5.21 – The witches of Gulport

Cela commence la nuit par une incantation prononcée par une voix d’homme « ce sont les paroles de la grande déesse de l’Ancien temps qu’une fois par mois et de préférence une nuit de pleine lune vous vous réunissiez en un endroit secret pour me célébrer »… une voix de femme prend le relais ; les auditeurs font cercle autour d’eux et sont habillés de bures avec capuche. On ne voit pas leurs visages Le « prêtre » dit « soyez libres, joyeux et vêtus de lumière » : alors tour à tour, ils découvrent leur tête, puis hommes et femmes se dévêtissent, un à un ; le dernier à le faire est… Mac !

Aéroport de Gulfport-Biloxi, Mississipi : Harm et Bud arrivent et sont accueillis par une jeune quartier maître qui leur dit qu’ils sont bienvenus et les invités du Centre du bataillon de construction : elle se présente Bonny Johnson, il s’agit de Mac ; Harm lui demande de porter leurs bagages ; une fois arrivés sur le parking, elle lâche les sacs, furieuse ; Harm prétend qu’il ne voulait pas griller sa couverture. Quand elle rétorque qu’elle est son amie, il lui dit qu’il est ami avec le lieutenant colonel MacEnzie mais connaît très peu le Quartier Maître Johnson. Puis il lui demande ce qu’elle a découvert ; que taper à la machine abîme les ongles ! plus sérieusement, elle explique que les Weacans vénèrent leur dieu, la nuit, tout nus ; ils n’ont pas de rapports sexuels, mais dansent autour du feu puis sautent par-dessus ! Rien de corrobore les allégations qu Quartier Maître Plumkett qui accuse le Maître Merker de viol. Bud, très impressionné par ces mystères échafaude des théories sur les sorcières et finit par demander à Mac si elle en est une.

Centre du bataillon de construction, Gulfport, Mississipi : le Quartier Maître Plumkett témoigne : elle raconte que le Maître Merker l’a raccompagnée à ses quartiers, et qu’il l’y a suivie, elle a voulu résister, mais elle n’arrivait plus à parler pour dire non, il lui a jeté un sort.

Mac et Harm sont perplexes : ils ne savent pas par où commencer ; Harm suggère de rendre l’affaire publique ce qui soulèvera des discussions et les retombées pourraient être fructueuses.

Domicile de Mic Brumby, Sydney, Australie : le téléphone sonne en peline nuit, Mac a oublié le décalage horaire ; elle lui raconte ce qu’elle fait et qu’ele va à nouveau danser toute nue « je t’y autorises tant que tu m’envoies la vidéo » répond-il.

Restaurant The Curlicue, Gulfport : Mac rejoint dans ce restaurant la table où sont assis trois Weacans ; l’affaire fait grand bruit et ils sont regardés comme des pestiférés, on ne veut pas les servir… Mac tente de les réconforter : « vous avez des amis.

.ils ont l’esprit large sur le sexe mais les rapports sexuels existent mais ils sont consentis. Face à l’hostilité ambiante, ils sortent. Merker raccompagne Mac à ses quartiers, lui dit qu’il apprécie son attitude et termine en demandant si elle va le laisser seul ce soir…Elle referme la porte derrière elle.

Quartier Général du Jag : l’affaire faisant la Une, les messages et demandes de rendez-vous affluent. L’ Amiral essaie de déchiffrer tous les noms, tenant son papier à bout de bras ; il a du mal à les lire ! Sur le bureau de Tiner, trône une sculpture appelée « L’œil qui voit tout » ou œil de Lucifer ; il s’agit d’un cône de plâtre vert avec deux « antennes » gondolées sur le côté et un œil au milieu …elle est destinée aux recherches du lieutenant Roberts qui l’a commandée et veut qu’on la lui expédie.

Cérémonie d’intronisation des Weakans : le grand prêtre après avoir introduit une épée dans un gobelet, jette des herbes dans le feu, les fidèles se tiennent la main ; c’est une sorte de baptême « puisse la déesse et le dieu vous protéger et vous purifier », il verse de l’eau sur le visage de Mac. Elle ferme les yeux ; à la fin, il la rejoint et lui demande le voeu qu’elle a fait, il veut lui prendre la main, découvre sa bague de fiançailles, demande s’il peut l’aider, Quand elle dit que pourriez-vous faire, il répond : « qu’est-ce que vous aimez ? »elle s ‘éloigne.

Elle rend compte à Harm de sa soirée, il parle de poudre de perlimpinpin, non c’était de l’eau salée ; Mac ajoute qu’elle trouve ce type assez fascinant…

Mac et Mic au téléphone parlent de l’affaire ; le Quartier Maître Johnson oublie souvent de saluer les officiers ; Mic dit qu’il a des fantasmes de fraternisation à son sujet, il ajoute qu’il n’est pas jaloux, ils plaisantent sur ce thème puis se quittent sur des serments; Mic est en fait dans un bar, une très belle blonde arrive et s’accroche à lui ; ils semblent très intimes.

Dans les toilettes du Centre administratif du bataillon de construction, Harm retrouve l’avocat de Merker qui lui propose un arrangement et menace de donner une interview incendiaire aux médias ; Harm lui dit qu’il vient de commettre sa première erreur et s’en va.

Administration du Centre, Gulfport, Mississipi : Bud interroge un témoin, photographe qui a pris des photos du groupe en train de danser la nuit autour du feu, depuis sa fenêtre ; il reconnaît plusieurs d’entre eux dans la salle à côté de « la fille au tatouage » : Mac se fait toute petite !

Au Jag, l’Amiral reçoit Un Monsieur Waller qui commence à tousser, et n’arrive plus à parler.

Procès : le Quartier Maître témoigne et raconte la cérémonie d’initiation ; elle était nue, »vêtue de lumière » pur être un récepteur d’énergie ; le regard de maître Merker n’avait rien de spirituel, il l’a touchée à différents endroits du corps et quand il l’a raccompagnée, il l’a suivie et là elle s’est sentie comme dédoublée, hors de son corps et n’a rien pu faire pour lui résister, il lui a retiré ses vêtements, elle était comme paralysée, incapable d’appeler ou de le repousser.

Au Jag, Tiner tente de prouver à l’Amiral que l’œil qui voit tout a un certain pouvoir : deux des rendez-vous de l’Amiral qui ne voulait pas les recevoir ont eu des accidents bizarres.

Procès : l’avocat de la défense cherche à prouver que le Quartier Maître Plumkett, anciennement baptiste et donc assez prude, a du se sentir coupable d’avoir choisi les Weacans et a menti sur sa relation avec Merker.

Dans les toilettes, Mac retrouve le matelot Stots en train de vomir, elle ne se sent pas bien et pleure. Mac tente de la réconforter en lui disant que Merker va s’en sortir, elle pleure de plus belle ; elle finit par avouer à Mac qu’elle aussi, il y a plusieurs mois, a été violée par le « Maître ».

Dans leur bureau, Mac informe Harm et Bud ; la jeune femme a eu peur de porter plainte ; elle croyait que les avocats réussiraient à l’inculper ; Harm pense qu’elle doit témoigner, Mac assure qu’elle ne voudra pas.

Merker est à la barre interrogé par son avocat : il répète ses formules d’initiation, expliquer les gestes sur les corps, et dit qu’il a répondu à l’appel du Quartier Maître Plumkett. Il confirme qu’il a eu des rapports avec d’autres femmes Weacans mais qu’ils étaient consentis. Harm parle d’abus de pouvoir étant donné son autorité sur le groupe.

En sortant Mac retient le Matelot Stots ; Harm est au courant, le Matelot se rebiffe , ce qu’elle a avoué à Mac était confidentiel, il n’est pas question qu’elle témoigne, cela nuirait aux Weacans. Les avocats sont à court d’idée.

Procès : Harm appelle le lieutenant Colonel MacEenzie à la barre. Stupeur dans l’assemblée quand les Weacans découvrent qu’il s’agit de Bonny Johnson.

Le colonel explique qu’elle a reçu l’ordre du Juge Avocat Général d’enquêter sur les Weacans ; elle dit qu’ils sont des gens honnêtes aux convictions profondes à l’exception du Maître Merker et raconte les deux fois où il lui a fait des avances.

Harm tente de parler du Matelot Stots au Colonel mais cette intervention est rejetée. Il appelle le matelot à la barre et elle refuse malgré les injonctions du juge ; Harm appelle alors Mac à nouveau à la barre pour raconter ce que le matelot lui a confié puisque le témoin ne veut pas –circonstance prévue par la loi- « exception à la règle du oui-dire » ; à contre-cœur, la jeune femme va témoigner.

Au Quartier Général du Jag, beaucoup croient que la sculpture a des pouvoirs ; on entend l’un d’eux dire « juste des boutons sur la figure » quand l’Amiral surgit et furieux de voir encore « la chose » sur le bureau de Tiner, rugit « dans mon bureau ! » ; Tiner est contraint de lui donner la sculpture et l’Amiral la jette dans la poubelle où elle éclate en morceaux et l’Amiral commence à se gratter le nez qui le démange de plus en plus !

Au procès, le matelot Stots raconte son calvaire et pleure .

Le verdict tombe : coupable de tous les chefs d’accusation . Harm réconforte le matelot en lui disant qu’elle va aller mieux maintenant. La femme qui accompagnait Merker s’adresse à Harm et à Mac ; Merker était une crapule mais eux ont eu un comportement méprisable à ses yeux ; on se rend compte qu’ils ne se sentent pas bien ni l’un ni l’autre, Mac s’éloigne en silence.

Sydney, sur les quais, un navire de la Royale Navy ; Mic retrouve sa belle et des caisses de munitions mais tout à coup surgissent des hommes appartenant à la Marine australienne, ils viennent arrêter la jeune femme.

Mic et Mac au téléphone : il dit que la blonde s’est transformée en statue de sel ; puis ils font le bilan de leurs aventures respectives et s’avouent l’un à l’autre avoir été troublés par leurs partenaires occasionnels. En fait, ils ont fait la même expérience et ils éteignent pudiquement la lumière, chacun de son côté.

103 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*