Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

8.09 – When the bough breaks

8.09 – When the bough breaks

Préambule :

Sur le Seahawk, un Hornet est en approche et demande à atterrir, mais le pont est encombré, ce qui cause un accident avec mort d’homme, le lieutenant Singer est témoin.

Le supérieur du Lieutenant Singer manifeste son désaccord avec les conclusions de son rapport sur l’accident. Elle rappelle qu’un homme est mort et qu’un autre est grièvement blessé. Elle veut découvrir ce qui s’est passé, il rétorque que dans un monde parfait çà ne serait pas arrivé, mais on ne vit pas dans un tel monde. Il veut savoir où elle veut en venir, elle répond qu’elle veut faire passer en cour martiale tous les hommes impliqués, il la fait approcher en lui demandant si elle plaisante ? Elle énumère tous les membres d’équipage qui ont participé à l’opération et qu’elle compte mettre en cause. Il lui dit « çà suffit », elle insiste, il répète « çà suffit ». Elle rompt et s’éloigne, mais elle est prise d’un malaise et laisse tomber son dossier. Il lui donne l’ordre d’aller à l’infirmerie et de se faire examiner.

Bud communique avec Coates sur Internet et lui parle de son retour au Jag. Elle l’encourage. Harriet arrive en lui demandant d’aller se coucher.

Sur le Seahawk, Singer fouille dans le bureau qu’elle partage avec Coates en lui demandant si elle n’a pas pris sa barre chocolatée. Un matelot lui apporte son uniforme de parade qui a été retouché à la taille !!! Elle poursuit ses recherches en chargeant Coates de le prendre, puis se jette sur la barre chocolatée qu’elle a finalement trouvée. Coates la regarde un sourire aux lèvres, Singer fait observer qu’elle a beaucoup d’appétit depuis qu’elle n’a plus le mal de mer, « çà doit être l’air du large » répond Coates.

Au Jag, l’amiral est en ligne avec le capitaine, il précise que Singer a tendance à en faire un peu trop. Il confirme qu’il envoie un deuxième officier pour travailler avec Singer mais non pour la remplacer. Le capitaine révèle alors qu’il a un autre problème avec Singer…L’amiral embarrassé répond qu’i l va voir. Il raccroche et demande à Tiner de faire venir Rabb et Mackenzie. AJ s’excuse auprès de Meredith qui est dans son bureau du lapin qu’il lui pose et lui dit qu’elle est très compréhensive. Après l’avoir embrassé elle sort en lui faisant remarquer que c’est bien parfois de ne pas savoir où elle va être à une heure précise.

En partant, elle voit Harriet occupée à montrer des photos du petit AJ à Tracy Manetti. Elle s’approche pour regarder les photos et la prie de l’appeler Meredith. Elle demande des nouvelles de Bud, Harriet se plaint qu’il veut être prêt trop vite. Meredith en s’éloignant propose de lui chercher une activité que l’on peut faire assis, malgré les protestations de Harriet.

Dans le bureau de l’amiral, celui-ci expose le problème posé par le rapport de Singer qui va paralyser le navire, en temps de guerre, en convoquant sept officiers en cour martiale. Il veut que les faits soient vérifiés par Harm. Il veut que justice soit rendue mais pas au détriment de la sécurité nationale. Il prévient Mac qu’elle accompagnera Harm sur le Seahawk pour mener une enquête confidentielle sur le lieutenant Singer, suite à une accusation pour conduite répréhensible portée par le capitaine du Seahawk. Singer serait enceinte de trois mois et demi ce qui est à peu près le temps qu’elle a passé sur le Seahawk. On ne peut être sur que la conception a eu lieu avant son départ ou sur le navire. Il précise que c’est très embarrassant pour le Jag. Elle refuse de donner le nom du père et même d’en parler. Si les faits se vérifient, c’est sa carrière dans la marine qui est en jeu.

Dans l’avion qui les emmène, Harm fait remarquer qu’on doit croire un officier sur parole. Singer a simplement dit que l’enfant n’avait pas été conçu à bord du Seahawk. Mac est surprise qu’il la défende, il lui répond qu’elle semble avoir pris partie. Elle fait remarquer qu’elle fera son enquête avec un esprit ouvert mais qu’elle se pose des questions sur la culpabilité de Singer.

A bord du Seahawk, ils sont accueillis par Singer. Harm la félicite, elle lui remet son rapport. Harm s’éloigne pour aller se présenter au capitaine et laisse Mac avec Singer. Elles discutent en se dirigeant vers le bureau de Singer. Mac lui demande de donner le nom du père, Singer précise que çà ne regarde pas la Marine, et que ce sont des motifs personnels qui lui font taire le nom du père. Pourquoi a-t-elle gardé le secret si longtemps ? Elle ne peut pas répondre. « Elle refuse ou ne peut pas ? ». Elles retrouvent Coats dans le bureau, celle-ci demande des nouvelles de Bud. Mac lui demande de les laisser seules. Puis elle veut savoir comment va Singer autrement que physiquement. Singer affirme que le capitaine l’attaque dans le but de se venger du rapport qu’elle a rédigé après l’accident. Il veut la persécuter. Mac pense que c’est un peu mélodramatique. Singer dit alors que ce n’est pas un crime d’être enceinte. Mac approuve à condition que çà ne se passe pas à bord d’un navire de la Marine. Mac lui fait remarquer que le capitaine suit strictement le manuel, comme elle-même a l’habitude de le faire.

Harm interroge le capitaine sur l’enchaînement des faits qui ont conduit à l’accident (l’usure du câble, etc.) Le capitaine insiste sur le manque d’expérience de Singer et pense qu’elle a attaqué tous ceux qui étaient présents. Il confirme qu’avant l’accident, Singer apparaissait peu sur son écran radar et qu’il n’avait pas beaucoup de contact avec elle. Il était satisfait de son travail. Il précise que les deux évènements sont complètement indépendants l’un de l’autre et qu’il aurait eu la même réaction envers Bud même s’il suppose que Bud ne l’aurait pas mis dans cette situation.

Au Jag, l’amiral arrive avec Meredith en lui disant qu’elle a eu une bonne idée, même s’il pense que Shakespeare ne doit pas être la tasse de thé de Bud. En ouvrant le coffre de sa voiture, elle lui pose sur les bras un tas de livres. L’amiral lui fait remarquer que certaines personnes associent Shakespeare à un certain niveau de pédantisme, Bud adore les bandes dessinées, elle lui répond qu’il sous-estime sa curiosité intellectuelle naturelle, qu’il ne se rend pas compte du nombre de fois dont il parle de Bud, et qu’elle désire simplement être une petite partie de la vie de Bud.

A bord du Seahawk, Harm interroge le air boss. Les accidents sont inévitables lui fait remarquer ce dernier en précisant qu’il faudra une plus grosse légume que lui pour le faire témoigner. Harm lui répond qu’il n’y a pas plus impartial que lui et il lui conseille prie de reconsidérer son refus de participer aux investigations.

Mac sur le pont demande à Coats si Singer passe du temps avec une personne en particulier. Coates précise que d’après ce qu’elle sait du comportement de Singer au Jag, elle semble avoir exactement le même mode de vie. Elle voulait se rendre indispensable. Mac lui réclame la liste de tous les « clients » de Singer, « mâles uniquement » ? interroge Coates.

Harm poursuit son enquête en posant des questions à tous les témoins. Ils maintiennent tous leurs dépositions, c’est une conspiration du silence. Il ne s’agit pas d’une chasse aux sorcières affirme Harm, mais personne ne veut parler de peur d’incriminer des personnes qui ne figurent pas encore sur la liste de Singer qui a transformé en suspects tous les témoins.

Sur le pont du Seahawk Mac avoue qu’elle n’a rien trouvé, Harm lui demande alors si çà ne l’incite pas à la croire innocente. Harm pense qu’elle est trop maligne pour risquer sa carrière. Mac parle d’un moment de faiblesse, la passion. Mais les femmes travaillent trop dur pour faire les frais d’un scandale. « Si elle est coupable, je veux qu’elle soit condamnée » conclue-t-elle.

Harm retrouve Singer pour lui dire qu’il a interrogé tous les témoins excepté elle. Avait-elle déjà assisté à un accident de ce genre auparavant ? Se rend-elle compte des conditions stressantes de travail ? Elle rétorque que son inexpérience sur le terrain n’a pas affecté sa capacité à juger les faits. Que des officiers d’appontage ont commis des erreurs qui accumulées ont causé un désastre. Il réplique que chacune de ces erreurs individuellement ne peut être taxée de négligence. Elle dit que la loi est écrite noire sur blanc, « mais la vie à bord d’un porte avions déployé ne l’est pas, elle est imprévisible » répond-il. Elle répète que l’enfant n’a pas été conçu à bord, puis s’éloigne.

Harm appelle Manetti, en lui disant qu’il a le mal du pays. Elle en doute, et a du mal à croire qu’un aviateur puisse regretter son bureau. Est-il aussi transparent ? Il a besoin d’un service personnel et de le garder pour elle. Il lui demande de retracer les faits et gestes du lieutenant Singer pendant la semaine qui a précédé son départ pour le Seahawk, il cherche les détails personnels, les gens qu’elle a pu rencontrer ou fréquenter. Ils raccrochent. Manetti va voir Tiner et lui demande s’il connaissait bien Singer. Il évoque la petite fête en son honneur, après elle devait aller voir Bud à Bethesda. Ils sont interrompus par l’amiral qui appelle Tiner. Il lui remet la pile de livres de Meredith en lui demandant de les apporter à Bud en précisant à ce dernier qu’il n’a aucune obligation de les lire.

Mac fait part au Capitaine du résultat de son enquête, elle n’a trouvé personne susceptible d’être le géniteur du bébé. Il n’a aucune preuve, il s’était basé sur son instinct qui en général est bon. Il lui ordonne de continuer ses investigations et de classer l’affaire dans la négative. Il va donner des ordres et faire quitter le navire à Singer.

Manetti rend visite à Bud à qui elle apporte une corbeille de fruits. Elle l’interroge sur le lieutenant Singer, Bud est assez surpris. Il se rappelle l’avoir vue à Bethesda avant son départ sur le Seahawk. Elle lui demande où elle aurait pu avoir eu envie de fêter son départ, il lui répond que le BENZIGER est le bar où le Jag a l’habitude de célébrer les victoires. Bud demande alors ce qui se passe, Manetti lui répond en riant qu’elle n’en a aucune idée. Ils sont interrompus par Tiner qui apporte les livres. Manetti en profite pour prendre congé.

Manetti demande au Barman du Benziger s’il se souvient de Singer en lui montrant une photo. Il précise que la dernière fois qu’il l’a vue, elle était avec un blond un peu passe partout, il était ravi de la voir contente. Manetti demande dans quel sens ? «Ravie en parlant de baseball ou ravie tu es ma friandise préférée» questionne Manetti. Le barman opte pour la deuxième proposition et se souvient qu’elle était bien jolie sans son uniforme.

Manetti le remercie et appelle Harm.

Sur le Seahawk, Mac tape sur son ordinateur et constate qu’elle en voit enfin le bout. Singer retourne à terre et la réputation de tous les Jag est saine et sauve, elle sera remplacée temporairement par Mac. Le téléphone sonne, Harm demande de patienter en regardant Mac qui lui demande s’il veut être tranquille. Une fois Mac sortie, il questionne « qu’avez-vous trouvé ? » Puis il remercie Manetti pour son aide.

Harm discute avec le capitaine en lui disant qu’il se heurte à un mur de silence. Il assume l’entière responsabilité de ce qui s’est passé. Il ne transigera pas, il demandera sa retraite anticipée. Singer regarde le décollage.

Harm reprend l’enquête. Les langues commencent à se délier. Chacun veut alors endosser la responsabilité et ne pas la faire porter sur un autre, il semble qu’il y a eu un enchaînement d’erreurs et de circonstances qui a conduit au drame. L’équipe a mal identifié un appareil à 4 reprises, elle a confondu un super Hornet avec un Hornet. Tous ont également fait confiance au matériel sans procéder à toutes les vérifications visuelles. Ils sont interrompus par un avion en difficulté pour un appontage en catastrophe. L’avion arrive à se poser et Harm et le Air Boss se sourient, soulagés.

Bud ramène les livres à Meredith à son école. Elle le félicite pour son retour au Jag. Il lui dit qu’il a beaucoup aimé, et il fait un parallèle entre toutes les pièces et certains épisodes de Star Treck. Il lui révèle qu’il a écrit une fiction sur Star Treck inspirée de Richard III.

Harm réunit toute l’équipe devant le capitaine et Singer. Il présente l’enchaînement de circonstances qui a conduit au drame. Ils sont tous responsables mais pas une seule personne n’est vraiment fautive. Il fera un rapport modifié disant qu’il n’y a pas assez de preuve pour une audience préliminaire dans cette affaire. Le capitaine demande à Harm de rester, et lui dit qu’il va reconsidérer sa décision de mise à la retraite anticipée.

Harm fait ses adieux à Mac qui reste sur le Seahawk. Elle cherche à savoir à quoi correspondent les mystérieux coups de fil, mais Harm garde le silence au nom du respect de la vie privée. Elle lui dit « que la galanterie n’est pas morte ». Singer arrive et ils s’éloignent pour monter dans l’avion. Harm demande alors à Singer si elle a du mal à joindre à Sergei en Russie, elle rétorque que çà ne la concerne pas. « Serguei est le père de l’enfant, n’est-ce pas ? murmure-t-il à Singer qui regarde fixement devant elle. Il précise qu’elle l’a amené à l’aéroport, qu’un témoin les a vus chez Benziger. « Pourquoi n’avoir rien dit ? » « Parce que deux semaines plus tard, personne n’aurait rien su. » « Su quoi ? » « Je vais me faire avorter ». répond-elle, puis l’avion décolle.

105 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*