando faire sauter l’armurerie pour prendre des armes puis les transmissions ; Josh interroge Harm qui tente de le rassurer ; le Commandant va bientôt parler pour tout expliquer. Sur la passerelle, le Commandant essaie d’intimider le Cubain : il a 266 hommes d’équipages à bord mais il sait déjà qu’aucun d’eux n’est armé Bud doit expliquer que la réfugiée n’est pas enceinte, elle a un faux ventre bourré de Semtex, et se trouve sur le pont des hélicoptères avec tous les enfants ! Le Comandant prend le micro et fait son annonce :

– Les réfugiés que nous avons secourus sont des terroristes cubains, ils ont pris les enfants en otages et menacent de les tuer si nous résistons ; rien ne doit être tenté.

– Le Commandant Miguel Cortes vous parle ; c’est moi qui vais désormais commander le Stockdale pendant les prochaines heures ! Tous les hommes d’équipage doivent se regrouper sur le pont arrière. Erin, viens ici, s’il te plaît, barre à 0.9.0.

Dans le hangar, Harm regarde par un hublot et voit le Marine tombé à terre ; un garde est posté dans la coursive, ils ne pourront pas passer par là. Josh demande s’il ne pourrait piloter cet hélicoptère ; non, ce n’est pas si facile, il faudrait le faire sortir du hangar, et puis on ne peut pas abandonner ses petits copains Tigres comme ça ; la première chose à faire est d’arriver à prévenir l’extérieur de ce qui se passe sur ce navire ; Josh a une idée, il peut faire comme Steven Segal dans « Piège en haute mer », il peut contacter le Pentagone avec la balise satellite de détresse ! C’est un film, Les radios de l’hélico ? Leur signal n’arriverait pas à passer les cloisons blindées mais ça lui donne une idée. Harm se dirige sous la queue de l’appareil, ouvre une trappe et en tire un cordon : il explique qu’il s’agit d’une antenne Haute fréquence que les hélicos traînent derrière eux en vol ; la radio HF est la seule radio capable de transmettre au- delà de l’horizon au niveau de la mer ! Elle est assez longue pour qu’on puisse la fixer au dehors mais où la fixer ? Josh suggère qu’il pourrait grimper là-haut par ces tuyaux là ! Ham pense alors à son portable ; oui, mais il l’a laissé dans sa cabine ; il ouvre une écoutille, elle donne directement sur la surface de l’eau et sert au ravitaillement ; il y a là un rebord et s’il se colle à la paroi, il pourrait y arriver ; il donne l’ordre à Josh de rester là.

Miguel Cortes demande au Capitaine Terry de lui donner la clé de lancement des missiles : il refuse catégoriquement, ils ne tireront pas de missiles depuis son navire ; ce n’est plus vraiment son navire ; il la demande alors à l’officier en second, la maman d’Erin, mais le Commandant s’interpose : « Vous n’oserez pas faire ça ! » « Je vais vous tuer » et il l’abat sous les yeux de tous ; le second donne la clé et il la nargue en disant : « les femmes sont trop sensibles, elles ne devraient pas être sur des navires de combat ! » Et il emmène Erin avec lui.

Harm se faufile dans les couloirs et parvient à sa cabine mais son portable indique « pas de signal »

Dans le hangar, on retrouve Josh suspendu aux tuyaux, il grimpe le câble antenne de l’hélico attaché à la ceinture ; il progresse en suspension, lentement

Dans le poste des commandes, Cortes a rejoint son aide : le lancement est pour bientôt, ils vont supprimer Fidel Castro, ils sont des ‘Libérateurs’ ; les ‘harpoon’ sont tellement précis qu’il veut qu’on touche son nez ou ses pieds ? L’ordre est donné pour dans quatre-vingt dix minutes de lancer deux missiles ; à l’extérieur, on les voit pointer leur nez vers le ciel.

« Josh ! s’écrie Harm le découvre en haut, il peine à se maintenir, lâche une main de fatigue…

23h38 GMT, Près des Dry Tortugas

Harm s’est précipité au secours de Josh, le rattrape et l’enfant peut s’agripper à lui ; il veut le redescendre mais Josh lui fait remarquer qu’il est juste dessous la bouche d’aération, il peut y arriver et aller fixer l’antenne ; c’est d’accord, qu’il fasse vite et redescende immédiatement en faisant très attention ! une fois la tête à l’extérieur, Josh ne peut s’empêcher de s’écrier : « c’est génial » En effet, de là où il se trouve, il domine de toute la hauteur du navire et voit la mer à perte de vue !

23h55 GMT Quartier général du Jag, Falls Church, Virginie

– J’ai fait aussi vite que je pouvais, dit Mac en se présentant devant l’Amiral. Elle a les cheveux mouillés. Il regarde sa montre :

– Onze minutes, Major, pour une femme qui se douchait ça doit être un record !

– Pas pour un Marine, Monsieur !

– il y a 25 minutes un avion de patrouille maritime a capté un message sur HF du Capitaine Rabb

– Mais, il fait une croisière Tigre avec Josh Pendry !

– USS Stockdale a été pris d’assaut par des terroristes cubains ; il transporte quatre missiles ‘Harpoon’

– Le Capitaine ne permettra jamais qu’elles soient tirées !

– Ils détiennent tous les Tigres en otage et les ont menacé de les tuer !

– Josh !

– Et bien quoi, Josh ? demande Annie

– Madame Pendry, venez ici, je vous prie ; vous avez répondu à mon appel presque aussi vite qu’un Marine !

– Qu’est-il arrivé à Josh, Amiral ?

– Je peux être direct ? L’USS Stockdale a été pris d’assaut par des terroristes, Josh et Harm n’ont pas été capturés

– Excusez-moi ! Quoi ? Mais pourquoi les terroristes s’empareraient-ils d’un voilier ?

– Annie, dit Mac, l’USS Stockdale est une frégate lance-missiles…

– Je ne comprends pas, ils ont été repêchés ?

– Ils sont à bord, répond Mac

– Harm a emmené Josh faire de la voile à Biscayne Bay…

– !!!??

– En tous cas c’est ce qu’il m’a dit !

Harm est avec Josh dans l’hélico, en liaison avec un P3 : Josh restera en liaison avec eux, lui il va y aller pour en apprendre u peu plus ; il précise à Josh qu’il ne doit leur parler qu’en cas d’absolue nécessité.

Harm reprend le même chemin par l’écoutille de ravitaillement sur le rebord de la coque : « ça devient lassant ! »

Rosalita tente de rassurer les enfants : ils n’ont rien à craindre il y aura une grande lumière, ils n’auront pas mal et ensuite ils dormiront !

Au détour d’un couloir, Harm tombe sur Miguel Cortes, tente de se faire passer pour un officier mécanicien qui revient du pont arrière mais son vis-à-vis connaît bien les insignes militaires et lui dit qu’il est pilote de l’Aéronavale et travaille au Jag. Que fait un avocat sur une frégate ? Il pêche le requin répond Harm ; Ah, quelqu’un, enfin, qui a de l’humour. Ça va, ma chérie demande-t-il à Erin, un de mes otages serait-il parent avec vous, ajoute-t-il ? J’espère que non dit Erin, comme ça, il n’aura pas peur de vous !

00h15 Quartier général du Jag, Falls Church, Virginie

Le Sous-secrétaire se trouve dans le bureau de l’Amiral : ils sont à moins de 80 milles de La Havane et s’en rapprochent, ils sont décidés à tuer Fidel Castro lors de son discours qu’il doit prononcer dans le stade de football de la capitale cubaine. Des commandos de Marine vont prendre le navire d’assaut à 1h GMT.

L’Amiral proteste : une nuit de pleine sur la frégate, qui navigue à plus de 20 noeuds, c’est une mission suicide ; le Sous secrétaire ajoute qu’un groupe de Tomcat est prêt à décoller pour intercepter les Harpoon qui seront lancés.

– Avec tout mon respect, Monsieur le Sous Secrétaire, vous êtes en train de signer l’arrêt de mort de ces enfants !

– Nous ne voyons pas ça comme ça !

00h25 GM, 80 milles nautiques de la Havane

On entend la voie d’un opérateur radio : un P3 surveille la frégate, Harm réussit à faire passer l’information à Bud et au second, figés face à Miguel Cortes. Parlant entre ses dents, il dit qu’il a réussi à passer une antenne à l’extérieur avec l’aide de Josh par une bouche d’aération…; Bud s’exclame « mais ça fait plus de quinze mètres de haut ; attendez qu’Annie l’apprenne !

Mac rejoint Annie une tasse de café à la main :

– Harm vous a déjà menti ? demande Annie

– Il m’a menée en bateau ; ça c’est la mauvaise nouvelle mais la bonne c’est qu’il n’y a personne en dehors de lui avec qui je préfèrerais que Josh soit en ce moment !

– Mais sans Harm, Josh ne serait pas là où il est en ce moment ; je sais pourquoi il a fait ça ; il pense que Josh peut faire une carrière dans la Marine et que ni moi ni qui que ce soit n’y pouvons rien ! Il l’aide à réaliser son rêve ! ce qui fait de lui un héros aux yeux de Josh !

– Annie, la dernière chose qu’il veut faire c’est vous éloigner de votre fils !

– Quoi que vous puissiez dire, Josh est avec lui, pas avec moi et sauf si le ciel nous protège, ça risque de finir comme ça !

Elle ajoute qu’elle sait que son comportement passé la fait passer pour un hystérique, elle n’a pas des manières très militaires, il faut la ménager un peu ! N’est-ce pas ?

Mac tente de la dissuader de penser ça et à la question, elle qu’est-ce qu’elle ferait dans cette situation ? Mac répond :

– j’intérioriserai tout probablement si c’était mon fils, c’est sans doute pour ça que suis alcoolique !

A bord de l’USS Stockdale, Miguel Cortes demande à Harm où il était caché pendant tout ce temps ; dans ses quartiers, non il ne le croit pas ! Harm avoue qu’il était dans le hangar d’un hélicoptère mais il n’a pas pu transmettre avec la radio et son portable : il ne fonctionne à cette distance des côtes et… la sonnerie retentit ! Harm passe le téléphone à Cortes.

Tout en l’ouvrant, Harm continue de parler « Si j’avais su que ça marchait, j’aurais appelé ‘SOS terroristes’ ! » A l’autre bout du fil, l’Amiral a compris, Harm est tombé dans leurs mains ; il passe, dans l’urgence le portable à Mac en lui disant de se présenter comme la petite amie d’un pêcheur, c’est un faux numéro et elle improvise :

– Tony, ici Sherry, d’où j’appelle de Key West, bien sûr! Passez-moi Tony, ou alors il est trop soul pour me parler?

Pendant ce temps, l’Amiral fait couper le relais de la ligne par le P3. Bud intervient pour dire qu’il doit s’agir d’une anomalie atmosphérique ; Juan confirme que c’est impossible q’avoir la ligne d’un portable si loin des côtes. Dans le hangar, Rosalita chante une berceuse aux enfants ; Miguel Cortes répond aux questions de Harm : il est un Libérateur ; se confie un peu, Castro a torturé son père ; donc il veut se venger ! la remarque de Harm le rend furieux. Il veut libérer son peuple de 39 ans d’oppression ; et pour cela, dit Harm, il va faire sauter le stade, et tuer tous ces gens ; il n’en a rien à faire, ils soutiennent Castro !

Il ordonne à Juan de lancer les ‘ Harpoon ‘mais la clé ne fonctionne pas ; il prend la fillette, la vie sous les yeux de sa mère qui cède et lui donne enfin la bonne clé ; dans son écouteur, Rosalita lui demande ce qui se passe, il la rassure. Harm souligne qu’il n’a aucun contrôle sur elle, c’est elle qui a le doigt sur la détente.

Il s’en va et Harm peut appeler Josh : celui-ci l’informe que des commandos vont intervenir et des Tomcat vont intercepter les missiles ; Harm demande alors à Josh de faire exactement ce qu’il va lui dire et puis après ça, il devra se sauver de là. » Entendu, Monsieur » répond l’enfant.

Grâce à la clé, Juan lance deux missiles en disant « Cuba libre ».

Deux F 14 les aperçoivent sur leurs radars : le premier le verrouille et il est descendu, le second est mitraillé ; ils disparaissent de l’écran de Juan ! il en lance deux autres et la voix de Harm sur le seuil leur annonce qu’ils vont être détruits comme les deux premiers ! Ils détruiront tout ce qu’ils lanceront !

– C’est moi votre seule chance d’en sortir vivant, ajoute-t-il ; vous haïssez Castro pour ce qu’il a fait à votre père et vous faites la même chose aux parents de ces enfants ; désarmez Rosalita et sauvez-vous !

– Elle ne voudra pas !

– Personne ne vous tirera dessus, prenez l’hélicoptère…

On entend un rotor qui se met en marche. Miguel annonce à Rosalita qu’ils l’ont eu, vraiment eu ! Ils ont réussi ; l’hélico est prêt, il vient la chercher.

Il sait bien que non, elle restera là avec les enfants, c’est leur seule garantie…

– Rosalita ! appelle une voix dans l’ombre de la porte…Elle se tourne et deux coups touchent la femme au front : c’est Harm qui a tiré depuis le seuil. Il n’avait pas le choix, dit Bud, c’était la seule chose à faire ; les parents retrouvent chacun leur enfant. Soudain l’hélico des Cubains disparaît de l’écran radar et Josh, tout fier dit qu’il a mis de l’eau dans le réservoir ; c’est sa première victoire dit le Second qui prend le commandement, il a de qui tenir ce garçon, on lui doit une fière chandelle !

16h15 Quartier général du Jag, Falls Church, Virginie

– il a l’air d’aller bien, comme la dernière fois, toi aussi, constate Annie dans le bureau de Harm. Comment tu y arrives à risquer ta vie sans une égratignure ? et pourquoi tu n’as pas appris à Luke ?

– je suis désolé, Annie, dit Harm tout contrit

– De quoi ?

– De t’avoir menti pour ce week-end

– Ça, je tel pardonne volontiers mais pas d’avoir appris à mon fils à en faire autant ! ça c’est inacceptable !

– Annie, on volait tout te dire au retour, dit-il en riant

– Un mensonge ce n’est rien du moment qu’on l’admet ?

– Nous étions comme des soldats qui font le mur ! ce n’est pas si grave ! je ne veux pas que Josh soit terrorisé par la vie, aussi craintif que sa mère….

– C’est peut-être vrai mais ça ne te regarde pas du tout, c’est mon problème, mon défi… que je compte bien relever en ne te revoyant plus jamais !

Harm est stupéfait par ces mots, comme incrédule

– Adieu, Harm !

– Annie…. !

– Ne m’appelle surtout pas !

Harm reste muet et la regarde s’éloigner assommé et impuissant quand Bud surgit tout excité près de lui :

– elle a accepté !

– Quoi ?

– J’ai appelé Harriet en Floride, chez ses parents, je lui ai demandé sa main, elle a dit oui !

– C’est super, dit Harm qui se retrouve un peu

– Merci, Monsieur !

De la main, Josh fait un signe à Harm en quittant les bureaux. Harm le suit des yeux

– Félicitations, Bud…

– Monsieur, vous voudrez bien être mon témoin ?

– J’en serais très honoré, Bud

– Merci, Monsieur, je vais vite le dire au Major !

Harm se retrouve seul ; on le voit de loin, courbant la tête, vaincu, les bras ballants, image de la désolation qui l’a envahi.

 

8568 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*