Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

8.11 – All ye faithfull

8.11 – All Ye Faithfull

All Ye Faithfull

USS Coral Sea dans l’océan Atlantique : un avion vient d’atterrir sur la piste du porte-avions. Harm, assis dans le carré, voit la scène sur un écran et arrive l’Amiral Tom Boone, juste à temps lui dit Harm pour prendre le transporteur qui doit les ramener à terre. L’Amiral demande à Harm si le Jag est satisfait de la nouvelle structure de Commandement sur l’Atlantique ; il se montre jovial et chaleureux, il est à la retraite, cette fois ! Le Commandant de vol, vient lui serrer la main et le féliciter pour la présentation qu’il vient de faire « Vous avez une si grande expérience au combat que cela force l’admiration », regrette de ne pas pouvoir voler avec lui ; l’Amiral répond qu’il aurait dû voir voler le père du Capitaine Rabb ou même qu’il apprécierait de faire un tour avec lui. Le CAG serre la main de l’Amiral mais ignore ostensiblement celle de Harm ce qui fait dire à Boone « il ne vous aime pas » et à Harm « et il ne me connaît que depuis une minute ! ». Ils se présentent tous les deux sur le pont : le transporteur est en approche, mais sa crosse d’appontage se casse et il reprend l’air : Tom Boone s’exclame  » c’est la première fois que vous allez passer Noël en mer ? » Harm est dépité.

Dans le carré des officiers, les deux hommes se retrouvent en train de chercher des solutions pour quitter le navire. Harm veut absolument rentrer pour fêter Noël chez les Roberts. Il propose d’appliquer le plan B, il a appris qu’un F 14 devait rentrer à Lakers dans le New Jersey.

Quartier Général du Jag : Jennifer Coates est accueillie par l’Amiral Chegwidden et le colonel MacEnzie pour sa nouvelle affectation au Jag ; l’Amiral lui dit que tous sont au courant de son arrivée sauf « Rabb et Manetti en service extérieur temporaire » Elle prend ses fonctions immédiatement et est invitée pour le réveillon chez les Roberts. Pour le moment, elle doit assister le Colonel qui doit organiser l’accueil de trois magistrats koweïtiens :ils ont reçu une autorisation de visite pour étudier le système juridique militaire américain. Leur avion vient d’atterrir. Quand Mac fait valoir que c’est la veille de Noël, l’Amiral répond que Noël n’est pas un jour férié pour eux.

Le capitaine Sturgis Turner accompagne dans les bureaux un couple dont la jeune femme est enceinte ; le caporal explique que l’un des ses voisins a porté plainte contre lui parce qu’il jouait du tambour ; ils ont été expulsés ; les bureaux de l’assistance juridique de la base sont fermés pour veille de Noël ; ils ne savent pas où aller et quand Turner demande « c’est pour quand au juste ? », la jeune femme lui répond « pour demain ! »

A bord du Coral Sea : Harm et Tom Boone sont allés rencontrer les deux pilotes qui doivent emmener le F 14 ; ceux-ci refusent de céder leur place même pour 12 bouteilles de « Jack… », ils pourraient faire une bonne action, dit Harm ; ils résistent encore jusqu’au moment où Harm leur promet de leur organiser une rencontre avec Jennifer Lopez dès qu’ils seront au port ! La réponse fuse : si le Commandant est d’accord, c’est bon pour eux ! Quand Boone s’étonne de la proposition de Harm, il lui répond qu’il la connaît depuis 1993 et la voit deux fois par an pour un….détartrage, il s’agit de l’assistante de son dentiste !

Chez les Roberts : Bud fait ses comptes et sa banque en ligne lui dit qu’il n’a plus que 16 dollars et 11 cents sur son compte ; ils n’ont plus un sou ; cela fait plus de trois semaines de retard dans le paiement de leurs soldes à tous les deux ; Mickey présent propose de leur passer 20 dollars ! ils doivent préparer pour le soir même une réception pour onze personnes. Ils décident de se rendre au bureau de paiement pour voir l’officier payeur.

Aéroport International Dulles, Washington DC : les trois koweïtiens sont dans une superbe voiture rouge et essaient avec de grandes difficultés de trouver leur chemin dans la grande ville (une petite musique légère et joyeuse accompagne cette scène).

Coral Sea : Les deux hommes sont auprès du Commandant ; pour lui ils ne sont pas en état de voler ; quand Boone lui fait remarquer qu’à eux deux ils totalisent plus d’heures de vol que n’importe lequel de ses pilotes, il regrette que Boone ne puisse plus voler mais refuse de confier un avion à un pilote qui a jeté un avion de 40 millions de dollars dans l’Atlantique, il y a un an –allusion non déguisée à l’accident de Harm- Il a manifestement une dent contre lui : c’était son avion personnel !

Au Quartier Général du Jag, Coates prévient Mac que les Koweïtiens viennent de prendre leur voiture de location à l’aéroport et qu’ils seront là dans 30 minutes. Mac est en train d’ouvrir le cadeau que Harm lui a donné , une superbe photo souvenir d’Afghanistan et – quelle coïncidence – , il est exactement de la même taille que le cadre qu’elle vient de lui offrir.

Sturgis présente le couple à l’Amiral et à Mac,  » le caporal Joseph Tinney et son épouse Marie », leur explique leur situation et se demande où les installer ; A.J propose son bureau, il vient d’y faire du feu dans la cheminée !

A bord du Coral Sea : le commandant autorise finalement Harm à prendre le manche du F 14 : en effet , un Inspecteur général fait une visite surprise et vient interroger les pilotes ; il préfèrerait voir l’Amiral aux commandes mais il n’est « plus autorisé à voler sur le siège avant » et s’adressant au capitaine, il le menace de lui faire retirer son insigne s’il dévie de sa route un seul moment.

Service de soutien au personnel de la station navale d’Anacosta, DC : il y règne un froid glacial. Bud et Harriet s’y présentent pour demander des renseignements sur leurs soldes ; ils ont affaire à l’adjudant Scobin qui se montre particulièrement intraitable voire grossier avec eux ; il refuse d’accepter toute faute de la part de son service puis sarcastique et insultant quand il voit l’infirmité du lieutenant ,il finit par leur dire « que leur argent se balade quelque part. » Quand Bud lui explique qu’ils ont besoin d’une avance d’urgence, il les renvoie vers le bureau d’aide sociale qui se trouve maintenant à l’Hôpital de Bethesda ; devant tant de méchanceté, Harriet explose et l’arrête en hurlant puis s’éloigne pour aller s’asseoir, elle se sent malade.

Base des Marines de Quantico, Virginie : le général est au téléphone avec le capitaine Turner ; il parle de malentendu mais le général confirme la mesure d’expulsion. En fait, il y a eu un arrangement entre voisins et cette information n’est pas parvenue jusqu’en haut lieu. Le général va voir ce qu’il peut faire avec la maison d’accueil de la base.

Harriet sort des toilettes, a encore mal au coeur, elle dit qu’elle doit avoir une intoxication alimentaire.

Bureau de l’Amiral Chegwidden : Turner vient aux nouvelles, le Colonel penchée sur Marie Tinney allongée sur le sol, répond que tout va bien ; Coates a appelé une ambulance et quant à l’Amiral … il fait pivoter son fauteuil, il a dans les bras un bébé tout neuf et le présente à Sturgis « Jason Tinney » !

Pont d’envol du Coral Sea : la catapulte est levée, les deux pilotes font les dernières vérifications de la check list. « Pour votre information , dit Harm à son partenaire, l’avion du Commandant n’était qu’un vieux tas de boulons » Boone lui dit de s’y mettre , d’éviter les intempéries car sa brasse est catastrophique. Ils décollent.

Washington DC : Bud pour la première fois depuis son accident a pris le volant ; Harriet est nauséeuse mais rassure son mari, elle se sent en sécurité ; Bud est content de cette opportunité. Leur voiture croise une voiture rouge dans laquelle nos trois Koweïtiens perdus continuent de se chamailler sur la direction à prendre pour rejoindre le Jag.

Dans le bureau vide de l’officier payeur, déserté par tous les employés, ce dernier hurle contre tout, envoie un coup de pied dans la poubelle, le vent pousse la porte, fait s’envoler des tas de feuillets sur les bureaux, il se demande ce qui se passe et qui est là ?

Hôpital de Bethesda : Harriet vient d’être examinée par une infirmière débordée – son état n’est pas alarmant – ; Bud insiste pour qu’elle aille chercher un médecin ; quelques instants plus tard arrive …un Père Noël avec une grande barbe ; il s’agit du médecin !

Dans le F 14, le mauvais temps commence à gagner autour de l’avion. Le contrôle aérien de Patuxent les prévient qu’un C 130 des Marines est en panne de système de navigation et a besoin d’aide ; ils sont les plus proches ; Boone fait valoir à Harm la mise en garde du commandant, ils essaient de « refiler le bébé » aux chasseurs qui viennent de décoller mais ils sont encore trop loin. Tom Boone dit à Harm qu’il ne faudrait « pas de tâches sur son CV » Harm se décide rapidement : « Donnez-nous les coordonnées, on vous ramène votre oiseau perdu ! » Le contrôle aérien donne son accord, communique les coordonnées et leur demande de descendre à 3000 pieds. Harm bascule le manche.

A l’hôpital de Bethesda, le médecin pose des tas de question à Harriet, s’y reprend à deux fois pour tout vérifier, provoque le fou-rire de sa patiente en lui demandant si elle n’a pas de diarrhées – un Père Noël parlant de ça, ça la fait éclater de rire !.. il dit qu’elle n’a sûrement pas une intoxication alimentaire. Il ajoute « je ne sais pas si vous êtes prêts à l’entendre… mais ce n’est pas grave ».

Au Quartier Général du Jag, Coates vient prévenir que l’ambulance est en panne et qu’ils vont en envoyer une autre ; Tiner prévient Mac qu’il a reçu à son intention un mail de Harm disant qu’il atterrira à Lakers et sera probablement en retard pour le dîner de réveillon. Voyant sa réaction, C Coates demande si ça pose un problème et Mac, contrariée, répond « ça peut en poser un quand on n’a pas d’aspirine »

Le bureau de A.J Chegwidden est très animé : il répond au téléphone aux magistrats koweïtiens perdus dans la ville, le bébé pleure derrière lui ; les koweïtiens perdent leur calme, il va essayer de les guider par téléphone.

Contrôle aérien de Patuxent : il voit le Tomcat sur son radar et va le guider vers le C 130.

A.J, dans son bureau au téléphone, continue de jouer les guides et tente de rassurer son interlocuteur : « vous êtes tout près ». Tiner, plein de sollicitude apporte un cadeau au bébé, deux peluches adorables, des agneaux prévus pour ses neveux. Les koweïtiens aperçoivent enfin une ampoule rouge qui brille haut dans le ciel, extasiés, ils voient « la lumière » : c’est l’antenne du Jag sur le toit de l’immeuble !

F 14 au-dessus de l’Atlantique : Harm ne voit toujours pas l’avion et demande la permission de descendre encore plus bas ; ce n’est pas possible ; le pilote de l’avion propose « d’éclairer l’entrée » et met tous ses feux à pleine puissance . Harm demande à s’approcher à 200 pieds ; Boone lui demande avec combien de personnes il a décidé de se fâcher aujourd’hui . Harm lui dit de lui faire confiance.

Au Jag, Tiner est allé chercher une couverture pour le bébé et rapporte une surprise, un bâtonnet dans son étui de papier – pour l’hygiène- pour…qu’il se fasse les dents ; Coates reste sans voix et lui demande s’il a déjà vu un nouveau-né auparavant ,

précisant que ses problèmes de dents n’arriveront pas avant six mois.

F14 : Harm assure au contrôle qu’il peut maîtriser la manœuvre de rendez-vous ; le contrôle lui dit de maintenir sa vitesse et son cap car ils approchent.

Au Jag, Mac introduit les trois magistrats enfin arrivés auprès de l’Amiral qui leur annonce un programme de visites complet dès jeudi ; ils sont très heureux d’être là et très intéressés par le système américain, impatients d’en savoir plus. Ils évoquent l’impact positif que leur mission pourrait avoir, notamment sur la paix dans toute la zone. Ils pénètrent dans le bureau et voient la scène : le caporal, sa femme et leur bébé nouveau-né ; aussitôt, l’un d’entre eux s’approche pour leur faire un présent : une énorme pièce d’or, le second à son tour vient apporter les bâtons d’encens qu’il a achetés à l’aéroport et le troisième s’approche d’eux : « j’ai seize immeubles en plein centre ville, la vue a de l’importance pour vous ?» L’’incrédulité se lit sur les visages du couple et devant les sourires de tous, attendris par la scène et les encouragements de l’Amiral, ils acceptent les trois présents. Les trois « Rois mages » parlent d’un merveilleux présage.

F 14 : Le Tomcat se rapproche de l’autre avion quand un énorme choc se produit ; Boone diagnostique que la gouverne est touchée. Harm est inquiet mais au bout de quelques instants parvient à stabiliser son avion ; ils se demandent ce que c’était ; le pilote du C 130 les rassure, la tour de contrôle de Patuxent dit qu’elle ne voit rien sur le radar mais qu’un ballon sonde a été perdu il y a 4 minutes et les voit maintenant tous les deux sur son écran. Harm ne voit toujours rien et soudain, deux lumières percent le brouillard ; il s’exclame « je comprends maintenant ce qu’ont du ressentir les Rois mages » !

Chez les Roberts : le père de Bud propose de les emmener tous au restaurant même s’il n’a pas grand chose sur son compte. A ce moment, on sonne à la porte : c’est l’adjudant Scobin, il s’excuse de son attitude, il était mal luné à cause de son fils qui l’avait laissé seul pour le réveillon ; il arrive avec des victuailles plein sa voiture et dit avoir prévu pour treize personnes ; Bud lui propose de rester ; Mickey dit qu’ils seront douze ; Harriet précise alors que ça tombe bien puisqu’elle mangera pour deux !

Dans leur voiture, A.J est accompagné de Meredith ; il vient de lui raconter les dernières heures vécues au Jag ; elle remarque qu’il a une « propension à encourager les grossesses et les accouchements .. Harriet ? Singer, Madame Tinney.. tu provoques les choses » et ils en viennent à parler d’elle, angoissé il la regarde… non, il n’y a rien « mais on peut toujours espérer… »

Le F 14 escorte le C 130 à « ses 9 heures »ils vont faire une approche aux instruments et compte tenu du fret qu’il transporte, il préfère que Harm passe devant. « Que transportez-vous ? » : les jouets pour le Noël des enfants des Marines ; ils font la tournée de toutes les bases de la côte est ! (la musique de Rudolph, le petit renne au nez rouge accompagne toute la scène). Le train est sorti ; le F 14 précède l’énorme C 130. Attérrissage en douceur et visages heureux de tous.

Chez les Roberts, la fête bat son plein ; Harriet raconte comment ils ont appris l’heureux événement ; dans l’euphorie, Meredith propose de jouer un chant de Noël et l’ inquiétude de l’Amiral est palpable ; tous se rapprochent, et chantent ; Meredith s’en sort très bien. Superbe moment. Mac téléphone à Harm et tombe sur son répondeur : « Alors toujours pas rentré.. nous sommes tous là… il ne manque plus que vous… ne tardez pas trop…j’espère que tout va bien »

Devant le Mur : le soir, des flocons assez denses tombent. Harm et Tom Boone sont là ; ce dernier, bouleversé, touche du doigt le nom de son ami et se souvient de la dernière fois où il l’a vu, le parachute qui s’est ouvert quand il a été touché. Il remercie Harm de l’avoir emmené avec lui pour cet anniversaire. Harm dit que cela fait 34 ans, pas tout à fait dit Boone, 33.

Arrive un jeune lieutenant qui s’adresse à eux : « cet endroit est si impressionnant » ; puis il se présente Lieutenant Clarence récemment diplômé de l’instruction de l’Aéronavale ; il vient ici pour présenter ses hommages, ; il n’a pas ses ailes car il a dû s’échapper pendant la cérémonie pour accourir au chevet d’un camarade qui a fait une tentative de suicide. Harm détache son propre insigne –ses ailes- de sa vareuse et les tend à l’Amiral Boone. Le lieutenant proteste  » je ne peux pas vous laisser faire ça ! » mais le capitaine dit « garde à vous ! » et l’Amiral Boone très ému, les lui épingle sur son uniforme en disant « Montrez ça à votre ami, il sera fier de vous » Quand on lui demande à quoi il se destine, le jeune lieutenant répond aux « Blues Angels » et à ce moment derrière eux, une clochette tinte (dans la tradition, une cloche sonne quand un ange reçoit ses ailes)

Chez les Roberts : tous s’assoient et Bud s’apprête à porter un toast ; il est ému, a du mal à trouver ses mots ; Harriet puis l’Amiral l’encouragent, il se lance et tous sont attentifs ; la porte s’ouvre et « Joyeux Noël, Capitaine », dit Bud . Harm tout sourire, arrive jusqu’à la table, Mac remarque immédiatement qu’il n’a pas ses ailes , il lui fait signe qu’il lui expliquera plus tard, ils échangent un regard très chaleureux et plein de compréhension mutuelle. Bud ajoute  » Que Dieux vous bénisse tous sans exception » A.J : « levons nos verres » Meredith: « Joyeux Noël » ; Harm et Mac trinquent, les yeux dans les yeux.

174 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*