DPB et ses héros

« Cette réflexion est née après la diffusion de la 2ème preview de « Back in the saddle » qui mettait en avant, surtout en gros plan, la grossesse de Catherine Gayle.
Et bien entendu, suggérait au téléspectateur qu’Harmon Rabb était susceptible d’être le père du bébé…
Taux d’audience oblige !

J’affirmais alors que je n’y croyais pas une seule seconde parce que cela ne cadrerait pas avec le personnage d’Harm.

Non qu’on puisse imaginer qu’en effet il soit aller se consoler dans les bras de Catherine ou d’une autre après son rejet par Mac au Paraguay, là n’est pas le hic.

Mais en faire un père de famille??? Non. Il perdrait de son aura.

C’est comme pour les ailes.

Il est évident qu’il les retrouvera et sans trop attendre, six épisodes c’est un délai raisonnable.
Kip avait expliqué à propos de l’épisode de Noël de la 8ème saison (quand Harm donne ses ailes à un jeune officier devant « The Wall ») que les ailes étaient une marque de fabrique, qu’elles faisaient intrinsèquement parties du personnage et qu’ils seraient fous d’en priver Harm.
Sous-entendu, la production ne tuerait pas la poule aux oeufs d’or… euh, aux ailes dorées!

Donc pas de bébé pour Harm. Pas plus avec Catherine qu’avec une autre ! Sorry Mac…

Parce que c’est un héros à la Donald P. Bellisario.

Cherchez bien dans vos mémoires: aucun de ses personnages ne s’est jamais retrouvé englué dans les couches-culottes. Ce n’est pas « le truc » de DPB (en tout cas professionnellement parlant) !

Même si à un moment ou à un autre de leurs aventures ces héros ont été confrontés à un accouchement :
Harm dans « Code Blue » et « Yeah Baby », Magnum lors d’un cyclone dans la propriété de Robin Masters, pour Sam Beckett, il y a au moins cet épisode où il se retrouve dans la peau d’une parturiente !
Mais quelle est la justification de cette confrontation si ce n’est y trouver un ressort comique efficace… et au passage montrer que ce n’est pas la place d’un homme d’être mêlé à cette situation, qu’il convient de laisser au gynécée.

Tous les héros de DPB portent en eux une blessure profonde, qui a marqué en fait le passage à l’âge adulte et les rend incapable d’être père eux-mêmes tant qu’ils n’ont pas résolu leur problème.

Ils sont attachés à leur enfance (courte pour Harm) et ont sublimé cette période synonyme de bonheur et d’innocence. Et ils sont prêts à tout, même à risquer leur vie, pour retrouver ce bonheur perdu, songez à la quête obsessionnelle d’Harmon Rabb pour retrouver son père.
Ils se posent sans cesse des questions sur le monde qui les entoure et affrontent de nombreux cas de conscience. Mais que ce soient Magnum, Sam Beckett ou Harmon Rabb aucun n’a réellement « de place  » dans la société, c’est-à-dire, pas de foyer, d’épouse, d’enfant… ni même de chien…

Vous allez me dire que Magnum a eu une fille. Ok. Mais il ne le découvre qu’à la toute fin de la série quand le héros a terminé sa quête.

Vous allez me dire aussi que Sam Beckett a une épouse: oui mais il a oublié ce petit « détail »!!!

Et vous allez me dire qu’Harm a … quoi donc ? Un avion… « Sarah »!

Si cet avion n’est pas le symbole du bonheur perdu… que représente t-il?
Toute l’affectivité qu’ Harm est capable d’exprimer, est tournée vers lui. Et ce n’est pas un hasard s’il porte aussi le nom de Mac (d’accord officiellement son nom de baptême lui vient de la grand-mère du héros…) ni même s’il se raccroche à son cher biplan chaque fois qu’il « touche le fond » !
Et c’est bien ce qu’Harm fait encore une fois dans « Back in the Saddle »…

Pour en revenir au bébé de Catherine Gayle, n’oublions pas la cible de JAG, son public.
C’est une série « moraliste », une morale qui correspond à l’Amérique profonde…
Donc pas de bébé hors des liens du mariage en tout cas pas pour le héros !
Regardez ce petit couple « parfait » qu’est celui de Bud et Harriet. C’est LA référence en la matière.

Personne ne comprendrait qu’Harm puisse prendre toujours autant de risques en étant père de famille, sachant qu’il a lui vécu l’enfer avec la disparition prématurée de son père.
Et un héros qui ne prend pas de risques ce n’est plus un héros!

Personne ne comprendrait qu’il y ait toujours la fameuse « tension sexuelle », si chère au producteur, entre Harm et Mac, alors que ce dernier aurait un enfant, voire un foyer!!!

Non, Harmon Rabb ne serait plus le même personnage.

Et la seule certitude que l’on puisse avoir avec DPB, c’est qu’il ne tuera pas la poule aux oeufs d’or… pardon, aux ailes dorées !
« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>