Elle n’aurait pas dû

Elle n’aurait pas dû
ADADAS

Chapitre 3

« Le plus grand bonheur après aimer, c’est de confesser son amour. »

Avion American Airlines
Trajet Washington-San Diego

Mac faisait le même trajet que Harm avait fait quelques mois plus tôt. Elle avait appelé la mère de Harm pour lui dire qu’elle avait une affaire sur San Diego puis qu’elle avait quelques jours de perm’. Trish l’avait invitée à venir dîner le soir même. Harm avait un match ce soir et avait invité ses parents à venir le voir. Mac avait prévenu la base qu’elle arrivait le lendemain pour commencer l’enquête. Beaucoup de monde voulait savoir pourquoi ce lieutenant JG si prometteur s’était donner la mort. Il était fils et petit-fils de brillants officiers. Elle voulait s’expliquer avec Harm avant de commencer cette enquête qui ne serait pas facile sur le plan psychologique. L’amiral l’avait prévenue que si l’affaire semblait facile, elle risquait d’être perturbée par les pressions exercées par la famille et par les haute-sphères. Elle espérait pouvoir compter sur le soutien d’Harm. Il lui avait dit qu’il resterait son ami et il avait toujours dit que le meilleur soutien qu’on pouvait avoir était celui des amis. L’avion amorça sa descente vers San Diego. Alors qu’elle se dirigeait vers le stand de location de voitures, elle vit la mère de son meilleur ami.
_Sarah?
_Mme Burnet? Qu’est ce que vous faites là?
_Je suis venu vous chercher. Harm ne mangera pas avec nous, je suis désolée. Il mange avec l’équipe de foot.
_Ok. Je dois vous avouer que je suis un peu nerveuse à l’idée de le revoir.
_Il n’est pas au courant. Il n’aborde pas très souvent le sujet mais on sent bien qu’il meure d’envie d’avoir de vos nouvelles. Surtout de son filleul, il a une photo de vous deux le portant sur sa table de chevet.
_Oui, il l’avait cassée à Washington. Je crois que c’est la famille Roberts qui a été le plus touchée par son départ. Bud perdait d’un seul coup un ami, un mentor et le parrain de son fils. AJ n’a pas compris pourquoi il était partit. Mais ils ne sont pas les seuls. Sturgis a compris mais l’absence d’Harm ne fut remplacée et même l’amiral a été touché.
_Et vous?
_Moi, je fais avec. Harm est en haut de ma liste de priorité. Son départ a été brutal mais avec Sturgis, j’ai réussit à comprendre à peu près ses raisons, il ne manque plus qu’une explication en tête à tête. Je culpabilise vous savez.
_Quand vous verrez Harm, il risque d’être froid et distant. Vous savez comment il peut être parfois, son côté secret et tout. Sa fierté en à prit un coup. Quand il est arrivé, son regard était vide, même quand il s’est crashé ou quand vous étiez avec Mic, il avait encore une petite étincelle dans le regard mais là plus rien. Je dois dire qu’avec Franck on s’est inquiété mais il a repris du poil de la bête. Son meilleur ami au lycée Daniel l’a aidé, en fait ils se sont aidés mutuellement.
_Comment ça ?
_La femme de Daniel était atteinte d’une maladie incurable, elle est morte peu après avoir donné naissance à son fils. A peu prés un mois après, c’était il y a environ 1 ou 2 mois.
_Oh, cela a dû être dur.
_Oui mais ces garçons sont solides, et puis les jeunes du lycée les motivent. Enfin vous verrez cela ce soir. Voilà on est arrivées.
La maison des Burnet se dressait devant elles. Mac ouvrit les yeux, ce n’est pas comme si elle n’était pas au courant que les parents d’Harm était riche, mais de voir cette maison cela l’impressionnait. Trish sourit, son fils avait eu la même réaction quand Franck avait acheté cette propriété.
Lycée de LaJolla
Cafétéria
20h HL

Le capitaine de l’équipe du lycée de LaJolla était monté sur la table.
_Ecoutez moi tous. Oh!! John, je parle.
_On t’écoute Captain. Qu’est ce que tu veux nous dire?
_Ce soir, le fils du coach Hilling sera présent. Bon il dormira ok mais l’important, c’est qu’il sera là. Les parents du coach Squid seront là aussi. Quand on gagnera ce match, ce dixième match de la saison ce sera aussi notre dixième victoire, dix matches sans défaite. Les seuls à avoir réussit ça, ce sont les gars du coach Squid et nous tout comme eux, on se s’arrêtera pas à cette victoire. On doit gagner, pour le petit Harm, pour le lycée, pour les coaches, pour nous. Vous êtes avec moi ?
Un cri de victoire retentit dans la cafet’. Il est vrai que le lycée n’avait pas eu une équipe sportive avec d’aussi bons résultats sportifs et scolaires depuis une quinzaine d’années. La direction était contente ainsi que la municipalité. Les crédits alloués à la section football déjà très conséquents, étaient en hausse. Les autres entraîneurs poussaient leurs jeunes à faire de même que leurs homologues footballeurs. Daniel s’occupait plutôt de l’attaque, tandis que l’ex-officier de la Navy s’occupait de la défense. Les deux copains se complétaient parfaitement.
_Harm, pendant qu’ils finissent de dîner, j’ai deux-trois trucs à te montrer. Rob, dès que vous avez finis, vous débarrassez et direction les vestiaires sans passer par la case pom-pom girls.
_Ok coach
Harm et Dany se dirigeait vers le bureau des entraineurs.
_L’équipe que nous affrontons ce soir, ce ne sont pas des tendres. Voici nos schémas de l’époque, je sais que les gamins ne les ont pas étudiés mais ils sont assez simples à mettre en pratique.
_OK. Je vais voir si mes parents sont arrivés.
Il sortit du bureau, encore une fois, ils jouaient à domicile. En se dirigeant vers les tribunes, il croisa son ancien coach.
_Coach Paul?
_Harmon Rabb Jr. Je vois que vous avez pris encore quelques centimètres depuis la dernières fois.
_Oui monsieur. Mais qu’est ce que vous faites là?
_J’ai entendu plusieurs rumeurs disant que l’équipe de foot de LaJolla était en passe de rééditer l’exploit de 1980. Alors je suis venue voir de mes propres yeux.
_Ils sont bons monsieur, vraiment. Daniel a fait du bon boulot.
_Allons, mon garçon, tu sais aussi bien que moi que Daniel et toi s’était comme Smith & Wesson. Au foot, chacun de votre côté, ça ne donnait rien, alors qu’ensemble.
Ils furent rejoints par Rob.
_Coach…Whaaa, vous êtes le coach Paul. Vous…vous pouvez passez nous dire quelques mots dans les vestiaires, svp. Coach Squid, la mère de Molly vous cherche pour le petit Harm, elle le récupérera au début du match.
_Ok je vais le chercher. Coach, se fut un plaisir de vous revoir.
_Moi aussi Harm, on se voit à la fin du match.
Tandis que Harm partait chercher son filleul pour le ramener à son père. Bien que Daniel ne soit pas très pratiquant, sa femme l’était et il fit baptisé son fils comme le voulait sa mère. Ce fut naturellement Harm qui fut son parrain et une sœur de Molly fut la marraine. Harmon Rabb repensa à AJ Roberts. Il devait être là pour son 5ème anniversaire, il le devait non pas pour Mac, parce qu’il croyait qu’elle était avec l’agent de la CIA mais pour son filleul. L’enfant n’avait rien à voir avec les problèmes de grandes personnes, il aurait suffisamment le temps d’y arriver et d’avoir son lot de problèmes lui aussi, et malgré tout, il avait gardé un contact régulier avec le gamin.
Il aperçu Jane, la grand-mère de Harm.
_Bonsoir Jane. Il est sage?
_Bonsoir Harm. Un vrai petit ange. Tout le contraire de toi au même âge d’après ce que disait ta mère.
Moly, Harm et Daniel se connaissaient depuis le primaire. Daniel et Harm aux cours de musique et Molly à l’école. Elle était nouvelle et les deux garçons avaient vite fait de s’en faire une amie.
_Ouais, il parait. Mais bon, méfions de l’eau qui dort. Je te le ramènerai au coup d’envoi.
_D’accord. J’ai aperçu ta mère. Je serai près d’elle.
_Ok.
Il prit dans ses bras le fils de son meilleur ami et poussa le landau de l’autre main. Il ne vit pas Sarah qui l’observait de loin. Quand il arriva dans les vestiaires, les ados étaient en cercle et écoutaient les conseils du coach Paul. Harm se posta vers son acolyte et lui passa son fils. Celui-ci était réveillé et regardait autour de lui. Il était déjà très éveillé et faisait la fierté de son père. Il avait les cheveux blonds de sa mère et les yeux bleus-verts de son père. Quand le coach Paul eut fini, Rob se leva et en montrant le fils de Daniel dit pour conclure le briefing d’avant-match.
_Les gars, on va montrer de quoi on est capable. De nous montrer digne de nos prédécesseurs et de montrer la voie à suivre à la prochaine génération.
Sur ces paroles, les joueurs remontés à bloc se dirigèrent vers le terrain.
_Eh beh…Un excellent capitaine que nous avons là. Il est comment sur le terrain?
_C’est le quaterback. Un peu de faiblesse sur les courtes distances mais il bon, vraiment bon.
_En classe?
_A part les maths, il est bon pour l’université.
_En sport ?
_Partout. Je lui fais bosser les maths pour lui combler ses lacunes mais à vrai dire, c’est plus pour le rassurer qu’autres choses. Il ne descend plus en dessous de la moyenne.
_Les gars vous avez fait un excellent travail. Félicitations. Et si vous avez besoin des conseils d’un vieil entraineur, prévenez moi.
_Comptez sur nous coach.
Ils arrivèrent sur le terrain où les joueurs s’échauffaient.
_Harm, tu peux ramener le petit? Il commence à fatiguer.
_Bien sûr, je passe voir mes parents en même temps.
_OK.
Il prit le petit dans les bras et effectivement, il commençait à somnoler. Alors qu’il arrivait vers ses parents et Jane, il aperçut la raison de son départ.
Celle-ci se leva quand elle le vit. Elle ne vit dans ses yeux aucunes traces de haine ou de colère, seulement de la peine, de la tristesse et de l’incompréhension.
_Bonsoir Harm dit Mac
Il se contenta d’un signe de tête. Il se tourna vers Jane.
_Il s’endort à peine. Le landau est dans mon bureau.
_Je vais le prendre. Tu pourras ramener Daniel ce soir, je vais prendre la voiture et rentrer.
_Sans problèmes. Bonne nuit bonhomme, fais de beaux rêves.
Il le tendit vers sa grand-mère et se tourna vers ses parents.
_Vous allez avoir du grand spectacle, ils sont bien décidés à faire aussi bien que nous sinon mieux.
_Tu es un bon exemple fiston. Ils ont la chance de t’avoir.
_Moi aussi j’ai de la chance de les avoir. Je redescends, ça va bientôt commencer.
Il se tourna vers Mac
_Si vous ne comprenez pas tout, demandez à mes parents, ils vous expliqueront. J’essayerai de vous voir à la mi-temps.
Elle lui fait un petit sourire. Elle pensa « Je m’attendais à une totale indifférence, voir à ce qu’il m’ignore totalement. Ca ne s’est pas si mal passé finalement. Il est toujours le même. Non, en fait je crois que d’entraîner ses jeunes l’a grandit, oui c’est çà, il est plus…Harm qu’avant. En plus, l’air californien semble lui réussir. »Elle fut sortit de ses pensées par Trish.
_Alors?
_Je m’attendais à pire, mais le plus dur n’est pas encore arrivé.
_Si vous parlez avec votre cœur, il comprendra. Harm vous aime et c’est pourquoi il se protège. Mon fils ne s’est pas étendu sur les raisons de son départ mais s’il a réagit comme çà, c’est que vous comptiez énormément pour lui.
Le coup d’envoi fut donné. Rapidement la supériorité de l’équipe des Cows de LaJolla ne laissa aucun doute. Leur adversaire ne parvenait pas à gagner un yard, toutes leurs actions étaient repoussées par une défense remontées à bloc et leur défense ne parvenait pas à contrer les offensives de l’attaque lors des deux premiers quarts-temps. Pour eux, le fait de gagner cette dixième victoire consécutive était un véritable objectif à la fois personnel et collectif.
Ils voulaient prouver qu’ils n’étaient pas seulement des gosses de riches, qu’ils avaient un but et qu’ils savaient s’y tenir, que les valeurs qui régissaient depuis toujours l’équipe des « LaJolla’Cows » valaient la peine qu’ils se battent pour elles. La mi-temps arriva. Harm se tourna vers Daniel alors qu’ils arrivaient dans les vestiaires.
_Mac est là, vers mes parents. Je peux aller la voir.
_Bien sûr. Mais si tu pouvais dire quelques mots à ta défense, juste pour les recadrer.
_Ok.
_Harm…Laisse-la parler. Ecoute sa version avant de la juger. Tu n’as pas toutes les versions pour trancher. Maître Rabb.
_Oui votre honneur, et…t’inquiètes pas. La défense par ici. Vous êtes super les gars, mais juste une chose, vous avez tendance de laisser un peu de place dans l’aile droite. Je ne veux pas qu’ils gagnent un yard lors des deux derniers quarts-temps. Vous blitzer toute la soirée, personne ne passe, où je vous jure que vous aller connaitre le banc de touche de très près! Compris ?!?!?
_Oui monsieur !
_Rob, sur le terrain, c’est toi le capitaine, alors commande-moi tes troupes ! Faites le point entre vous. Je reviendrais pour la reprise.
_Oui monsieur.
Il sortit des vestiaires pour se diriger vers le siège de ses parents et Mac. Dès qu’elle le vit, elle se leva pour aller à sa rencontre.
_Vous avez appréciez?
_Oui, bien que je trouve aucun intérêt à ce jeu violent.
_C’est vous qui me dîtes ça? Un Devil Dog Marines. Vous êtes juste jalouse qu’encore une fois, la Navy ait battu les Marines lors du gala annuel.
_Peut-être.
_J’ai pas beaucoup de temps pour parler avec vous, alors allons à l’essentiel.
_Qu’est ce que vous faites là?
_J’ai une affaire à la base de San Diego et…la mission de prendre de vos nouvelles. Harm, pourquoi? Pourquoi être partit comme çà?
_POURQUOI ?!? Vous foutez de moi ? J’avais tout perdu, Mac. Rien ne me retenait à Washington. Ici au moins, je me sens utile, je…je revis.
_Et le petit AJ?
_Je lui écris régulièrement, il m’envoie des dessins, des photos et on se parle au téléphone et par webcam. Bud et Harriet ne vous ont rien dit car je le leur ai demandé.
_Et…et moi?
_Vous ? Clayton est là. Pourquoi je serais resté? Désolé mais vous voir filez le parfait bonheur avec lui alors que c’est lui qui vous avait foutu dans une merde royale, je ne pouvais pas, c’était au dessus de mes forces. Ne vous trompez pas, je veux votre bonheur, vous le méritez plus que n’importe qui. Mais là, sur le coup, non! Mais si c’est avec lui, que vous le vivez alors je suis très heureux pour vous.
_Harm!!!! Sturgis avait raison. Mais je vous ai connu plus combatif. Il n’y a rien entre Clayton et moi. On est ami, juste ami. Il voulait plus mais moi non. Harm, il n’y a jamais rien eu entre nous. Et je suis désolée de vous avoir fait croire le contraire. Rien ne peut excuser l’attitude que j’ai eue à l’hôpital. Vous comptez pour moi, plus que n’importe qui et ce sera toujours le cas. Vous m’avez redis que vous ne vouliez jamais me perdre.
_C’est vrai.
_Je me suis sentie abandonnée Harm. En entendant votre cassette, j’ai cru vous avoir perdu. Je ne savais pas où vous étiez et pourquoi vous étiez parti.
Elle ne put contenir quelques larmes, et les laissa s’échapper. Harm les essuya avec son pouce et la prit dans ses bras.
_La mi-temps va finir, je…je dois y retourner. Venez me voir à la fin du match, on finira cette discutions et vous présenter à Daniel.
_D’accord.
L’ex-capitaine descendit les gradins et retourna voir ses joueurs dans les vestiaires. Il fut intercepté par Rob.
_Monsieur, on a une nouvelle ligne de défense.
_J’écoute.
_C’est James qui nous l’a donnée. Le fiancé de sa sœur vient de sortir d’Annapolis et il lui a filé des anciens schémas tactiques. Il les a étudié et modifié et on a put en sortir quelques schémas de défense.
_Ok, cite-moi les tactiques que vous avez modifié.
_James, vient avec le classeur. Montre au coach les originaux aux variantes.
Il lui montra et arrivé à la dernière.
_Pour celle-là, on s’est interroger et on n’est pas très sûr des modifications.
Comme Harm ne répondait pas
_Coach?
_Ne changez rien, cette technique fait des ravages dans les rangs adverses.
_Comment vous le savez, coach?
_C’est la technique dite de « Hammer ».
_…
_Mais oui ! La photo !
_La photo ?
_Dans votre bureau, la photo, sur votre bureau. Sur l’avion, il y a marqué Hammer.
_Je vous expliquerai le B-A-BA de cette technique dès le prochain entrainement, mais pour l’instant, on a un match à gagner.
En effet Daniel et le reste de l’équipe partaient pour le terrain.
_Rob, jouez plutôt le pratique que le théorique. Je veux bien vous apprendre toutes les techniques que vous voulez mais je veux que vous gagniez ce satané match.
_C’est vous le coach et moi le capitaine !
Les deux quart-temps suivants furent aussi à l’avantage de LaJolla. De retour dans les vestiaires, les joueurs s’étaient assis et discutaient en attendant les coaches. Dès que Daniel et Harmon entrèrent dans les vestiaires, les joueurs se levèrent en silence.
_Qu’est ce qu’il se passe ?
Rob prit la parole
_Coach, on voudrait savoir ce qu’il va se passer maintenant.
_La saison n’est pas finie. Alors on ira jusqu’au bout de vos capacités.
_Donc la saison est loin d’être finie ! dirent plusieurs membres de l’équipe
_Exactement. Je veux que jusqu’au prochain entrainement vous vous reposiez. Vous venez de remporter votre dixième match sans défaites. C’est bien mais ce n’est pas la fin !
_Vous nous réservez des surprises ?
_On peut dire ça comme ça. Le coach Rabb et moi-même nous vous voulons en pleine forme pour Lundi ! OK ?
_Ok!
_Coach Hilling ?
_Oui Rob.
_Avec les gars, on se disait que ce serait pas mal d’instaurer un genre de tradition maintenant qu’on vient de passer la barre des dix victoires.
_Du style ?
_Avant chaque match de manger ensemble et après le match de finir la soirée en cas de victoire dans un café ou un snack.
_Et en cas de défaite ?
_Bah là, on n’a pas trop plancher sur la question.
_Harm ?
_Ca me va. On pourrait commencer ce soir à une condition.
_Laquelle ?
_Vous vous changez d’abord et pour Lundi, on veut un dossier complet de votre projet.
_Ca marche coach !
Les coaches sortirent en laissant les joueurs se changer. Le terrain n’était pas vide, les copains, parents et petites-amis des joueurs attendaient l’équipe pour les jeunes et les coaches pour certains parents. D’ailleurs certains venaient à leurs rencontres dès qu’ils avaient poser un pied sur la pelouse. D’après le proviseur, c’était la première année où les parents venaient par plaisir voir leur fils jouer, et pas seulement pour savoir si ça permettrait au rejeton de décrocher une place à l’université ou pour engueuler le coach. Certains avaient même fait un don au club devant les performances de l’équipe.
_Coach ?
_Mr Brown.
_Que va t’il se passer maintenant pour l’équipe ?
_Ils vont continuer, la saison n’est pas finie.
_On s’est vu avec certains parents et on se demandait si vous ne pourriez pas faire une réunion d’information.
_Dans le style parents-professeurs ?
_Oui.
_On va en discuter entre nous et avec la direction. On vous tient au courant.
Harm avait vu ses parents et Mac se diriger vers eux. Ils prirent congés des parents et partirent rejoindre les Burnet.
_Trish, Franck.
_Daniel.
_Daniel, je te présente le lieutenant-colonel Sarah Mackenzie. Mac voici Daniel Hilling le père du petit Harm que vous avez vu tout à l’heure.
_Enchanté de vous connaitre. Harm m’a déjà parlé de vous.
_De même. Ca m’étonne de lui, il n’est pas très bavard sur sa vie privée.
_J’ai dû lui tirer les vers du nez, je l’avoue.
_Quand vous aurez fini de discuter, on pourrait rejoindre l’équipe. Les jeunes veulent fêter leurs victoires avec nous, donc…
_D’accord.
_Sarah, vous venez avec nous ?
_Euh… (Elle était plus troublée par le fait qu’Harm l’ai appelé Sarah que par la question.)
_Allez, je suis sur que vous avez plein de choses à me raconter sur Squid et ses frasques à Washington.
_D’accord, mon travail ne commence que Lundi.
_A plus tard.
Ils partirent vers les joueurs.
_Monsieur, est-ce qu’on peut venir avec nos copines et des potes ?
_Plus on est de fous, plus on rit. Je tiens comme même à préciser que chacun paye sa part.
Ils se dirigèrent vers le parking et partirent en direction du club. Rob ouvrait la marche et Harm la fermait.
_Vous faites çà souvent ?
_C’est la première fois. A la demande des jeunes.
Le club était en fait un café avec une piste de danse. Les jeunes aimaient venir ici car ils pouvaient discuter tout en pouvant danser. La musique n’était pas aussi forte qu’en boite et les boissons pas aussi chères. Ce qui ne les empêchait pas de se faire des virées dans les clubs branchées de la Côte de temps en temps. Ils prirent leurs quartiers sur le côté droit de la piste de danse. James qui se trouvait sur la droite d’Harm se pencha vers lui.
_Coach Squid ?
_Oui James.
_Qui est la charmante jeune femme qui vous accompagne ?
_Qui te dit qu’elle m’accompagne ?
_Oh je vous en pris ! Vu comment elle vous regarde, ça m’étonnerait qu’elle soit avec le coach Hilling.
_C’est une…amie de Washington, elle s’appelle Sarah Mackenzie.
_Oh?!?!?
_Quoi ???
_Rien, je me demande juste comment on peut rester juste ami avec une femme pareille ?
_James, mon grand, tu as encore beaucoup de choses à apprendre sur la vie et les femmes. Au cas où tu le savais pas, les femmes sont un univers à part. Plus vaste que celui qui nous entoure et surtout beaucoup plus mystérieux et incompréhensible.
_Oh?!?!? Je crois que je vais rester dans la partie connue alors. Shannon, tu danses ?
_Sage décision James.
_Merci coach.
Mac avait vu son ancien partenaire en pleine discutions. Elle se rapprocha de lui et lui demanda :
_De quoi vous parlez ?
_Du mystère féminin.
_Parce que vous l’avez percé ?
_Non. Et je doute de le percer un jour. Je pensais l’avoir en partie découvert mais je me suis mangé une grosse claque. J’ai donc pris la décision de remettre son décodage à plus tard. Pour l’instant, je m’amuse.
Elle lui sourit pour seule réponse. « Que veut-il dire par je m’amuse ? »
_Et vous, avec Daniel?
_Oh, il me racontait comment vous vous étiez rencontré. Je ne savais pas que vous jouiez du piano.
_Si, si, mais je préfère la guitare. Quand vous rentrerez à Washington, demandez à AJ de vous faire écouter le CD que je lui ai fait. C’est quelques chansons que l’on a écrit avec Daniel et que j’ai enregistré pour lui.
_D’accord. Mais…peut-être…non, oubliez.
_Mac??? Je ne vais pas vous manger.
_Peut-être, chez votre mère, vous pourriez me jouer quelques morceaux.
_On verra. Vous avez une enquête à mener.
Elle ne répondit rien et fixa la piste de danse. Harm le vit et se leva pour se mettre devant elle.
_Vous dansez Marine ?
_Avec plaisir, Flyboy.
Daniel les regardait et eut un sourire en coin. Il était en train de discuter avec Rob et celui vit le sourire.
_Le coach Rabb a de la chance, une fille comme ça…
_Ouais, elle aussi a de la chance.
Rob les regarda se diriger vers la piste et eut un sourire en coin
_Vraiment de la chance, tous les deux.
Du côté de Harm et Mac, un slow venait de commencer.

« My life is brilliant.
My love is pure.
I saw an angel.
Of that I’m sure.
She smiled at me on the subway.
She was with another man.
But I won’t lose no sleep on that,
‘Cause I’ve got a plan.

You’re beautiful. You’re beautiful.
You’re beautiful, it’s true.
I saw you face in a crowded place,
And I don’t know what to do,
‘Cause I’ll never be with you.

Yeah, she caught my eye,
As we walked on by.
She could see from my face that I was,
F**king high,
And I don’t think that I’ll see her again,
But we shared a moment that will last till the end.

You’re beautiful. You’re beautiful.
You’re beautiful, it’s true.
I saw you face in a crowded place,
And I don’t know what to do,
‘Cause I’ll never be with you.
You’re beautiful. You’re beautiful.
You’re beautiful, it’s true.
There must be an angel with a smile on her face,
When she thought up that I should be with you.
But it’s time to face the truth,
I will never be with you. »

Alors que la chanson venait de finir, Mac qui s’était lové dans les bras de son ex-partenaire, leva les yeux vers lui. Il avait fredonné la chanson pendant la danse. Elle vit des larmes retenues dans son regard. Il la regarda comme s’il venait prendre conscience de quelque chose de primordial.
_Pourquoi continuez à faire semblant. La chanson a raison. Il est temps de faire face à la vérité, je ne pourrais jamais être avec vous. Vous l’avez dit vous-même. Alors pourquoi faire semblant ? Je…je peux pas… je vais prendre l’air.

A suivre

/* La chanson utilisée est « You’re beautiful » par James Blunt */

1045 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*