8.02 – Promised land

8.02 – Promised Land

Prologue

Naplouse, Cisjordanie – territoires occupés

Des soldats israéliens, dont le caporal Peter Maars, ouvrent le feu sur un supposé ennemi ; ils abattent la cible. A la suite de cette mission, le caporal apprend de son capitaine qu’il est accusé de désertion par le Corps des Marines Américain.

Base de l’Air Force d’Andrews

Harriet et son fils ainsi que l’Amiral, Harm, Mac, Mickey et Sturgis, accueillent Bud à la base aérienne d’Andrews. Bud prend le petit AJ dans ses bras et lui dit combien il lui a manqué. Bud remarque que son père n’est pas présent, Mickey prétend qu’il a été retenu. Mac lui demande ce qu’ils peuvent faire pour l’aider, Bud répond que seule leur présence suffit.

QG du Jag, salle de réunion

Sont présents Harm, Mac, Sturgis et Singer, l’ambiance est tendue. Arrive ensuite l’Amiral. Après quelques secondes de silence, l’amiral demande si l’état physique de Bud doit affecter leur attitude ; tous répondent par la négative.

L’amiral traite alors du cas Peter Maars, un caporal ayant quitté sans autorisation un porte-avion lorsqu’il mouillait dans le port d’Haïfa. Cinq mois plus tard, le commandant de sa compagnie l’a aperçu en arrière plan durant un reportage de la ZNN. Il portait alors l’uniforme de parachutiste de l’armée israélienne. Il est par conséquent accusé de désertion et vient tout juste d’être extradé. Le colonel Mackenzie et le capitaine Rabb sont chargés d’assurer sa défense alors que la capitaine Turner et le lieutenant Singer représenteront l’accusation.

Le caporal chef Maars aurait déserté à cause du comportement antisémite d’un des membres de son peloton, un caporal chef. Il a demandé à ce que des mesures soient prises mais le caporal chef Fogel, n’ayant pas apprécié la nouvelle, s’est battu avec le caporal Maars et a conduit ce dernier à être démis de ses fonctions de chef de tir. C’est à ce moment là qu’il a décidé de quitter le Corps des Marines. Il prétend qu’il se sentait persécuté ; il considère son attitude plus comme un changement d’alliance qu’une désertion. A défaut de ne pouvoir servir son pays de naissance, il préférait servir Israël, un pays qu’il adore plus que tout. Mac lui demande s’il croit vraiment qu’un panel de Marines sera réceptif à cet argument ; le Caporal répond que si tous réagissent comme elle, ils ne le seront certainement pas. Il souhaite retourner en Israël et, pour éviter l’emprisonnement, compte sur la défense du capitaine Rabb.

Mac lui demande ce qui a pu déclencher les hostilités avec l’officier qui le harcelait. Il avoue alors que le caporal chef Fogel n’acceptait pas qu’il ait choisi le judaïsme.

A l’hôpital

Harriet, Mickey et l’Amiral sont présents.

Bud se voit remettre une médaille (la purple art) pour blessures subies au combat.

Il propose son aide à l’amiral pour travailler sur des dossiers puisqu’il est disponible mais l’amiral lui suggère plutôt de se concentrer sur sa santé.

Au Jag

Dans le cas de l’accusation du Caporal, Harm propose de « leur » renvoyer la balle et prouver qu’il a tenté d’échapper à des circonstances intolérables. Ce à quoi Mac répond que le désir du caporal de servir Israël est un argument qui pourrait se retourner contre lui. Ils sont d’accord sur un point, s’ils ne se surpassent pas, le caporal pourrait passer un moment en prison.

Mac propose alors de négocier en offrant six mois et en acceptant un an d’emprisonnement. Harm, amusé, prétend qu’il a eu la même idée et trouve drôle le fait qu’ils commencent à penser de la même manière. Mac répond alors que cela pourrait venir d’une faille dans le continuum espace-temps.

La plaisanterie tourne court puisque Sturgis propose 10 ans d’emprisonnement, Singer s’empresse d’ajouter que la sentence pour désertion avec l’intention d’éviter un service dangereux en tant de guerre peut aller jusqu’à la prison à vie.

Harm rappelle que le caporal a été cité à l’ordre du jour pour bravoure par les forces de défenses israéliennes, il propose donc six mois d’emprisonnement, Sturgis refuse. Mac propose alors un an mais Sturgis campe sur ses positions. Il prétend que ni lui, ni le lieutenant Singer n’admettent que la désertion est une réponse à la discrimination. Harm insiste en affirmant que le caporal a subi un harcèlement quotidien par un membre de son peloton uniquement parce qu’il est juif et demande à ses adversaires de se mettre à sa place une seconde. Singer répond à cela qu’elle est à sa place puisqu’elle aussi est juive et ne considère donc pas cet argument comme une circonstance atténuante.

QG du Jag

Singer fait part à Sturgis de la liste préliminaire des témoins. Il lui avoue qu’il est étonné de ne pas avoir su avant qu’elle était juive. Singer répond que cette discrétion lui permet de ne pas être identifiée par une religion qu’elle ne pratique guère. Sturgis ajoute qu’elle aurait pu se sentir offensée par l’antisémitisme dans l’affaire Maars. Singer répond qu’elle aurait pu effectivement l’être mais ce n’est pas le cas. Sturgis lui que c’est peut-être parce que personne ne sait qu’elle est juive.

Camping de Glory Hill, Norfolk, Virginie

Bud téléphone à son père; “Big Bud” s’excuse d’avoir manqué son arrivée et se justifie par le fait qu’il a été coincé par l’administration. Très ému, il lui propose de lui apporter une pizza et lui dit qu’il a hâte de lui rendre visite. Bud lui dit qu’il l’aime et raccroche.

Brasserie Baptiste, Idykwood, Virginie

Tout en marchant, l’amiral avoue à Meredith qu’il se sent mal à l’aise vis-à-vis de l’handicap de Bud. Celle-ci lui suggère d’en parler avec Harriet et lui demander s’il y a un problème mais elle sent que la réponse à cette question l’effraie.

Retour au Jag, au tribunal

Sturgis interroge le commandant en chef du caporal avant sa désertion; ce dernier admet que le caporal Fogel a souvent eu des comportements discriminatoires mais pas uniquement avec le caporal Maars. Il ajoute qu’il existe toujours une provocation bon enfant chez les Marines, il est coutume que les officiers se fassent chambrer pour quelle que raison que ce soit. Seul le caporal Maars s’est plaint de ce traitement. Le caporal chef Fogel a mis par la suite un terme à ses menaces mais trois jours après, le caporal chef Maars lui a cassé le nez. A la suite de quoi, sa solde a été ramenée à celle de simple caporal ; ce comportement l’a aussi conduit à être relevé de ses fonctions de chef de tir. Mécontent de cette décision, le caporal chef Maars a quitté le corps des marines quatre jours plus tard et ce, sans autorisation.

Harm à l’accusation

Le commandant avoue que le caporal chef Maars s’est plaint de menaces physiques, Harm lui demande ironiquement si c’est ce qu’il comprend par provocation bon enfant. Le commandant admet que ces menaces n’étaient pas appropriées au regard de ce qu’il se passait au Moyen Orient à cette époque. Il savait que le caporal était récemment converti au judaïsme et donc que ce dernier aurait pu réagir de manière excessive à ces provocations. Il insiste sur le fait qu’il a eu tort de casser le nez d’un marine.

Bureau de l’amiral

Harriet remet un dossier à l’amiral. Ce dernier fait part de son admiration quant au rétablissement si rapide de Bud. Puis, soudainement il demande à Harriet si elle le tient pour responsable d’avoir confié à Bud son ordre de mission. Elle répond oui…elle le considère comme responsable d’avoir permis à Bud de devenir ce genre d’être humain capable de surmonter l’adversité. Elle ajoute que si Bud avait l’occasion de choisir entre retrouver sa jambe et ne jamais avoir connu l’amiral, il n’hésiterait pas une minute.

Retour au tribunal

Singer interroge le caporal chef Liggett ; le caporal Maars a avoué à ce dernier que sa mère a mal réagit lorsqu’il lui appris qu’il s’était converti au judaïsme. Elle lui aurait dit qu’il brûlerait en enfer et lui a craché dessus. Il a ensuite coupé les ponts avec elle et c’est en partie la raison pour laquelle il se serait désengagé, il souhaitait partir le plus loin possible de sa mère.

Mac à l’accusation

Le caporal Liggett admet qu’il n’approuvait pas le comportement du caporal Fogel à l’égard du caporal Maars.

Contre interrogatoire de Singer

Le témoin affirme que le caporal Maars avait reçu une lettre de sa mère la veille de son départ mais l’avait jeté par-dessus bord.

Bureau d’Harm

Harm propose au caporal une exclusion pour conduite déshonorante et quatre ans d’emprisonnement et lui suggère également d’accepter sachant que la marge de manœuvre pour la défense est relativement limitée. Harm ajoute également que Mac et lui-même ne dispose d’aucune ligne de défense. Le caporal leur somme d’en trouver une.

Toujours au Jag, pendant la pause déjeuner, Harm propose un menu chinois. Il avoue être un peu perdu dans cette affaire et ignore comment défendre le caporal Maars avec le peu d’éléments dont ils disposent.

Harm ne semble guère apprécier ses « délices de Bouddha », Mac lui offre alors de partager ses nouilles. Au sujet de l’affaire, ils proposent de présenter un client auquel le jury pourra s’identifier et qui lui inspirera le respect à condition que le caporal reconnaisse ses propres vulnérabilités. Leur unique chance que leur client paraisse crédible est qu’il témoigne à la barre. D’un ton amusé, Harm suggère à Mac d’arrêter de terminer ses phrases, à son tour elle lui conseille de ne pas commencer les siennes.

Hôpital

Harriet apporte des fleurs à Bud de la part du personnel du Jag. S’ensuit une dispute entre un médecin et Bud, ce dernier refuse de se conformer à son programme de rééducation, il préfère profiter de la présence de sa femme.

Retour au Jag

Mac interroge le commandant en chef du caporal au moment de son arrestation ; il témoigne de son efficacité dans l’exécution de son devoir, de sa bravoure et son habilité à sauver la vie d’autrui lors de conflits. En identifiant des tireurs cachés, il a pu sauver la vie de combattants en leur évitant de s’exposer. Dans le même temps, il a passé l’envie aux soldats israéliens d’ouvrir le feu de façon massive permettant ainsi de limiter les pertes civiles. Il semble impressionné, notamment par la spiritualité du caporal, dont le principe n’était pas de faire souffrir les palestiniens mais plutôt de défendre l’état juif.

Au restaurant

Meredith fait comprendre à AJ qu’il connaît les réponses à ses questions et qu’il doit simplement en discuter pour se libérer de ce fardeau.

Meredith se lève, s’approche du pianiste et pousse la chansonnette devant un amiral épaté.

Retour au Jag

Harm interroge le caporal ; nous apprenons que ce dernier s’est converti au judaïsme il y a trois ans de cela ; il explique par la suite les raisons pour lesquelles cette religion l’a tant fasciné et avoue que les valeurs qu’elle dégage n’étaient pas celle de son peloton.

Le caporal Fogel en fait une affaire personnelle lorsqu’on lui apprend la récente conversion de son compatriote : provocation, menace physique et autres humiliations. Répondant à une menace avec couteau, le caporal Maars désarme le caporal Fogel et le balance la tête la première contre un mur.

Sturgis à l’accusation

Le caporal Maars admet qu’il a rompu son serment envers les marines à cause de la façon dont on l’a traité. Sturgis lui demande s’il a connaissance de cas similaires mettant en cause des afro-américains ou des coréens confrontés à des circonstances similaires. Il répond que non.

Devant l’ascenceur

La mère du caporal Maars regrette de ne pas pouvoir parler à son fils. Harm l’encourage à ne pas jeter l’éponge. Elle souhaite qu’il demande au caporal comment il arrive à pardonner Leslie (sa fiancée) et pas elle.

Salle de réunion du Jag

Harm et Mac demandent au caporal si sa désertion est due au fait que sa fiancée a rompu leurs fiançailles. Il ne répond pas mais tout prête à croire que oui.

Harm fait part de l’intention de Leslie à vouloir témoigner à la barre, il est convaincu que ce témoignage pourrait plaider en faveur de leur client.

Au tribunal

Leslie admet qu’elle voulait épouser le caporal Maars depuis le premier jour. Cependant, ses parents, de confession orthodoxe ne voyaient pas d’un bon œil sa conversion. Selon elle, il aurait pu se convertir au judaïsme orthodoxe mais les contraintes auraient été beaucoup trop importantes dans le corps des marines: manger cachère, respecter le shabbat…Elle l’a donc laissé partir.

Dans le bureau de l’amiral

L’amiral avoue à Harm que Meredith est la femme la plus brillante et la plus perspicace qu’il lui a été donné de rencontrer. Néanmoins, son côté intrépide est aux yeux de l’amiral un problème. Il lui fait goûter un cookie concocté par Meredith, il en prend une bouchée et ne tarde pas à faire la grimace. L’amiral ajoute « terrifiant, n’est-ce pas ? » ; il met en valeur la clairvoyance de Meredith et ses connaissances en Shakespeare mais admet tout de même qu’elle est « nulle » en tout et qu’elle l’ignore. Puis il ajoute qu’elle n’a aucune idée de ses limites.

L’amiral fait part de la volonté de Meredith d’apprendre à voler, sachant que Harm possède un appareil.

A l’hôpital

Bud se lève de son lit, oubliant qu’il lui manque une jambe il s’affale sur le sol. Arrive ensuite Harriet, tout affolée.

Au tribunal, plaidoyer de Sturgis

Le capitaine Turner accuse le caporal Maars d’avoir trahi son pays ; il est, selon lui, coupable de désertion selon l’article 85 A2 défini dans le code de justice militaire.

C’est au tour d’Harm de plaider en faveur du caporal ; devant les jurés, il met en avant le fait que l’officier était persécuté et qu’il ne pouvait plus faire son devoir face à des comportements antisémites. Il s’est engagé dans l’armée israélienne parce qu’en tant que juif, il se sentait incapable de servir dans l’armée de son propre pays.

A l’hôpital

Harriet aide Bud à se lever ; ce dernier est effondré. Il fait remarquer ensuite à Harriet que c’est la première fois qu’ils parlent de son amputation. Elle parait étonnée ; Bud pensait qu’il lui fallait du temps pour s’habituer à son handicap. Harriet, émue, lui avoue que la seule chose qu’elle aurait eu du mal à regarder aurait été son cercueil.

Bud appréhende sa capacité à se sentir normal, à subvenir aux besoins de sa famille, à poursuivre sa carrière militaire. Harriet lui assure qu’ils trouveront ensemble une solution et lui suggère ensuite de porter la médaille d’honneur que lui a remise à l’amiral. Scène très émouvante ; Bud se lève et Harriet, tout en accrochant la médaille, lui promet qu’ils surmonteront cette épreuve.

Retour au tribunal, verdict

Concernant le chef d’inculpation de désertion, la cour martiale déclare l’accusé coupable et le condamne à l’exclusion pour conduite déshonorante et à une peine d’emprisonnement et de travaux forcés d’une année.

Harm fait remarquer au caporal que sa fiancée et sa mère ont travaillé dur sur elles-mêmes pour changer d’attitude ; c’est maintenant à son tour de faire un effort, que la balle est dans son camp.

Singer reçoit de l’amiral un nouvel ordre de mission, elle est affectée sur le Seahawk en tant que remplaçante du lieutenant Roberts ; elle parait ravie.

Sturgis apprend à Singer qu’il a étudié son dossier, lequel révèle qu’elle est méthodiste et non pas juive. Elle prétend que se considérer comme juive était une tactique comme une autre pour gagner. Sturgis, outré, lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle affectation, il ajoute que cela lui évitera de demander à ne plus faire équipe avec elle. Singer lui supplie de ne pas révéler son mensonge.

420 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*