8.05 – In thin air

8.05 – In thin air

Préambule :

Au dessus de l’océan Atlantique, un pilote et son Rio discutent. Ils font un exercice de vol, brusquement le pilote se rend compte que le Rio manque d’oxygène et a perdu connaissance. Il retourne en urgence sur le porte avion. A l’ atterrissage, le Rio toujours inconscient est pris en mains par le personnel médical qui doit le mettre sous oxygène.

Au Jag, l’amiral expose qu’un F 14 a eu un problème d’oxygène liquide. Le Rio a été privé d’oxygène pendant 4 minutes et a été victime d’un arrêt cardiaque. Il demande à Harm d’aller faire une enquête sur le Patrick Henry et à Mac d’aller à l’hôpital, la femme du Rio ayant demandé l’assistance d’un avocat.

Harriet, de retour chez elle, trouve Bud et son fils en train de monter la maquette apportée par Mac. Puis elle voit que l’ordinateur est allumé et Bud avoue qu’il a demandé à Tiner de lui faire parvenir tous les dossiers en cours pour se tenir au courant. Elle trouve qu’il en fait trop, mais Bud lui répond qu’il s’ennuie.

A bord du Patrick Henry, Harm écoute l’enregistrement du vol. Puis il discute avec le premier maître qui lui révèle que les premiers tests ont décelé des résidus de produits contaminants dans les tuyaux de la bouteille d’oxygène. Il interroge le pilote qui lui dit que c’était le dernier vol du Rio qui devait arrêter de voler. Durant sa dernière évaluation physique, le rio avait passé ses tests de justesse. Le pilote et son rio étaient très proches. Le Rio a une femme et deux enfants.

A l’hôpital, Mac retrouve la femme du Rio au chevet de son mari. Il est sous assistance respiratoire et ses chances sont quasiment nulles, elle doit prendre la décision de couper ou non le respirateur, elle se demande si on peut croire aux miracles.

Sur le Patrick Henry, Harm interroge le mécano sur la présence du contaminant retrouvé dans la bouteille d’oxygène qui serait du graphite. Harm lui rappelle qu’il a commis quelques erreurs au cours des derniers mois, le mécano le reconnaît mais dit qu’il avait des ennuis, qu’il s’est laissé distraire par ses problèmes familiaux, mais qu’il n’a jamais commis de faute aussi grave.

A l’hôpital, l’amiral et Mac assistent aux adieux de la famille du Rio, il semble que la décision a été prise. Harm les rejoint en disant que les analyses ont révélé la présence de graphite dans le sang du pilote et de son rio. Il pense que le mécano est responsable de la présence du graphite dans la bouteille d’oxygène. La famille sort de la chambre et Mac demande ce qui est pire, « dire au revoir à son mari un matin et ne plus jamais le revoir ou çà ». Le fils du Rio en sortant croise le regard de Harm qui doit se revoir enfant lors de la perte de son père. Dans la chambre on débranche tous les appareils. L’amiral demande à Harm de modifier son rapport en homicide par imprudence.

Au Jag, l’amiral, à la surprise générale, dit qu’à l’audience préliminaire, c’est Harm qui défendra alors que Mac sera à l’accusation. Harm proteste en disant qu’il ne sera pas objectif, soutenu par Mac, l’amiral révèle alors que c’est le mécano lui-même qui a demandé à être défendu par Harm. Mac demande alors « s’il veut mourir » !!!! L’amiral clos la discussion en disant que l’avocat doit laisser ses sentiments d’aviateur à la porte de la salle d’audience.

Tiner reçoit un appel d’Harriet qui lui demande d’arrêter d’envoyer des dossiers à Bud et de dire à ce dernier que ce sont les nouvelles directives de sécurité et qu’il doit voir avec l’amiral s’il veut des explications. Tiner devra éviter de mettre en rapport Bud et l’amiral en lui disant que l’amiral est sorti.

Harm rencontre son client et lui demande quels étaient ses problèmes familiaux. Sa femme, suite à la naissance d’une petite fille, a fait une dépression, ce qui l’inquiétait. Harm lui dit qu’il faut chercher un arrangement, mais le mécano réplique qu’il n’a rien fait et qu’il est innocent de cette erreur, même s’il en a commis d’autres dans le passé. Harm lui dit que l’arrangement pourrait être le renvoi assorti d’une peine de prison. Le mécano refuse et dit qu’il a une famille qui a besoin de lui. Harm lui répond que les jurés trancheront.

Au tribunal interrogatoire de plusieurs témoins par Mac, qui confirment tous que la présence du graphite dans l’oxygène peut causer l’hypoxie et la mort. Le chef mécanicien parle également des fautes antérieures du mécano. Le contre interrogatoire de Harm n’est pas très virulent.

Bud surpris par Harriet au téléphone, dit qu’il appelait le cabinet médical. Harriet fait avouer à Bud qu’il lui a menti, mais Bud lui répond qu’elle lui a également menti. Ils se disputent et Harriet dit qu’elle a fait tout çà pour le protéger, mais il lui répond que c’est sa vie et qu’elle doit le laisser décider.

Au tribunal, Mac interroge le pilote qui raconte ce qui s’est passé. L’amiral arrive au milieu de la séance. Le pilote ajoute que les hommes font des erreurs mais que les machines sont imparfaites et qu’il ne fait de reproches à personne. Harm se lève et dit qu’il n’a pas de question sous le regard surpris et interrogateur de son client et contrarié de l’amiral.

Dans la salle de réunion, Harm retrouve son client qui s’y trouve déjà avec l’amiral et Sturgis. L’amiral lui dit que son client a exprimé des réserves sur la façon dont il est défendu. Il lui demande de remettre toutes les pièces du dossier à Sturgis et lui dit qu’il est « sacqué ».

Dans le bureau de l’amiral, Harm essaye de se justifier, mais l’amiral lui dit qu’il laisse son cœur dicter sa conduite ce qui n’est pas bon. Il lui avoue qu’en raison du déficit de personnel, il avait envisagé de le placer lui et Mac en tant que juges temporairement mais que son manque d’impartialité lui fait renoncer à cette idée pour lui tout au moins. Il lui demande de ne pas en parler à Mac.

Dans les couloirs du Jag, Harm croise Mac qui lui demande comment çà va. Elle lui dit qu’il marche à l’émotion et que c’est çà qui le rend un bon avocat ; mais aussi qu’il pensait son client coupable. Harm lui répond qu’il faisait simplement son boulot.

Bud, chez lui, a revêtu son uniforme et se regarde dans la glace. Mais il tombe et Harriet qui l’observe du couloir a les larmes aux yeux quand il essaye de se relever.

Sturgis vient voir Harm dans son bureau alors qu’il joue avec un simulateur de vol. Ils discutent de l’affaire et Sturgis dit qu’il va plaider les torts partagés.

Au tribunal, Sturgis interroge plusieurs témoins et essaye de semer un doute raisonnable quant aux torts partagés.

A la sortie, Mac énervée croise Harm qui lui dit en souriant « qu’il connaît ce regard ». Elle évoque la tactique de Sturgis en disant qu’elle s’est fait avoir. Harm lui rappelle qu’il n’a plus le dossier et qu’il a été « sacqué ». Elle lui demande quel est le document qu’il tient à la main. Il lui dit que c’est la déclaration du pilote qui a escorté l’avion pendant sa descente. L’avion aurait été victime d’oscillations pendant la descente, le pilote serait descendu très lentement ce qui expliquerait le long moment pendant lequel le rio a été privé d’oxygène. Il y aurait peut-être eu défaillance mécanique. Sturgis qui les observent intervient en disant qu’ils ne doivent pas parler de l’affaire, Harm s’éloigne en disant qu’il est « si loin de l’affaire qu’un radar ne pourrait même pas le trouver ».

Au tribunal Sturgis interroge le pilote en rappelant qu’ils étaient sortis pour fêter leur dernière mission. Il lui fait avouer qu’ils volaient très haut. Mac procède au contre interrogatoire et demande si la lenteur de la descente ne pourrait pas être due à une panne mécanique. Sturgis demande à parler au juge et dit qu’il y eu violation d’un article et faute en faisant référence à la conversation qu’il a surprise entre Mac et Harm et demande le classement de l’affaire.

Dans le bureau de l’amiral, Harm reconnaît avoir exposé à Mac une théorie qu’il avait échafaudée, l’amiral rappelle qu’il l’avait démis de cette affaire. Sturgis et Harm se querellent, Mac étant entre eux. L’amiral demande à Harm qu’il lui expose son hypothèse. Harm pense qu’il y a eu autre chose pendant le vol et voudrait le vérifier sur place.

Ils sortent du bureau de l’amiral, Harm révèle à Mac que ce n’est pas l’avion qu’il veut tester mais le pilote. Mac ne peut pas « croire qu’il vole avec un pilote instable. Qu’à sa prochaine mission suicide il ne lui en parle que lorsqu’elle sera terminée ». Il lui demande s’il lui donne des cauchemars. Puis elle s’éloigne en disant qu’elle doit parler à quelqu’un.

Mac va voir la femme du Rio qui est en train de charger sa voiture, elle déménage. Mac voit dans les affaires des photos de mariage où apparaît également le pilote. Mac apprend que l’épouse du Rio avait eu une aventure avec le pilote avant son mariage, mais qu’ils étaient restés amis.

Sur le Patrick Henry, Harm demande au pilote de refaire un vol identique à celui effectué le jour de l’accident.

Mac en consultant le dossier que lui donne Sturgis apprend que le pilote a été mécanicien chargé de l’entretien des avions. Sturgis lui demande si elle pense qu’il aurait pu tuer son ami.

Puis ils vont voir la simulation de vol mise au point par Tiner qui leur explique le fonctionnement. Ils constatent qu’il y un écart entre le temps de descente, une minute, et le temps utilisé par le pilote sur sa réserve d’oxygène, cinq minutes. Pendant quatre minutes le pilote a regardé son ami s’asphyxier.

Pendant la descente, le pilote perd le contrôle mais sous les directives de Harm il arrive à redresser et se pose sur le porte avions. Après l’atterrissage, Harm lui dit qu’il doit avoir un problème d’oreille interne qui lui cause des vertiges. Il lui demande comment il a fait pour réussir son coup, le pilote lui répond qu’il ne peut rien prouver. A ce moment un officier apporte un message de Mac, et demande à Harm de signifier l’accusation au pilote.

Au Jag, Tiner joue avec le simulateur de vol et son avion tombe. L’entrevue de Harm avec le juge s’est bien passée, et Harm dit en souriant à Mac qu’il est toujours avocat. Le mécano avec Sturgis vient le remercier de ce qu’il a fait et Harm lui souhaite bonne chance. Harm et Sturgis se serrent la main. Bud arrive en demandant qui a commandé des pizzas, suivi par Harriet qui apporte les pizzas. L’amiral les rejoint et Bud lui propose une part de pizza. L’amiral répond que non et que la prochaine fois que Bud viendra au Jag il espère le voir sans ses béquilles. Bud se met au garde-à-vous et Harm lui tape sur l’épaule.

198 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*