Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/f16469b4600d2f92c3e364fbf8ddd268/web/wp-includes/post-template.php on line 284

8.20 – Ice queen

8.20 – Ice Queen – La dame de glace

Préambule

Une troupe de scouts s’entraîne au tir à l’arc au bord du Potomac. L’une d’eux, Tomy, envoie rate sa cible et envoie sa flèche au loin. Après décompte des scores, le chef envoie le fautif chercher la flèche perdue. Il descend et voie sa flèche plantée dans un cadavre en décomposition. A la main gauche on voie une bague de la marine, l’enfant reste épouvanté.

L’équipe du NCIS qui comprend Gibbs (le Big Boss), Viv une ancienne du FBI, et Tony, se rend sur les lieux du drame. Pendant le trajet Tony raconte une de ses histoires de Baltimore (où il était policier avant de rentrer au NCIS). A l’arrivée, Gibbs demande à Tony de délimiter un périmètre de 100 mètres, à Viv de s’occuper du chef scout, lui se réservant l’enfant. Elle argumente en disant qu’il ne fera qu’aggraver son traumatisme, mais il insiste. Elle va voir le chef des scouts qui est bouleversé et répète « Elle n’avait plus de visage » « non il n’a pas touché au corps, il a tout de suite appelé la police, c’était horrible !». Elle lui demande de se calmer pour les petits.

Pendant ce temps, Gibbs va voir l’enfant et se présente comme un agent spécial de la Marine,

– « Je l’ai pas tuée »

– « Je sais bien que non mon grand, c’est terminé »

– « non ce sera jamais fini, je rêverai sûrement d’elle »

– « sauf si tu ne le veux pas »

– « je le veux pas »

– « alors ferme les yeux et dis-toi que tu ne rêveras pas d’elle »

– « ça marchera jamais »

– « çà a marché pour moi. Quand j’avais ton âge, j’ai vu quelque chose d’aussi moche que çà, crois-moi, ferme les yeux, dis-le »

– « je ne rêverai sûrement pas d’elle » répète l’enfant en fermant les yeux,

– « bien, tiens voilà ma carte, tu me téléphones ?

– « si je fais un cauchemar ? »

– « non, on a déjà réglé çà, juste pour voie où je travaille, amènes tes amis, je vous ferai visiter. »

Tous les enfants qui ont entendu entourent Tommy, très excités en lui demandant s’ils pourront venir avec lui.

Gibbs et Viv rejoignent le légiste, Ducky, qui précise qu’il s’agit d’une femme enceinte, un lieutenant de la Marine, échouée sur un arbre.

– « J’adore votre parfum, on pourrait aller dîner ce soir, après l’autopsie » demande-t-il à Viv,

– « je ne sors jamais avec un homme assez vieux pour être mon père, Ducky » lui renvoit-elle.

Gibbs le questionne sur la date du décès, il répond que çà fait un bail, il ne peut pas être plus précis avant l’autopsie, mais à en juger par l’état de décomposition il dirait deux à trois semaines, la cause du décès ne peut pas être la flèche.

Viv et Tony discutent en relevant les indices, il l’appelle Pocahontas. Elle a l’air perturbée et finit par avouer que son frère l’appelait ainsi. Son frère a été tué dans un attentat terroriste et elle a quitté le FBI suite au drame. Tony s’excuse.

Gibbs photographie le corps. Ducky estime qu’elle était enceinte de quatre à cinq mois. Gibbs veut prendre le visage et demande à Ducky d’écarter les cheveux, on découvre alors un squelette, ce sont les corbeaux qui se sont attaqués à son visage et à ses yeux, mais pourquoi ne se sont-ils pas attaqué à ses mains ou à ses pieds ? Gibbs grimpe alors à l’arbre pour prendre des photos par-dessus et il regarde tout autour de lui. (A partir de ce moment, images bleutées, comme si c’était filmé sous l’eau, puis retour à la normale). Ils en déduisent qu’elle était dans le fleuve qui a débordé, elle a flotté et a échoué à cet endroit précis. Tony découvre alors une manche et un bouton et s’écrit « elle est du JAG ».

Au Jag, dans la salle de réunion, on retrouve, l’amiral, Harm, Mac, Sturgis, Manetti, Harriet et Bud. L’amiral leur révèle que le NCIS a retrouvé la dépouille d’un officier du Jag dans le Potomac, qu’elle était enceinte de quatre à cinq mois. Harriet s’écrie « j’espère que ce n’est pas le lieutenant Singer.» Harm réplique que çà ne peut pas être elle puisqu’elle devait accoucher dans quinze jours. L’amiral lui demande s’il a été en contact avec elle, « Pas depuis son départ, c’était une estimation » dit-il après avoir lancé un regard à Mac. « Cà ne peut pas être Loren, le Médecin légiste ne se serait pas trompé de quatre mois » intervient alors Mac. L’amiral précise que l’autopsie n’a pas encore eu lieu. Tiner après avoir frappé, entre alors pour dire que les téléphones de Singer ne sont plus en service

– « Ce n’est pas bon signe » dit alors l’amiral, après le départ de Tiner,

– « Vous ne croyez pas quand même que c’est elle » dit Harm,

– « Vous savez, je ne connais pas personnellement les 750 officiers du Jag qui sont sous mes ordres, mais je pense que je le saurais si l’un d’eux avait disparu depuis trois semaines. Le NCIS va comparer l’ADN de la dépouille avec notre banque de données, nous saurons très vite si c’est le lieutenant Singer. »

– « Excusez-moi, Monsieur » dit Harm, en se levant et en sortant précipitamment

– « Est-ce qu’il s’est passé quelque chose entre le capitaine et le lieutenant Singer que je ne sais pas » interroge l’amiral. Personne ne répond.

Dans les locaux du NCIS, Gibbs veut envoyer une équipe sur les rives du Potomac pour trouver le parcours effectué par le corps. Tony vient d’avoir au téléphone l’amiral qui a précisé que le lieutenant Singer n’était pas joignable, que ses numéros de téléphone étaient hors services et qu’elle devait accoucher dans deux semaines. Le grand patron vient chercher l’équipe et ils se rendent dans une salle sécurisée, pleine d’écrans où ils assistent en direct à l’arrestation d’un terroriste Bin Atwa, sous les applaudissements des personnes présentes. Ils discutent d’un autre terroriste qui a exécuté l’attaque où le frère de Viv a trouvé la mort. Elle demande à Gibbs de participer à l’opération, mais ce dernier refuse, elle n’a pas à utiliser le NCIS pour sa vengeance personnelle, elle doit se concentrer sur l’enquête en cours ou retourner au FBI.

Sur les rives du Potomac, les équipes cherchent des indices. Au NCIS ils discutent en s’interrogeant, peut-être s’agirait-il d’un suicide ? Gibbs déclare qu’il faut extraire le fœtus pour rechercher l’ADN du père. Devant la réaction de Viv, il demande si elle le trouve trop froid, et devant son assentiment, il déclare qu’il est seulement concentré. « ‘J’espère ne jamais être aussi concentrée » murmure Viv.

Puis on assiste à l’autopsie du cadavre, (avec une partie filmée en infra rouge comme si l’on voyait la scène du point de vue de la morte). Ducky prend des photos et soliloque avec le corps. Gibbs apprend à Ducky que le seul membre du Jag correspondant serait le lieutenant Singer qui devrait être à terme, çà ne peut pas être elle rétorque Ducky. Il faut rechercher l’ADN du fœtus, le père pourrait être le meurtrier. Gibbs veut comparer les résultats avec tous les membres du Jag pour son enquête, Viv s’insurge et fait remarquer que c’est complètement illégal. Gibbs soutient qu’il n’a pas l’intention de s’en servir en justice mais que c’est pour faire avancer l’enquête. Le ton monte !!! Ducky intervient en disant qu’ils sont dans la même équipe et leur fait part de ses trouvailles : un dessous de verre gribouillé, un billet d’avion… un éclat de métal enfoncé à l’arrière du crâne, elle aurait été frappée avec un objet métallique et balancée au dessus des chutes, les fractures seraient causées par les ballottements dus au courant. Ducky se prépare à ouvrir le cadavre quand le téléphone sonne, il dit alors à Viv en souriant « Ah, sauvée par le gong !!! », en même temps une télécopie arrive sur laquelle figure en gros plan le nom de Singer.

Au Jag, dans la salle de réunion, l’amiral annonce à toute l’équipe, en présence de Gibbs et de Viv, qu’il s’agit bien du lieutenant Singer et que le NCIS va mener l’enquête. Harm soutient que le Jag devrait mener sa propre enquête, ce que l’amiral rejette, malgré l’insistance de Harm qui surprend tout le monde. Harm demande si elle a été assassinée,

-« Qu’est-ce qui vous fait supposer çà ?» dit Gibbs,

– « Vous ne seriez pas là s’il s’agissait d’un décès accidentel, n’est-ce pas ? »

– « Le lieutenant Singer était censé être à San Diego, qu’était-elle revenue faire ici ? » intervient Mac,

– « Nous espérions que l’un de vous nous le dirait »

– « Mais personne d’entre nous n’a revu le lieutenant Singer depuis son départ en janvier »

– « Vous parlez toujours pour tout le monde, capitaine Rabb ?» interroge Gibbs,

– « Les agents ont demandé à vous interroger tous individuellement, et je m’attends à ce que vous coopériez, comment comptez-vous procéder ? » intervient l’amiral,

Gibbs fait alors observer que toute discussion sur leur témoignage pourrait entraîner une inculpation d’obstruction à la justice. « Je crois que nous connaissons la loi, Gibbs, nous sommes avocats » fait remarquer Harm, « Vous paraissez la connaître mieux que les autres, si nous commencions par vous ? » « Parfait ».

L’amiral interrompt la joute verbale en disant qu’il doit voir Harm pour discuter du programme des audiences et qu’il préfère qu’ils commencent par lui, « est-ce que çà leur pose un problème ? ». Tous les membres du Jag sortent, laissant Gibbs et Viv qui fait remarquer que normalement ce sont eux qui dirigent l’enquête. « Nous allons laisser l’amiral jouer les bons flics, pendant environ sept minutes, assieds-toi » lui répond Gibbs avec un petit sourire ironique.

Dans le bureau de l’amiral, celui-ci laisse échapper sa colère et questionne Harm sur ce qui s’est passé avec Singer.

– « Mais rien »

– « Rien, mon œil, après cette prestation, vous seriez mon principal suspect »

– « Je n’ai pas tué le lieutenant Singer »

– « Je sais que vous ne l’avez pas tuée, mais vous êtes concerné et je veux savoir en quoi»

– « Je préfère ne rien dire, monsieur, »

– « Seigneur, c’est vous qui l’avez mise enceinte ? Bien sur que çà ne peut pas être vous, … mais vous savez qui l’a fait et vous essayez de le protéger, c’est çà ? »

– « J’essaie de protéger la vie privée du lieutenant Singer, monsieur, si elle n’a dit à personne qui était le père, ce n’est pas à moi de le faire »

– « Si vous refusez de dire la vérité, vous risquez d’avoir des ennuis avec le NCIS, »

– « Je ne vais pas mentir »

– « Non, vous êtes un trop bon avocat, vous savez déformer la réalité dans un interrogatoire, »

Puis l’amiral s’interrompt et s’assoit en riant,

-« c’est pas vrai ! il est doué !»

-« Monsieur ? »

-« L’agent Gibbs, il m’a poussé à vous interroger, la règle du ouï-dire n’a pas cours dans un interrogatoire, je serai obligé de lui répéter tout ce que vous me direz s’il le veut »

-« Vous croyez qu’il est aussi tordu ? »

– « Il me rappelle un peu vous ».

Sur les berges du Potomac, Tony cherche des indices sur la rambarde du pont. Pendant ce temps, l’amiral est interrogé par Gibbs et Viv. Il les informe que Singer avait demandé un congé de maternité en janvier, c’est la dernière fois qu’il l’a vue. Pendant tout l’interrogatoire, Gibbs furète dans le bureau. L’amiral explique les raisons de l’enquête qui avait été menée sur le Sea Hawk. Il précise que le commandant a abandonné les charges contre Singer parce qu’il a choisi de la croire. « Elle ou le colonel MacKenzie ? Vous l’avez bien envoyée sur le Sea Hawk pour enquêter sur le lieutenant Singer ?». Puis Gibbs fait remarquer que Rabb était en même temps sur le Sea Hawk, qu’il a du rencontrer le lieutenant Singer, et qu’ils sont même repartis ensemble. L’amiral répond qu’il n’a aucune idée de la conversation qu’ils ont pu avoir. La seule chose que lui a dite le Capitaine Rabb c’est qu’il n’a pas tué le lieutenant Singer et qu’il ignore qui l’a fait.

Tony découvre des traces de sang sur le pont. A nouveau des images infra rouges qui évoquent la chute du corps. A son retour au NCIS, Tony apporte ses indices pour étude.

Au Jag, Gibbs et Viv interrogent Bud sur la probabilité que le père soit un membre du Jag. « Personne ici n’aurait été assez bête pour sortir avec le lieutenant Singer… Vous ne croyez pas que c’est moi ? ». « On devrait ? ». Pendant tout l’interrogatoire Gibbs se déplace derrière Bud « Je n’ai pas fait l’amour avec cette femme » « Vous devriez mieux choisir vos mots, lieutenant » murmure Gibbs dans son dos.

Puis c’est au tour de Manetti. Elle précise qu’elle vient d’arriver et que ce n’est pas à elle qu’il faut poser des questions. Mais que lui dit son intuition ? « De ne pas répondre aux questions dont j’ignore les réponses ». Elle précise qu’il ne s’agit pas de quelqu’un du Jag, que le Barman lui avait parlé d’un civil qu’aurait rencontré Singer avant son départ.

Quand vient le tour de Mac, Gibbs lui demande si elle était au courant de l’enquête demandée par Harm à Manetti. Mac laisse voir sa surprise, Gibbs lui demande pourquoi il a fait çà ? « Je n’en ai aucune idée, demandez-le au capitaine Rabb ».

Dans leur véhicule, Viv demande pourquoi ils n’interrogent pas Rabb. Il s’est livré à une enquête non officielle. Gibbs répond que c’est le chouchou de l’amiral, que c’est le meilleur procureur et avocat du Jag. Si on l’interroge sans preuve, il leur mettra un recours en suspicion sur le dos.

Harm, d’une cabine téléphonique appelle Sergei en Russie. Il veut savoir s’il a vu Singer quand il était à Washington il y a trois semaines. Il lui demande s’il l’a cru quand elle lui a dit qu’il n’était pas le père. Puis il lui révèle qu’elle a été assassinée il y a trois semaines. « Tu crois que je l’ai tuée ? » « Non mais les enquêteurs le croiront s’ils pensent qu’il est le père et qu’il était présent quand elle a été tuée. » « Tu joue toujours les grands frères et tu veux toujours me protéger » « C’est à çà que servent les grands frères ».

Au laboratoire du NCIS, les analyses confirment que le sang recueilli par Tony sur la rambarde du pont est bien celui de Singer. Ils découvrent un numéro de portable à Moscou sur le dessous de verre, puis la date du billet d’avion qui remonte à trois mois. Le légiste Ducky arrive en disant que comme la « dame de glace » elle a été congelée et qu’elle est restée dans le Potomac pendant tout ce temps. Viv revient en disant que le numéro de portable appartient à Sergei Sukov. Le répondant de Zukov est Harmon Rabb et c’est son demi frère.

Gibbs rencontre son chef qui lui révèle qu’un attentat se prépare contre un de leurs navires. Il a besoin de lui dès qu’il aura bouclé cette affaire de meurtre. Il doit faire vite.

Sur les berges du fleuve, les équipes cherchent toujours le sac de Singer. Pendant ce temps dans les locaux du NCIS, on relève les empreintes sur la voiture de Singer, retrouvée à la fourrière, ce serait celles d’un homme.

Ducky explique qu’en raison du froid les cellules du cadavre ont éclaté. Il précise que Rabb ne peut pas être le père en raison de son groupe sanguin. Viv le critique sur son manque de respect vis-à-vis des morts. Il réplique que si elle était morte, est-ce qu’elle ne préférerait pas qu’on lui parle plutôt que de l’ignorer totalement. Il précise qu’il a toujours senti une présence au cours des autopsies (scène filmée en infra rouge, vision de la scène par le cadavre). Ducky propose alors à Viv de continuer à discuter au cours d’un bon dîner « pas ce soir » « elle n’a pas dit non, elle a dit pas ce soir » confie-t-il au corps, après le départ de Viv.

Interrogatoire de Coates sur sa présence au bar derrière Singer et Rabb, et sur ce qu’elle aurait entendu de la discussion.

Les équipes de recherches trouvent une casquette.

Interrogatoire de Harm par Gibbs dans une salle du NCIS, sous le regard de Viv, derrière une glace sans tain (nous assistons à un véritable duel entre les deux personnages).

-« Qu’est ce qui vous fait croire que j’aurais pu fréquenter le lieutenant Singer autrement que pour des raisons professionnelles ? »

-« Vous êtes plus à l’aise pour poser des questions que pour y répondre, n’est-ce pas ? »

-« C’est parce que je n’ai pas l’habitude d’être suspecté »

-« Suspecté ? Qui vous dit qu’on vous suspecte, est-ce que je vous ai lu vos droits ? »

-« Non, vous ne l’avez pas fait, ce qui veut dire que vous prenez de très gros risques, sergent, »

-« Je ne suis pas assez malin pour prendre ce genre de risques avec un avocat de votre acabit Rabb »

-« C’est capitaine Rabb ou capitaine, ou monsieur, Sergent, je pense qu’en tant que réserviste, vous appartenez toujours au corps des Marines, »

-« Je bosse au NCIS comme agent spécial, je n’ai pas à vous saluer et à vous donner du Monsieur ou à vous appeler par votre grade, mais vous le savez, alors qui joue au plus malin là? »

Harm se lève alors et se dirige vers la glace sans tain devant laquelle il se tient et frappe la vitre du plat de la main ce qui fait siffler les micros. Puis il adresse un sourire ironique à Viv qui est derrière la glace et qui dit « Ordure ».

-« Vous aimez avoir le dernier mot, » dit Gibbs,

-« Comme çà nous sommes deux »

Derrière la vitre, Tony vient annoncer la découverte de la casquette à Viv.

-« Puisque je ne suis pas suspect, je ne vois aucune raison de continuer à perdre mon temps ici » dit Harm en se dirigeant vers la porte.

-« Je me demande ce que va penser l’amiral quand il saura qu’un de ses bras droits refuse de répondre à une enquête sur la mort d’un de ses officiers » dit Gibbs en prenant le téléphone.

Harm referme la porte et retourne s’asseoir. Gibbs au téléphone « Jessie un café bien noir, mettez en deux »

-« Je ne sais pas qui est le père du bébé du lieutenant Singer et je ne sais pas qui l’a tuée. Alors quoi d’autre, Gibbs ? »

-« Que vous a appris votre enquête ? »

-« Vous étiez là, l’amiral m’a ordonné de rester en dehors de çà »

-« Je faisais référence à l’enquête que vous avez demandé à Manetti de faire sur la vie privée du lieutenant Singer avant son départ en mission »

Derrière la glace sans tain, Tony s’exclame « Oups ! » « S’il ne lui lit pas ses droits, çà n’aura aucune valeur en justice » répond Viv en envoyant un message à Gibbs.

-« L’enquête du Colonel Mackenzie n’avançait pas très bien, Mac et moi sommes très liés, j’ai voulu l’aider un peu »

-« Une réponse logique »

-« La vérité l’est en général »

-« Alors çà ne vous ennuiera pas de nous donner un prélèvement d’ADN »

-« Dans quel but précis ? »

-« Un test de paternité. »

-« Je n’aimais pas du tout le lieutenant Singer »

-« Je ne dirai pas çà dans une enquête pour meurtre»

-« Non, vous n’aurez pas mon ADN »

-« Même si vous n’êtes pas coupable ? »

-« C’est pour le principe »

-« D’accord, pas d’ADN, quand avez-vous vu pour la dernière fois le lieutenant Singer ? » poursuit Gibbs en regardant son calepin numérique.

-« Au début de janvier, avant qu’elle n’aille à San Diego »

-« vous avez parlé de quoi ?»

-« On a échangé les banalités habituelles entre deux officiers qui n’avaient rien en commun »

-« Et c’était la première semaine de janvier ? »

-« Oui c’était sûrement çà, »

-« La dernière fois que vous l’avez vue ? »

-« C’est ce que je viens de dire »

-« Au Benziger ? »

Harm reste muet. Dans l’autre pièce, on apprend que les empreintes relevées dans la voiture sont celles de Rabb.

-« Qui vous a dit qu’on était au Benziger ? »

-« Vous l’avez retrouvée là-bas n’est-ce pas ? »

-« Oui »

On amène les cafés.

-« Qui vous envoie des messages de derrière ce miroir ? »

– « Vous reconnaissez ce numéro » dit Gibbs en retournant le calepin,

-« Je devrais ? »

-« Vous l’avez composé assez souvent »

-« J’appelle beaucoup de numéros »

-« C’est le numéro du portable de votre frère à Moscou, l’émigration nous a dit qu’il était ici quand Singer est tombée enceinte et qu’il est revenu il y a trois semaines. »

-« Sergei n’a pas tué le lieutenant Singer » s’exclame Harm en se levant

-« C’était lui le père ? »

-« Elle a dit que ce n’était pas lui »

-« Et il l’a cru ?»

-« Oui »

-« Mais pas vous ? »

-« Je n’en suis pas sûr, mais l’important c’est que lui, il l’ait cru »

-« Pourquoi a-t-il donné à Singer son numéro à Moscou ? »

-« Cà c’est moi qui l’ai fait, je l’ai noté sur un papier au Benziger »

-« Vous êtes soupçonné d’avoir commis un meurtre » dit Gibbs en se levant,

-« Quoi ? »

-« Vous avez le droit de garder le silence, toutes les déclarations … »

-« Vous croyez que j’ai tué le lieutenant Singer, je connais mes droits constitutionnels par cœur et j’y renonce »

Tony et Viv pénètrent dans la pièce et passent les menottes à Harm qui regarde fixement Gibbs.

-« Vous faites çà depuis quand, Gibbs ? »

-« Dix neuf ans »

-« Et vous savez si quelqu’un est coupable en le regardant dans les yeux ?»

-« Oui en effet, »

-« Regardez-moi et demandez-le moi, demandez-le moi ? » adjure Harm, face à Gibbs, les yeux dans les yeux,

-« Est-ce que vous tueriez pour votre frère ? » lui renvoie Gibbs

Harm reste muet.

Fin

148 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*