Can’t fight this feeling III – Candle in the window

3-1-2

1900 ZULU
APPARTEMENT D’HARM RABB
NORD D’ UNION STATION
WASHINGTON D.C.

D’une façon ou d’une autre, même s’ils auraient tous les deux pu jurer qu’ils ne savaient pas comment, ils finirent par réussir à aller jusque dans la chambre, s’effondrant endormis dans les bras l’un de l’autre avant de se réveiller pour faire l’amour une seconde fois, cette fois ci avec douceur et tendresse.

Encore frissonnante après leur seconde joute, Mac se pelotonna dans ses bras, posant la tête sur le cœur de Harm qui battait rapidement. « Une fille pourrait rapidement prendre l’habitude de ce genre de traitement » commenta t’ le paresseusement pendant qu’elle traçait du bout des doigts des cercles sur les muscles fermes de la poitrine et du ventre d’Harm.

« Tu n’es pas la seule dans ce cas, » dit il en riant en l’enfermant plus fort dans ses bras. La vérité, c ‘était qu’il aurait été satisfait de rester ainsi pour l’éternité, allongé avec elle dans ses bras. Mais il y avait encore beaucoup de choses qu’ils devaient régler, ensemble.

Mac inspira profondément et fit écho à ses pensées. «  Mais il y a tellement de choses dont nous devons discuter » remarqua t’ elle. « Tellement de problèmes que nous devons résoudre. »

« Brumby, » constata Harm.

« Oui, » répondit Mac. « Je n’ai jamais voulu lui faire du mal, mais j’ai peur que ca arrive, même si je fais le maximum pour atténuer le coup. Et bien sur, il y a aussi Renee. »

Harm rit, « En fait, elle n’est plus un problème. » En réponse au regard étonné de Mac, il ajouta « Nous avons rompu samedi, d’une façon très amicale. Je te donnerai plus de détails tout à l’heure. Je pense que tu vas trouver ça plutôt amusant. »

Mac ne le pensait pas, mais elle préféra ne pas réagir. « Et notre travail » ajouta t’ elle. « Cette situation pourrait avoir un impact énorme sur nos carrières. »

« Je ne peux pas imaginer devoir à nouveau t’affronter au tribunal, surtout si en pensée je reviens toujours à l’endroit où se niche ton tatouage » plaisanta t’ il pendant que sa main descendait le long du corps de Mac pour caresser l’endroit en question.

Mac lui donna une petite tape joueuse. «  Couché, petit marsouin » rétorqua t’ elle, puis elle redevint sérieuse. « Toute plaisanterie mise de côté, il y a de vrais problèmes à régler sur ce point, et c’est pour ca » elle fit une pause et inspira profondément « que je crois que nous devrions ne pas en parler pour l’instant. Même si je meurs d’envie d’aller crier sur les toits que je suis amoureuse d’Harmon Rabb Jr, je pense que nous devons nous assurer que nous sommes prêts à affronter les conséquences avant d’annoncer que nous sommes ensemble. »

« Tu lis dans mes pensées, Sarah, » répondit il, et elle frémit en l’entendant utiliser pour la première fois son prénom. « Moi aussi je veux le crier, mais je suis d’accord sur le fait qu’il vaut mieux attendre, au moins jusqu’à ce que nous ayons soigneusement pris en considération toutes les répercussions possibles. Je crois que la première chose à laquelle nous devons réfléchir, c’est comment nous allons informer l’amiral. »

Mac acquiesça. « Il a fait tellement de choses pour nous, pour nos carrières. Il est normal qu’il soit mis au courant pour qu’il puisse se préparer aux conséquences. Mais nous pourrons penser à ça plus tard. »

« Comme je l’ai dit la nuit dernière, » ajouta Harm « nous avons la vie devant nous. »

MARDI, 30 MAY
0915 ZULU
APPARTEMENT DE SARAH MACKENZIE
GEORGETOWN
WASHINGTON D.C.

Mac revint de la promenade matinale de Jingo pour trouver Harm, déjà en uniforme, près de la cuisinière en train de préparer le petit déjeuner. Elle s’approcha derrière lui et l’enlaça. « Bonjour, bel endormi, » le salua t’ elle.

Harm tourna la tête pour la regarder, tout en retournant l’omelette qu’il était en train de cuire. « Tu sais, tu aurais pu me réveiller, » dit il. « Nous aurions pu aller promener Jingo ensemble. »

« Ensemble, » répéta Mac d’un ton rêveur. « Tu sais, je pourrais facilement m’habituer à ce mot. Et à tout ca …. m’endormir dans tes bras, me réveiller près de toi, te regarder me faire le petit déjeuner …. »

« Je n’aurais jamais cru que tu sois du genre fleur bleue, » plaisanta t’ il en retirant la poêle du feu en en faisant glisser l’omelette sur le plat déjà posé sur le plan de travail.

« Que veux tu, » soupira t’ elle pendant qu’il se tournait vers elle, l’enfermant dans se bras et déposant un baiser sur le haut de sa tête. « tu as fait de moi une romantique . »

« Je crois que je vais vraiment aimer découvrir ce nouvel aspect de Sarah Mackenzie, » dit il pendant qu’ils se dirigeaient vers la table. Harm tira la chaise pour Mac, puis plaça l’omelette devant elle.

« Tu n’en prends pas? » demanda t’ elle pendant qu’il retournait dans la cuisine.

Harm revint quelques secondes plus tard, tenant un verre de ce qui ressemblait à un milkshake. Elle fronça le nez d’un air dégoûté. « Je crois que je ne veux même pas savoir ce qu’il y a là dedans. »

Harm rit. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait une remarque condescendante sur ses habitudes alimentaires saines. Et surement pas la dernière. « Juste tout un tas de choses qui sont bonnes pour moi, » lui dit il. « Tu devrais essayer une fois. »

« Je ne crois pas, » dit elle d’une façon théâtrale en commençant à manger l’omelette. « Mmmm. C’est bon. Bien meilleur que le pâté de viande végétarien à la Harm. »

« Hé! » répliqua t’ il en feignant l’indignation, puis il redevint brusquement sérieux. « J’ai réfléchi pendant que tu étais sortie. As tu pensé à la façon dont tu vas annoncer ça à Brumby? »

Mac baissa les yeux vers son assiette, triturant son omelette avec la fourchette. Elle avait passé un bon moment pendant sa promenade matinale à penser à ca, quand elle n’était pas en train de penser à l’homme qui l’attendait dans son lit, du moins. « J’avais pensé l’appeler plus tard dans la journée » concéda t’ elle, « et lui demander s’il veut me retrouver au McMurphy après le travail. Mais je ne sais pas ce que je vais lui dire. »

« Veux tu que j’aille avec toi? » demanda t’ il, inquiet.

Mac secoua la tête tristement. « Même si j’aimerais beaucoup avoir ton soutien, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Je ne veux pas vous voir à nouveau vous battre à cause de moi. » Elle posa la main sur son bras et lui sourit. « J’apprécie vraiment ton inquiétude, mais c’est quelque chose que je dois vraiment gérer toute seule. »

Harm couvrit sa main de la sienne et la serra doucement. « N’oublie pas que je serai là si tu as besoin de moi, » dit il.

« Je sais, » répondit Mac en se penchant pour l’embrasser. « Je sais. »

A suivre

2658 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*