Excursion galactique

Note de l »auteur : Cet fanfic est un mélange de Stargate SG1 (pour ce qui ne connaissent pas, ça passait sur M6) et de JAG. Je dois admettre que je ne suis pas une super fan de Stargate, mais j »ai malgré tout essayé de faire le plus proche possible de la série. Pour ceux qui s »y connaissent mieux que moi, je vous demanderais de ne pas m »y porter préjudice.\r\nPour ce qui ne connaissent pas vous pouvez toujours la lire, je pense que vous comprendrez aussi bien que les autres, et l »aventure est avant tout basé sur Harm et Mac.

Quartier Général du JAG
Falls Church, Virginie
23 mai 2002
8h30

Il arrivait au bureau comme à son habitude, traversait le couloir, prit ses messages, entrait dans son bureau, déposa ses affaires et s’assit dans son fauteuil.
Il vit Tiner frapper à sa porte et lui fit signe d’entrer. Le jeune Quartier-Maître entra et lui signala que l’Amiral souhaitait le voir dans son bureau immédiatement. Harm se leva et se dirigea vers le bureau de son supérieur.
 » _Entrez  » fit celui-ci, après qu’Harm eut frappé.
Mac était déjà installée dans un fauteuil en face du bureau de Chegwidden.
 » _Asseyez-vous Capitaine, Harm obéit, si vous êtes là tous les deux, c’est pour une mission peu commode. Vous avez déjà entendu parler de la « Porte des Etoiles », Stargate comme ils l’appellent ?
_Oui, bien sûr c’est un programme qu’a organisé notre gouvernement pour visiter les autres planètes.
_Exactement, ils ont besoin d’avocats pour répondre à leurs besoins juridiques. Ils viennent de découvrir une planète sur laquelle il n’y a vraisemblablement pas de Goa’uld.
_Qui sont les goa’uld, Monsieur ? demanda Mac.
_Les Goa’uld sont des petites bêtes qui se logent dans le corps humain et qui le contrôle. Ils cherchent à envahir toutes les galaxies.
_Et que pouvons-nous faire pour les officiers du programme Stargate ?
_Jouer les interpètes afin qu’ils nous donnent l’accès à leurs technologies nettement supérieurs aux nôtres. Vous partirez avec eux lorsqu’ils retourneront sur la planète CX2123A. Vous partez pour la base Stargate demain matin, en attendant étudiez bien ce dossier.  »
Il leur tendit le document, Harm le prit.
 » _ Vous pouvez diposer, leur dit-il enfin.
_A vos ordres Monsieur.  » dirent-ils en chœur.
Ils sortirent ensemble, puis Harm se retourna :
 » _J’étudie le dossier tout de suite et vous l’amène après. OK ?
_Et si nous dinions plutôt ensemble ce soir, nous pourrons l’étudier à ce moment.
_Pourquoi pas.
_Alors disons à 20h chez vous.
_Plutôt 20h30, je ne sais pas si ma cour-martiale sera finie.
_C’est d’accord, à ce soir Harm.
_A ce soir Mac.  »

Appartement de Harm
Nord d’Union Station
23 mai 2002
20h30

Le soir venu, Mac entra, elle était habillée en civil : jean, chemise. Il la trouvait vraiment très belle que ce soit en civil, en uniforme ou même en robe de soirée, il la trouvait un peu plus séduisante chaque jour.
Quand elle entra Harm venait de finir de préparer leur repas. Ils s’installèrent donc pour manger, ils discutèrent de tout et de rien, puis ils s’assirent sur le canapé du sexy Capitaine de Frégate et commencèrent à étudier le dossier  » Stargate « .
Le dossier se composait de la liste des officiers de l’équipe SG1 : le Général Hammond, le Colonel Jack O’Neill, le Major Samantha Carter, le Docteur Daniel Jackson ainsi qu’un extra-terrestre nommé Teal’c.
Il comportait aussi une série de missions sur d’autres planètes, l’explication scientifique de la Porte des Etoiles, son fonctionnement et des tas d’autres choses moins importantes.
Une fois qu’ils eurent étudié le dossier, ils parlèrent du temps qu’il fait dehors et d’autres choses de ce style-là. Harm souhaitait savoir ce qui était arrivé entre Brumby et Sarah lorsqu’il se trouvait dans l’Océan Atlantique, mais il n’osait pas le lui demander de peur de précipiter les choses dans le mauvais sens. Pour le moment tout se passait merveilleusement bien entre eux et il ne voulait surtout pas que ça change.
Sarah se pencha vers lui au moment où il s’y attendait le moins et s’empara de ses lèvres. Sa chaleur monta dans le corps de Harm comme une flèche, il avait été pris au dépourvu, mais adorait les moments où ils s’embrassaient.
Sarah était contente d’avoir une nouvelle fois fait le premier pas, elle savait que Harm n’aurait rien fait.  » Il faut tout faire soi-même  » pensa t’elle. Elle aurait pu croire que Harm la repousserait, mais il n’avait rien fait de tel.
Harm passa ses mains sous la chemise de la femme qu’il aimait, et caressa son dos.
Mac frissonna au contact des mains de son ami sur sa peau nue.
DRIIINNNGGGGG !!!!!!!!!!!!!
Sarah se détacha vivement de Harm et reprit son souffle. Harm fit de même avant de réaliser que c’était le téléphone. Il se leva et décrocha :
 » _Rabb, fit-il maudissant la personne au bout du fil.
_Harm, c’est moi, fit Renee.
_Renee ! Qu’est-ce que tu veux ? lui dit-il en jetant un coup d’œil à Mac. Elle avait l’air très mécontente.
_C’est au sujet de notre discussion de l’autre jour, tu ne pensais pas réellement ce que tu disais ?
_Si bien sûr, fit-il sans même repenser à la conversation qui l’avait amené à révéler ses sentiments pour Mac à Renee.
_Alors tout est fini entre nous ?
_Pourquoi ? Il y avait eu quelque chose ? lui répondit-il méchamment.
_CLAC.  » Elle venait de lui raccrocher au nez.
Harm prit une légère inspiration pour se détendre et alla se rasseoir à côté de Mac.
Mac se leva et dit :
 » _Je ferais mieux d’y aller.
_Mac… Sarah…  »
Elle ouvrit la porte et sortit assez vite pour que Harm n’eut pas le temps de voir les larmes qui coulaient de ses yeux.
Harm la suivit jusqu’à sa voiture et la retint par le bras avant qu’elle ne parte :
 » _Qu’est ce qui vous arrive ? Vous croyez que c’est un comportement digne d’un Marine ça Colonel ? sans le vouloir il avait augmenté l’intonation de sa voix.
_Harm, dites-moi une bonne fois pour toute si vous et cette trainée êtes encore ensemble ? elle avait séché ses larmes et avait sorti cette phrase d’un trait.
_Quoi ? Vous avez cru que Renee et moi… Mac c’est complètement stupide ! Je ne suis plus avec elle depuis mon départ pour le Patrick Henry, vous le savez bien pourtant.  »
Elle ne répondit pas et monta dans sa voiture, elle regrettait d’avoir cru que Harm soit encore avec cette salope. (censuré)
Elle mit le moteur en marche, mais Harm passa un bras par la fenêtre restée ouverte, se pencha et embrassa Mac sur la joue. C’était la seule partie de son visage qu’il réussit à atteindre avant que Sarah ne parte à toute vitesse.
Il remonta chez lui, très déçu et se coucha directement.

Cheyenne Mountain
Colorado Springs
24 mai 2002
10h15

Ils avaient passé un excellent voyage, sans reparler de ce qui s’était passé entre eux hier soir. Malgré cela ils discutaient joyeusement, chacun avait l’air de penser à ce qu’il allait vivre durant ce voyage par la Porte des Etoiles. Ils se dirigeaient vers une ouverture faite dans une sorte de colline, des 4×4 de l’armée stationnaient devant. Un Général se dirigea vers eux.
 » _Bonjour, je suis le Général Hammond, je vais vous faire visiter la base et vous présenter l’équipe SG1 que vous accompagnerez.  »
Ils ne prononcèrent aucun mot et le suivirent à l’intérieur du complexe.
 » _Colonel, Capitaine voici l’équipe SG1 au grand complet, nous étions entrés dans une salle où se trouvait 4 personnes.
_Madame, je suis le Colonel Jack O’Neill j’espère que ce voyage vous intéressera, je serai tout le temps à votre disposition.
_Merci Colonel, répondit-elle.
_Capitaine Rabb, je suppose, fit Jack.
_C’est exact.
_J’ai beaucoup entendu parler de vous, il paraît que vous êtes un pro de l’aviation.
_Un pro… Je ne dirais pas cela, mais si vous le dites.  »
Le Major Carter s’avança :
 » _Capitaine, vous excuserez le Colonel, il est tombé plusieurs fois sur la tête lors de nos missions. Je suis le Major Carter, je serai là pour vous expliquer le fonctionnement de la Porte. A moins que vous ne sachiez déjà tout.
_Vos informations nous seront certainement très précieuses, Major, fit Mac mécontente que son beau pilote se fasse draguer.  »
Harm se dirigea vers les deux personnes qui étaient restées à l’écart :
 » _Dr Daniel Jackson, je suppose, et vous vous devez être Teal’c.
_C’est exact, enchanté de vous connaître, fit Teal’c en se penchant respectueusement en avant.
_Maintenant que les présentations sont faites, et si nous allions voir la Porte, fit le Général Hammond.
_C’est une excellente idée.  »
Nous nous dirigeâmes vers une salle plus protégée que les autres.
La Porte était de forme circulaire. Elle comportait un quadran avec 14 signes autour. A l’intérieur, elle était vide, on pouvait voir le mur de l’autre côté à travers.
Le Général Hammond décida que nous pouvions aller faire un saut sur la planète qui nous préoccupait après avoir revêti les tenues réglementaires.
Il enclencha la Porte une fois que ce fut fait. La Porte se remplie d’une sorte de liquide plus ou moins solide car il ne coulait pas. On passa à travers […]

Quelque part dans l’univers
Sur la planète CX2123A
24 mai 2002
12h00

Après avoir passé la Porte des Etoiles, ils marchèrent sur une plate-forme et regardèrent l’étendue de champs qui se déroulait sous leurs pieds. Au second plan, ils pouvaient apercevoir une forêt qui n’avait pas l’air très éclairée.
Le Colonel O’Neill descendit les quelques marches qui les séparaient de le terre ferme. Et fit signe à ses compagnons de le suivre.
 » _Il n’y a pas l’air d’y avoir grand monde sur cette planète, fit Mac en s’adressant au Colonel O’Neill.
_Détrompez-vous Colonel, pour le moment ils doivent être rentré dans leur  » maisons  » si je peux appelé ça comme ça, tout en parlant il lui montrait une sorte de complexe de forme sphérique fait d’aluminium ou d’autres métaux de ce genre.
_Qu’est-ce que c’est ? lui répondit-elle.
_Leurs maisons.  »
Harm n’avait pas l’air étonné, il regardait l’habitation sans un mot. Ils s’avancèrent pas-à-pas, puis le Dr. Daniel Jackson, qui les accompagnait, sortit un appareil de sa poche le posa sur le  » mur  » de l’habitation. Ils entendirent tous un petit déclic, puis une vaste porte s’ouvrit sur eux et une lumière blanchâtre les envahit.
Jack les précéda et entra dans la vaste  » demeure « . Harm le suivit, puis le restant de la troupe aussi. L’habitation était grande, les murs étaient de la couleur du métal qui les recouvrait. Elle était composée de très peu de meubles, à part une vaste table circulaire au centre de l’unique pièce, ainsi que des chaises en aluminium autour. On pouvait en compter 10.
Deux personnes d’apparence humaine vinrent à notre rencontre. C’était deux hommes, ils ressemblaient aux êtres-humains en tout point sauf une petite étoile blanche sur leur front.
Ils nous souhaitèrent la bienvenue dans notre langue, et nous invitèrent à nous asseoir pour commencer le débat qui nous préoccupait.
 » _Je crois que nous savons tous pour quelle raison nous sommes réunis ici, commença un des 2 habitant de CX2123A habillé d’une tunique bleue argenté.
_Je crois que nous pouvons commencer les négociations, fit Jack.
_D’après ce que vous avez dit à notre gouverneur, vous souhaitez obtenir certaines de nos technologies. Est-ce exact ?
_Oui c’est exactement ça, répondit Jack à l’adresse de son interlocuteur.
_Mais malheureusement pour vous, nous n’allons pas pouvoir vous montrer tout de suite la puissance de certaines de nos armes. A cause d’un léger problème auquel nous devons faire face sans plus attendre.
_Quand pensez-vous que ce problème sera réglé ?
_Je ne pourrais pas vous répondre pour le moment. Et tant donné que ces informations sont secrètes vous allez devoir retourner sur votre planète en attendant la résolution de notre problème.
_Je n’y vois aucun inconvénient à la condition que vous nous prévéniez lorsque ce sera le cas.
_C’est d’accord… Maintenant si vous voulez bien nous excuser, mon compagnon et moi devons retourner vaquer à nos occupations.
_Aucun problème, nous attendrons votre message.  »
Ils se levèrent tous en même temps et ressortirent de l’habitation.
Les officiers rejoignirent la Porte et retournèrent sur la Terre.
L’équipe SG1 alla parler de ce contre-temps au Général Hammond pendant que Harm et Mac rejoignirent leurs quartiers qui leur avaient été montré auparavant.
Pendant ce temps-là, Jack essayait d’expliquer à Hammond qu’il souhaitait retourner sur CX2123A afin de comprendre les empêchements de leurs futurs nouveaux alliés.
Le Général Hammond accepta et les fit retourner sur la planète après avoir expliqué le situation à nos deux avocats.
L’équipe SG1 « atterrit » au même endroit que la 1ère fois et se mit à l’exploration de la planète.
Ils traversèrent un bois sombre, vraisemblablement dépourvu d’habitations et d’êtres-vivants. Le bois leur parut long, très long, mais ce qu’ils ne savaient pas c’est qu’il ne faisait que 5 km². Il le parcoururent d’Est en Ouest et de Nord en Sud sans rien trouver d’intéressant pas même un simple habitant. Ils ressortirent épuisés de cette marche qui n’avait abouti nulle part. Ils montèrent une petite colline, puis aperçurent un petit village complètement différent de la 1ère habitation qu’ils avaient vue. Il se dirigèrent vers ce village fait de hutte en bois. Les habitants étaient vraisemblablement rentrés chez eux car ils n’en apercevaient aucun.
Arrivés devant une des hutte, Jack voulut frapper, mais s’aperçut qu’il n’y avait pas de porte. Il entra donc faisant signe à ses compagnons de le suivre. Il n’y avait personne dans cette cabane, ils ressortirent donc et jugèrent bon de ne pas aller voir dans les autres huttes. Ils continuèrent leur chemin en dehors du village.
Après plusieurs minutes de marche, ils aperçurent un groupe de soldats armés jusqu’aux dents. Ils ne portaient pas d’uniforme, la majorité des  » hommes  » étaient habillé de noir ou de gris foncé. Ils avaient des fusils mitrailleurs ainsi que des grenades à leur ceinture. Il n’avaient pas l’air très bien organisé, on aurait dit qu’ils marchaient sans réellement savoir où ils allaient.
Jack qui avait pensé à amener des pistolets 9 mm en distribua un à chacune des personnes qui l’accompagnaient. Harm qui avait déjà pensé à amener le sien n’en prit pas.
 » _Vous êtes très prévisible Capitaine  » lui dit Jack. Harm ne répondit rien et s’approcha de Mac de façon à l’avoir sous les yeux si elle faisait des bêtises. Il ne voulait pas la perdre. Mac remarqua l’attention que Harm portait à elle, mais ne dit rien.
Jack leur expliqua qu’ils allaient s’approcher lentement de façon à ce que les soldats armés ne les voyent pas, puis ils iraient s’adresser directement au chef de leur équipe afin d’en savoir un peu plus. Il les avertit qu’il ne fallait surtout qu’ils prennent de risques inutiles. Il fit des groupes de deux qui devrait tenter de les encerclé mais sans faire de geste hostiles qui pourraient les effrayer et ainsi les faire se servir de leurs armes.
Harm et Mac se dirigèrent vers l’arrière de la petite troupe de soldats pendant que Jackson et Teal’c allaient vers la droite, et Sam et Jack vers la gauche. Il restait toujours le devant par où les soldats pouvaient s’enfuir, mais Jack pensa qu’ils préfèreraient certainement se battre plutôt que de fuir comme des lâches.
Ils avancèrent lentement comme prévu. un jeune soldat se retourna, prit peur, leva son arme et se ravisa.
 » _Chef venez-voir on a de la compagnie.
_Vous connaissez les ordres, abattez-les.
_Mais chef ce ne sont pas des militaires du gouvernement et ils n’ont pas l’air de venir du coin.  »
Le chef ne répondit pas, il se contenta de venir voir les deux intrus.
Le chef était grand, mais il restait plus petit que Harm d’au moins une tête, il était brun et avait de drôles de petits yeux verts. Il devait avoir pas loin de 40 ans à en juger pas les petites rides sous ses yeux. Il avait tout comme les autres soldats une étoile blanche sur le front. il portait une tunique noir qui était muni de galons sur le torse du côté droit.
 » _Qui êtes-vous ?  »
Avant que Mac ou Harm aie pu dire quelque chose deux autres soldats s’écrièrent en même temps : « _Chef des intrus !  »
Le chef se retourna brusquement et vit Sam et Jack sur sa gauche, il se retourna de l’autre côté et aperçut Jackson et Teal’c. Jack prit la parole :
 » _Nous ne sommes pas de votre planète, nous venons seulement pour des négociations avec votre gouvernement.
_Vous traitez donc avec notre gouvernement ?
_Oui, nous ne devrions pas être là, mais la curiosité nous a poussé à revenir. Puis nous avons aperçut votre groupe de soldats.
_Le gouvernement que va t’il faire avec vous ?
_Nous divulguer certaines de vos technologies.
_Et vous qu’allez-vous faire ?
_On va en faire autant, mais seulement une fois que nous aurons vu fonctionner vos armes.  »
Le chef s’éloigna et discuta avec un autre  » homme  » qui devait être son second.
Il revint quelques secondes plus tard :
 » _Mon second pense que vous ne représentez aucune menace. Du moins tant que vous ne préviendrez pas le gouvernement du complot que nous préparons.
_Nous ne sommes pas sensés être ici et de toutes les façons je ne vois pas ce que nous pourrions dire puisque nous ne savons rien.
_Oui c’est vrai, je vais vous présentez à mes hommes, puis je vous expliquerais tout. Mais tout d’abord je ne me suis pas présenté : Lieutenant Roger Gordian, anciennement j’étais un des soldats de la milice de notre gouverneur.
_Colonel Jack O’Neill de l’équipe SG1 sur la Terre, et voici le Major Samantha Carter, le Dr Daniel Jackson, Teal’c et deux avocats : le Capitaine de Frégate Harmon Rabb jr et le Lieutenant-Colonel Sarah Mackenzie.  »
Gordian leur désigna son second et leur dit qu’il se nommait Michael Pacino et qu’il était tout comme lui un ancien soldat de la milice du gouverneur. Puis, il les emmena dans une hutte où ils s’installèrent sur de rudimantaire chaise pliable.
Il leur expliqua rapidement qu’ils avaient formé un groupe de résistants pour tenter de renverser le gouvernement autoritaire qui les dirigeait depuis bientôt un siècle. Leur groupe de résistant était composé de 6  » hommes « , mais ils n’étaient pas les seuls dans la région, il y en avait une bonne centaine qui se préparait tous à attaquer le jour de l’anniversaire des cent ans du gouvernement, c’est-à-dire dans 3 jours.
L’équipe SG1 et nos deux avocats décidèrent de rester pour les aider à prendre le contrôle du gouvernement et fixer des élections démocratiques à l’intérieur du pays.

Quelque part dans l’univers
Sur la planète CX2123A
25 mai 2002
8h45

Le lendemain matin, l’équipe SG1 après avoir proposer des armes aux soldats repartirent sur la Terre, laissant Harm et Mac avec notre groupe de résistants.
Harm se réveilla après avoir dormi à peine une heure à cause de la fraicheur de la nuit sur CX2123A. Il vit que Mac était déjà debout, mais n’aperçut pas ses autres compagnons.
 » _Bonjour Mac, bien dormi ?
_Non pas vraiment et vous ?
_Pareil. Où sont les autres ?
_Ils sont repartis sur la Terre pour aller chercher des armes pour aider ses résistants à récupérer le pouvoir.
_Et ils nous ont laissé là ce n’est pas très gentil de leur part.
_Ils ont dit que ça nous permettrait de nous reposer un peu. Mais bien sûr ce qu’ils ne savaient pas, c’est que nous allons devoir marcher jusqu’à la résidence du gouverneur.
_Quelle chance ! Et moi qui croyait qu’on allait pouvoir être enfin tranquille.
_Eh bien ce n’est pas pour tout de suite Harm, nous reprenons la route dans 10 min.
_Eh merde !  » lâcha Harm après que Mac se fut éloignée.
Dix minutes plus tard, Harm et le groupe de résistants reprirent la route. Mac et lui marchaient côte à côte à l’arrière du peloton. Ils marchaient à vitesse constante tout en admirant le paysage. Ils auraient pu croire qu’ils se trouvaient tout simplement dans les Appalaches, mais ils savaient qu’ils n’y étaient pas, loin de là d’ailleurs.
Il y avait des sapins de tous les côtés, de temps en temps un arbre se dressait entre ses congénères conifères. Ils ne virent aucune étendu d’eau ou autre source de liquide quelconque.
Harm pensait à ce qu’il aurait pu faire avec Mac dans un paysage si paisible. S’ils n’avaient pas été là pour le travail, il aurait voulu la prendre dans ses bras et lui dire la vérité sur ses sentiments. Harm regrettait ce qui s’était passé l’autre soir, tout se passait tellement bien, jusqu’à ce que Renee gâche tout comme à son habitude. Mac et lui n’en avaient pas reparlé, il avait donc jugé que les choses c’étaient remises dans l’ordre d’elles-même.
Mac pensait, tout comme lui, aux choses qu’ils auraient pu faire ici, s’ils n’étaient pas venus dans les mêmes circonstances. Elle aurait voulu l’embrasser, l’allonger par terre dans l’herbe. Elle laissa doucement ses pensées dériver et s’imagina par-dessus le corps d’Harm totalement nu. Elle s’imagina qu’il l’aurait basculé sur le dos pour ensuite lui faire l’amour aussi avidement que possible […]
Tout d’un coup, elle ressortit brusquement de ses pensées car elle venait de sentir la main d’Harm toucher la sienne. Sa chaleur l’envahit pendant un court instant, mais Harm retira sa main, ou du moins elle crut que Harm l’enleva volontairement, mais Harm aussi avait senti se bref contact. En fait, c’était Mac qui dans ses pensées s’était rapprochée sans s’en apercevoir de son compagnon et leurs mains s’étaient frôlées. Harm qui souhaitait de nouveau ressentir ce contact reprit délicatement la main de sa partenaire dans la sienne. Mac ne l’enleva pas, elle aimait quand Harm et elle étaient proches et elle aimait encore plus quand elle sentait la chaleur de l’homme de ses rêves envahir progressivement son corps.
Ils marchèrent la main dans la main, pendant une petite dizaine de minutes très agréables à leurs yeux, jusqu’à ce que la petite troupe s’arrête dans une petite clairière afin de se reposer. Ils avaient déjà marché toute la matinée, et étaient tous très exténués. Ils en profitèrent pour se rassasier un petit peu.
Harm et Mac s’assirent côte à côte sans relâcher leur main, puis ils virent que Gordian les observait d’un air intrigué et ils séparèrent leurs mains.
Ils déjeunèrent tranquillement, puis reprirent leur marche.
Ils marchèrent toujours côte à côte, mais pas main dans la main car ils avaient remarqué que Gordian était passé derrière eux afin de pouvoir les observer à sa guise.
Ils s’arrêtèrent une fois la nuit tombée dans une petite clairière où ils montèrent un campement avec des tentes en toile tout comme celles sur la Terre. Harm et Mac en avaient une pour eux.
Ils s’installèrent tous deux devant leur tente alors que les autres étaient déjà couchés. Harm leva le regard au ciel et admira l’immensité de la galaxie avec toutes ses étoiles. Mac suiva le regard de son compagnon et admira elle aussi les étoiles :
 » _C’est beau n’est-ce pas ? fit-elle.
_Oui c’est beau.  » Harm décrocha ses yeux de la voûte sombre et étoilé qu’était le ciel et passa un bras autour de la taille de Sarah. Elle posa sa tête sur l’épaule de son partenaire.
Ils restèrent ainsi enlacer pendant quelques minutes, puis Harm se détacha légèrement de façon à ce qu’il puisse voir le visage de Sarah. Il plongea ses yeux bleus dans son regard sans réellement regarder ses yeux. Il passa son regard sur ce visage si beau à ses yeux. Il s’arrêta de façon inattendu sur ses lèvres, il avait tant envie de les prendre entre les siennes. Mac qui s’aperçut du regard insistant de Harm sur ses lèvres, se pencha lentement vers lui. Mais Harm plus rapide que Sarah prit son menton entre ses doigts et saisit ses lèvres entre les siennes.
Ils s’embrassèrent d’abord avidement, passionnément, puis tendrement. Leur baiser ne devint plus qu’un souffle de langueur voluptueuse.
Ils entendirent tout deux un bruit inquiétant et s’éloignèrent l’un de l’autre brusquement. Harm reprit son souffle et dirigea son regard en direction du bruit. D’abord il ne vit rien, puis lentement il vit deux petites lumières s’avancer vers eux. Il aurait pu croire à des yeux de chat, mais il doutait qu’il y aie des chats sur cette planète.
Il se mit debout et vit que la chose qu’il avait cru être un chat n’était autre qu’une sorte de panthère noire. Mac en s’apercevant tout comme lui de la bête qu’ils avaient en face d’eux se leva doucement et tira Harm par le bras afin que celui-ci s’éloigne du félin. Mais Harm ne bougea pas […]
Ils entendirent une détonation et virent la bête détaler. Ils se retournèrent et virent Michael Pacino, le second de Gordian, une arme à la main. Il avait tiré en l’air afin d’effrayé la bête. Il se dirigea vers eux :
 » _Ce n’était autre qu’une panthère inoffensive comme tous les animaux de notre planète.
_Vous voulez dire qu’aucun de tous les animaux de votre planète n’est capable d’agresser une homme ?
_C’est exact Capitaine. Tous les animaux dangereux ont été rayé de la carte il y a des milliers d’années de cela et ils ont laissé place à des animaux inoffensifs. Vous devriez aller vous coucher une longue marche nous attend demain.  »
Harm et Mac suivirent son conseil et rentrèrent dans leur tente. Harm se coucha sur une sorte de matelas et Mac se coucha à ses côtés, puis elle rabattit la couverture sur leurs deux corps. Harm ne s’endormit pas tout de suite, il passa ses bras derrière sa tête et repensa aux derniers événements survenus dans sa vie. Mac n’arrivait pas à dormir non plus, elle posa délicatement sa tête sur le torse du beau marin allongé à ses côtés. Harm placa son bras sur le corps de sa partenaire et lui caressa tendrement le bras. Ils s’endormirent ainsi installés et se réveillèrent le lendemain alors que le soleil n’était pas tout à fait levé.

Quelque part dans l’univers
Sur la planète CX2123A
26 mai 2002
4h45

Ils levèrent le campement et reprirent leur marche.
Ils marchèrent dans une forêt, puis atteignirent une sorte de petite ville faite de maisons en aluminium comme celles qu’ils avaient vu la 1ère fois.
 » _Nous devons traverser cette ville, il risque d’y avoir quelques gardes du gouverneur, il ne faut surtout pas attirer l’attention sur nous.  » fit Gordian après s’être arrêté.
Ils traversèrent donc la ville sans même avoir vu une seule patrouille.
Dix minutes après qu’ils soient sortis de la ville, ils aperçurent un groupe armé de 5 soldats. Il tenait des fusils mitrailleurs dans les mains prêts à tirer si l’occasion venait. Gordian fit signe à ses hommes de se terrer juste à quelques mètres de la patrouille qui venait de s’arrêter pour se reposer. Harm et Mac sortirent leurs armes et allèrent se cacher avec la petite troupe. Gordian les rejoint deux minutes après, il dit à ses hommes que dès qu’il leur ferait signe ils devraient abattre tous les soldats. Harm objecta, mais Gordian lui dit qu’ils n’avaient pas le choix s’ils voulaient que la mission réussisse.
Deux minutes plus tard, Gordian faisait signe à ses hommes de tirer. Ils les abattèrent tous, mais un dernier qui était parti aux alentours entendit le bruit et rappliqua en douce derrière eux. C’est Harm qui le vu le premier : il visait Mac. Harm dégaina rapidement son arme et tira deux balles : une dans la tête du soldat et l’autres dans sa poitrine. Mac se retourna vivement après avoir vu son compagnon tirer derrière elle. Harm alla vérifier que le soldat était bien mort. Il lui prit son poul, plus rien, l’homme était mort.
 » _Vous m’avez une fois encore sauvé la vie, Matelot, merci.
_De rien.  »
Ils reprirent leur marche après avoir désarmé les patrouillleurs.
Il n’y eut aucun autre contre-temps dans la journée.
Ils arrivèrent à une clairière alors que la lune était déjà haute dans le ciel et le soleil couché depuis bien longtemps. Ils montèrent le campement et allèrent se coucher.
Harm s’allongea sur le matelas et pris Mac dans ses bras, ils s’endormirent presque aussitôt.

Le lendemain, ils reprirent leur marche très tôt, comme la veille. Ils progressèrent jusqu’à une colline qu’ils montèrent rapidement. Arrivés en haut, ils s’arrêtèrent afin de reprendre leur force.
Gordian alla scruter l’étendu de champs et de bois qui s’étendaient sous leurs pieds. Harm le rejoint :
 » _C’est encore loin, demanda t’il à l’extra-terrestre.
_Non, ce n’est plus qu’à 2 km. Vous voyez la résidence entouré de petites maisons là-bas ?
_Oui.
_C’est la résidence personnel du gouverneur, les maisons sont les maisons des gardes et des paysans travaillant pour eux. Nous donnerons l’assaut ce soir une fois le soleil couché. Mais maintenant il faut attendre vos compagnons qui ne vont pas tarder à arriver. Je vous conseille de vous reposer un peu en attendant que je formule les ordres.  »
Harm alla s’asseoir à côté de Mac qui lui demanda de quoi ils avaient parlé, Harm lui fit donc un bref résumé de ce que Gordian lui avait raconté. Une fois qu’il eut fini, Harm et elle continuèrent à discuter de choses et d’autres sans jamais aborder le sujet de leurs sentiments.
Plusieurs heures plus tard, l’équipe SG1 arriva en haut de la colline transportant des fusils mitrailleurs, des grenades, des pistolets automatiques 9 mm, du C4, ainsi que d’autres armes en tout genre.
Ils montrèrent le fonctionnement de ces armes à la petite troupe de soldats. Les résistants comprirent très vite le mécanisme de chacune des armes. Jack distribua une arme différente à chaque soldat, ainsi qu’à nos deux avocats.
Après la distribution, Gordian prit la parole :
 » _Messieurs, nous voilà arrivés. Ce soir, une fois le soleil couché, nous donnerons l’assaut vers la résidence privée de ce gouverneur qui nous a fait endurer un long règne de terreur et de sang dans un régime autoritaire. Cette nuit, ils ne s’attendront pas à une résistance de notre part car ils fêteront les cent ans du règne de la dynastie d’Eidos, nous allons les prendre par surprise et nous les vaincquerons. Chaque groupe de résistants dispersé dans le pays attaqueront à la même heure à chaque endroit où se trouve des personnalités du gouvernement. Ils les tueront ou les emprisonneront à vie pour le régime de terreur dans lequel ils nous ont fait vivre, nous et nos ancêtres, pendant 100 longues années.
Vous, résistants qui vous êtes alliés à moi, ainsi que nos amis venus de la Terre, nous allons attaquer par surprise la résidence de notre gouverneur. Nous ne devrons pas nous faire voir sinon l’effet de surprise aura échoué. Vous devrez tuer tous gardes qui osera se dresser sur votre chemin, je ne veux plus un seul garde en vie lorsque nous aurons atteint la propriété.
Vous avez bien compris votre mission pour ce soir ?
_Oui, répondirent-ils tous en cœur.
_Bien alors maintenant reposez-vous en attendant la tombée de la nuit.  »
Harm et Mac furent stupéfaits de voir à quel point tous ses hommes étaient désireux de combattre pour leur patrie. Ils regardèrent tous les hommes monter leurs tentes afin de dormir un peu avant l’ultime attaque.
Dix minutes plus tard, il n’y avait plus aucun soldat dans les parages : ils dormaient tous.
Harm et Mac montèrent leur tente et y rentrèrent. Harm s’assit sur le matelas et sentis Sarah passer ses mains sur son dos et ses épaules. Elle le massait délicatement. Harm se souvint qu’une fois c’était lui qui l’avait massé précautionneusement. Mac sentit peu à peu son compagnon se détendre sous les mouvements de ses mains. Harm attrapa une main qui passait le long de sa clavicule et caressa lentement les doigts de Sarah. Il oublia tout, l’endroit où ils se trouvaient, les personnes qui pouvaient les entendre non loin d’eux, ce qu’ils auraient à faire tout à l’heure une fois le soleil couché. Il se retourna, puis déposa un léger baiser sur les lèvres de sa compagne qui en désirait plus et qui ne réussit pas à se contenter d’un simple baiser déposé légèrement sur ses lèvres. Son corps s’enflammait à chaque contact de leur peau. Elle passa ses mains sous le T-Shirt de son beau marin, Harm frissonna au contact de ses mains le long de sa colonne vertébrale. Il déboutonna la chemise de Sarah et la fit glisser le long des épaules de la jeune femme. Il passa ses mains partout sur son corps, Sarah sentait la chaleur de son compagnon l’envahir à chaque centimètre de peau qu’il parcourait à la découverte de son corps.
Harm passa sa main sous le cou de sa partenaire et l’allongea délicatement sur le matelas. Il la déshabilla lentement, le plus délicatement du monde. Sarah s’en aperçut et en fit autant avec autant de délicatesse que son compagnon. Elle partit à la découverte du corps d’Harm avant même que celui-ci n’eut pu terminé ce qu’il avait commencé. La langue de Sarah se balladait sur ce corps d’athlète, elle avait envie de plus et remonta délicatement et s’empara à nouveau de ses lèvres.
Harm se plaça lentement par-dessus la femme qu’il aimait. Mac qui ne pouvait plus tenir attira son compagnon encore plus près d’elle de façon à ce qu’Harm la pénètre délicatement. Les corps d’Harm et de Sarah s’enflammèrent du désir qu’ils avaient refoulé pendant si longtemps. Harm exécuta son mouvement de va-et-vient jusqu’à ce que les deux corps allongés dans cette tente atteignent l’orgasme tant désiré depuis ses 5 années de complicté et d’amitié. Harm reprit longueuement son souffle avant de s’allonger sur le dos. Il en voulait encore, mais savait qu’ils n’auraient pas le temps. Sarah posa sa tête sur le torse musclé de son compagnon et le caressa de sa main.
Les deux amants savaient que dorénavant tout ne serait plus comme avant, mais ils s’en fichaient. Tout ce qu’ils désiraient tous les deux, c’était vivre avec la personne de leur rêve et ne penser à rien d’autre. Sarah leva les yeux vers Harm tout en lui caressant les lèvres elle lui dit les mots tant attendus :
 » _Je t’aime Harm.  »
Harm la regarda de son regard le plus séduisant qui reflétait tout l’amour qu’il éprouvait pour cette femme, et répondit sans hésitation :
 » _Moi aussi, je t’aime Sarah.  »
Ce fut là leurs seules paroles et ils savaient que c’était amplement suffisant. Harm et Sarah sombrèrent alors dans un sommeil peuplé de rêve commun à propos de leur avenir mutuel.

Quelque part dans l’univers
Sur la planète CX2123A
27 mai 2002
22h15

Harm et Sarah se levèrent et s’habillèrent rapidement avant que leurs compagnons ne remarquent quelque chose d’inhabituel qui s’était produit entre les deux amants. Ils montèrent la tente et écoutèrent les ordres de Gordian avec une grande attention :
 » _Vous savez tous ce que vous avez à faire, n’oubliez pas, nous devons agir dans le plus grand secret. Aucun des gardes ne doit avoir le temps de donner l’alarme. Alors maintenant allez-y et bonne chance !  »
Harm et Mac munis de leurs armes arrivèrent devant une maison après avoir descendu en grande vitesse la colline. Jack leur avait expliqué que dans toutes les armes données se trouvaient des balles de chloroforme qui endormirait les gardes une fois touchés. Jack ne souhaitait voir aucun mort et pendant leur 1ère nuit d’amour torride il l’avait expliqué à Gordian.
La pluie commença à tomber d’abord tout doucement, puis elle tomba à flot. Le visage d’Harm ruisselait de petites goutelettes d’eau.
Malgré ce malencontreux changement de temps, Harm fit signe à Mac de se cacher de côté et de le couvrir lorsqu’il entrerait dans la cabane. Mac s’exécuta, Harm lui jeta un dernier regard et donna un grand coup de pied dans la porte qui vola en éclats. Il tira deux balles avec son pistolet automatique et Sarah entendit deux corps tomber lourdement sur le sol. Elle jeta un coup d’œil par la porte et vit que Harm avait le contrôle de la situation bien en main. Elle entra à l’intérieur du rudimentaire habitat et passa une main dans le dos de son compagnon :
 » _Alors ?
_Plus personne, on peut y aller.  »
Ce fut les seuls mots échangés. Harm ressortit de la maison et vit un garde en uniforme courir vers une autre maison un peu plus grande. Il entendit une détonation venant de derrière son dos, il fit volte face et vit Mac le pistolet toujours en main alors que le garde tombait sur le sol.
 » _Quelle efficacité Mac, tu m’impressionneras toujours.
_Je suis un Marine Harm, ne l’oublie jamais.  »
Il firent le même ménage dans les deux maisons à côté et virent Jack et Sam s’avancer vers eux :
 » _Alors ? fit Harm.
_Il sont tous endormis dans le secteur Sud et Gordian est déjà dans la résidence.
_Et le secteur Nord ?
_C’est justement ce qui m’inquiète, Gordian était sensé s’en occuper avant d’aller dans la résidence.  »
Ils se dirigèrent vers le secteur Ouest et jugèrent par eux-même que les hommes de Gordian avaient fait de l’excellent boulot. Ils se dirigeaient vers le secteur Nord lorsqu’ils entendirent une grosse détonation qui signifiait que quelqu’un c’était servi du C4. Ils allèrent dans la direction du bruit et virent une maison en ruine au secteur Est. Ils virent un homme le sourire aux lèvres et s’approchèrent de lui afin de l’interroger :
 » _C’est vous qui avez posé du C4 ? demanda Jack.
_Oui c’est moi.
_Vous saviez pourtant que vous ne deviez poser du C4 que en cas d’extrême urgence.
_J’ai pensé que ce serai plus rapide.
_Vous n’êtes pas sensé pensé, vous êtes là pour obéïr aux ordres. Si on vous dit qu’il ne faut pas mettre de C4, vous ne devez pas en mettre. Est-ce bien clair ?
_Oui Monsieur.  »
L’homme les suivit jusqu’à la résidence où était sensé se trouver son chef.
La résidence était grande, bien décorée, ça faisait penser à l’intérieur d’une église, mais il ne faisait pas sombre, bien au contraire. Il y avait de grand couloir étroit bordé de rangées de portes en bois.
Ils entendirent un cris, Harm reconnu la voix du gouverneur qui les avait accueillit, mais il fut le seul à s’en souvenir. Ils coururent en direction du bruit, ouvrirent plusieurs portes à coup de pieds et se retrouvèrent dans une grande salle où se trouvait un bureau, un canapé et des tableaux accroché soigneusement au mur blanc. Ils virent Gordian pointant son pistolet automatique sur la tête du gouverneur. Harm aperçut la haine dans les yeux de Roger Gordian, il vit aussi le désir qu’il avait de tuer cet homme qui avait fait souffrir ses amis.
Jack essaya de s’interposer, mais Gordian fut plus prompt que lui et le menaça de son arme :
 » _N’approchez pas Colonel ou je vous abats comme un vulgaire lapin.
_Gordian, lâchez votre arme. Ça vous servira à quoi de le tuer ? fit Jack en reculant d’un pas devant la menace de l’arme chargé.
_Simplement à me venger et là au moins je serai sûr qu’il ne recommencera pas à nous faire vivre la terreur.  »
Jack ne répondit pas. Il fit signe à Sam, derrière lui, d’éliminer les gardes qui se trouvait encore dans la pièce. Harm vit le geste de Jack à Sam et empêcha le Major Carter de dégainer son arme.
 » _Il va tous nous abattre  » lui chuchota t’il.
Sam se ravisa et baissa son arme sous l’ordre du Capitaine. Puis pensant que l’arme de Gordian était seulement chargé de balle de chloroforme, elle dégaina rapidement et tira une balle en direction d’un des gardes, mais le manqua. Le garde dégaina son fusil mitrailleur et appuya sur la gachette. Mac, avec la rapidité de l’éclair, l’abattu d’une balle pendant qu’elle voyait Sam s’effondrer.
Jack prit de panique élimina les 2 autres gardes restant dans la salle, et alla porter secours au Major Carter visiblement touché à la cuisse.
Gordian qui avait fait exprès de prendre de vrais balles dans son chargeur, tira une salve de trois balles en direction de Mac. Harm sauta sur Mac et la fit s’allonger à terre alors que lui même sentis une balle lui frôler le ventre. Il sentit une immense douleur et s’écroula. Mac s’agenouilla près de lui et lui prit la main tandis qu’elle appliquait délicatement un mouchoir sur la blessure saignante à flot de son compagnon. Harm avait les yeux à demi ouverts, il voyait flou, mais pu quand même distinguer Mac s’agenouiller près de lui et Gordian abattre d’une balle entre les 2 yeux le gouverneur encore pétrifié par tous ses évènements consécutifs.
Le monde tournait autour de lui, il aurait voulu dire quelque chose, mais la douleur lui fit conserver son mutisme. Mac avait l’air terrifié, il aurait voulu lui dire que tout irait bien, mais lui-même n’en était pas certain.
 » _Harm restez avec nous, je vous en prie  » fit Mac dans un souffle à peine perceptible.
Pendant ce temps-là, Jack examina la blessure peu profonde du Major Carter, tandis que les autres personnes de l’équipe venait voir si tout allait bien pour leur chef.
Harm voyait le monde s’écrouler autour de lui, petit-à-petit ses yeux s’embuaient de plus en plus l’amenant enfin dans le noir complet. C’est à ce moment-là que Mac vit son compagnon s’évanouir.

Quelque part dans l’univers
Sur la planète CX2123A
28 mai 2002
7h45

Harm ouvrit les yeux, il ne reconnut d’abord pas l’endroit où il était. L’endroit était sombre, malgré la lumière matinale. Il tourna la tête et aperçut Mac dans un profond sommeil à côté de lui. Il la vit s’agiter, puis se lever trempée de sueur. Elle le remarqua et s’agenouilla près de lui.
 » _Alors Harm comment te sens-tu ?
_J’ai la tête dans le cul pour pas dire autre chose.
_Essaye de conserver ta politesse, veux-tu !
_Ouais, je vais essayer. Tu n’as pas l’air d’avoir très bien dormi. Je me trompe ?
_Non c’est vrai, j’ai passé ma nuit à veiller, et puis quand enfin je me suis endormie, mon sommeil a été peuplé de cauchemars.
_Pas de chance. Moi, je n’ai pas souvenir de m’être endormi, ni d’avoir rêvé.  »
Harm tenta de s’asseoir, mais échoua lamentablement dans un soupir de souffrance.
 » _Reste allongé Harm, tu n’es pas encore guéri. Et je te rappelle que nous n’avons pas de médecin à notre disposition.
_Oui tu as raison… Que s’est-il passé avec Gordian ?
_Il a tué le gouverneur, a contacté toutes les équipes de résistants pour apprendre qu’ils avaient tous vaincu leurs adversaires et il vient d’organiser des élections.
_Aujourd’hui ? lui demanda t-il étonné.
_Oui, il s’est même présenté pour être leur président.
_Eh ben, il en a de drôles d’idées !
_Bah oui, mais qu’est-ce que tu veux, ils ne sont pas tout à fait… Comment dirais-je ? … Pas tout à fait sain d’esprit comme nous ou du moins comme moi, fit-elle un grand sourire aux lèvres.
_Qu’est-ce que tu sous-entend là ?  »
Mac l’embrassa délicatement. Mais au moment où elle allait s’éloigné de lui, Harm l’entoura de ses bras musclés et prolongea leur baiser qui devint plus avide, et bientôt d’une intensité inégalable.
 » _Eh bien Capitaine, je vois que vous vous êtes remis de vos blessures, fit Jack en entrant dans la tente et en les surprenant entrain de s’embrasser.
Harm s’éloigna vivement de Mac qui reprit sa position assise auprès de son amant.
_Oui, c’est gentil de vous inquiéter pour moi, Colonel, lui répondit Harm d’un ton de mécontentement.
_Mais il n’y a vraiment pas de quoi… Bon trève de plaisanteries sérieuses, je suis là pour vous dire que nous repartirons ce soir après avoir reçu les résultats des élections.
_Bien.  »
Jack ressortit de la tente en jetant un dernier regard sur le couple assis sur le matelas de fortune.
Harm regarda Mac s’avancer de nouveau vers lui, le prendre dans ses bras, et l’embrasser.
Après un long et sensuel baiser, Mac rompa le contact entre leur deux corps :
 » _Tu devrais dormir un peu Harm. Tu fais une tête d’enterrement.
_Bah merci ! Je prend ça pour un compliment !
_Harm ! Sérieusement !
_Je sais tu as raison.  »
Il s’allongea et rabattit la couverture sur lui. Mac qui se sentait certainement aussi exténuée que son compagnon, se glissa aux côtés d’Harm et s’endormit la tête posé sur son torse musclé.

Ils se réveillèrent quelques heures plus tard. Harm tenta de se lever, mais ce fut en vain. Mac eu une soudaine idée. Elle sortit de la tente et alla chercher un bâton assez grand et très solide. Elle le ramena à Harm qui se leva avec l’aide de Mac et du bâton. Ils sortirent dehors, Harm pu juger que la pluie qui était tombée la veille avait déjà séché.Ils descendirent la colline où était installé le campement. Harm s’assit sur un rocher pour reprendre son souffle et Mac s’installa à côté de lui.
Ils discutèrent de tout et de rien pendant une dizaine de minutes, puis Mac se releva mit un bras dans le dos de son compagnon et l’aida à se lever. Ils reprirent leur marche ainsi serrer l’un contre l’autre.
Ils avançaient lentement, mais sûrement, Harm avait besoin de s’arrêter de temps en temps pour reprendre son souffle et reposer ses muscles encore endoloris par les évènements de la veille. Il souffrait, mais à chaque fois que Mac lui demandait si ça allait, il niait la vérité.
Tout en boitant Harm et elle réussirent malgré tout à atteindre une petite ville, certainement la même que la veille, même si en plein jour elle ne paraîssait pas tout à fait pareil. Ils marchèrent dans le dédale de petites ruelles tout en étant attentif à la beauté de la petite ville. Elle ne ressemblait en rien à une ville américaine, les petites maisons étaient séparées de barrière en bois ou en métal, les jardins étaient petits, faits en herbe avec par-ci par-là quelques arbustes, les routes n’étaient pas faites de béton ou de bitume, elles étaient tout naturellement faites de petit gravier et de sable. Toute les ruelles avaient vraisemblablement une disposition en arc de cercle avec quelques rues perpendiculaires de temps en temps.
Harm et Mac empruntèrent une des ces ruelles perpendiculaires et la suivirent jusqu’au centre supposé de la ville. En face d’eux se tenait une grande bâtisse qui ressemblait à une église gothique européenne. Ils aperçurent enfin la porte après avoir fait le tour de l’édifice.
Ils entrèrent à l’intérieur après avoir difficilement monté les marches. L’intérieur du bâtiment était sombre, quelques fenêtres munis de vitraux éclairaient d’une très faible lumière blanche. Harm et Mac s’avançaient en contournant les petits bancs installés tels la disposition d’une église. Ils pouvaient apercevoir de temps en temps une petite crypte qui abritait un parloir ou un tombeau d’une personne sainte dont le nom était écrit, dans une drôle d’écriture, en dessous du cercueil sur une plaque de marbre.
Ils continuèrent leur visite de la grande bâtisse, puis ressortirent pour emprunter la ruelle opposée à celle qu’ils avaient suivis tout à l’heure. Ils marchaient toujours aussi lentement, Sarah voyant que Harm souffrait énormément lui proposa de rentrer au campement. Celui-ci accepta, ils empruntèrent donc le chemin du retour.
Harm sentait la douleur remonter dans ses côtes, il n’en pouvait plus, il s’assit sur un rocher obligeant Mac à le lâcher.
 » _Harm ça va ? fit Mac inquiète.
_Non, ça ne va pas, lui répondit-il en essayant d’employer le ton le plus gentil possible pour ne pas la vexer.
_Tu crois que tu vas pouvoir tenir jusqu’au campement.
_Je ne sais pas je vais essayer, mais avant il faut que je me repose un peu.  »
Elle ne répondit rien, elle se contenta de s’asseoir prêt de lui et de lui prendre la main. Harm caressa la paume de sa compagne avec son pouce tout en reprenant son souffle.
Mac n’aimait pas le voir dans cet état-là, et Harm s’en rendait bien compte. Il tourna la tête vers le beau visage de sa partenaire et dans un effort qui lui parut surhumain, il déposa un léger baiser sur ses lèvres. Mac prolongea avidement leur baiser, elle sentait Harm faiblir et lâcha ses lèvres après quelques secondes. Harm se remit debout avec l’aide du bâton. Mac le prit par le bras et ils continuèrent leur marche jusqu’au campement.
Ils retournèrent dans leur tente sur la colline et s’endormirent tous les deux en même temps.

Ils se réveillèrent en entendant des hourras lancés non-loin d’eux. Mac se leva et vit que Harm, étant encore souffrant, ne pouvait pas la suivre. Elle lui dit d’attendre là et qu’elle revenait immédiatement après avoir compris ce qui se passait dehors.
Elle sortit donc de la tente et vit une masse d’hommes rassemblés en bas de la colline. Gordian levait les bras en signe de victoire. Mac demanda à Sam, assise non-loin de là et totalement remise de son égratignure à la cuisse, ce qu’il se passait. Sam lui répondit qu’elles avaient devant les yeux le nouveau Président de la planète CX2123A et qu’ils avaient tous rendez-vous avec lui le soir-même. Elle lui dit aussi que Gordian s’était fait élir démocratiquement par tous les citoyens de la planète. Il n’avait pas encore prévu de programme, mais les citoyens lui faisait vraisemblablement confiance pour ce qui était de leur sécurité et leur bien-être.
Après cette révélation, Mac retourna voir Harm et le lui résuma rapidement. Elle lui dit aussi qu’ils avaient tous rendez-vous avec Gordian.
Après une dizaine de minutes, pendant lesquels Gordian finit son discours, Harm et Mac discutèrent et l’équipe SG1 écoutait le discours du nouveau président, tout ce beau monde rentrèrent dans la tente de Gordian et s’assirent sur des chaises pliables.
 » _Tout d’abord je voudrais vous remercier pour le soutien et l’aide que vous nous avez apporté. Comme vous le savez certainement déjà, j’ai été élu démocratiquement après des élections présidentielles dans les règles de l’art. Tous les citoyens veulent un gouvernement démocratique dans lequel leur sécurité et leur bien-être seront les premières tâches auxquelles je m’adonnerais. Ils savent que je ferai tout pour conserver les valeurs de la démocratie et je vais d’ailleurs, une fois que j’aurais nommé mon 1er ministre, écrire un texte qui regroupera toutes les lois sur lesquelles seront fondées notre société. Ensuite, j’aimerais vous offrir les armes que l’ancien gouvernement vous avait promis. Mais tout d’abord je crois qu’une petite démonstration s’impose. Si vous voulez bien me suivre.  »
Il se leva et l’équipe SG1 ainsi que nos deux avocats le suivirent hors de la tente. Harm et Mac marchaient à l’arrière de la petite troupe, Harm s’aidait toujours de son bâton qui lui servait de canne.
Enfin, ils arrivèrent devant un grand bâtiment où ils entrèrent. Cela ressemblait à un stand de tir. En entrant Gordian donna des ordres inaudibles à un homme qui montait la garde. Celui-ci les exécuta immédiatement et revint avec 3 objets dans les mains.
Gordian se mit debout à plusieurs mètres d’une cible en bois, prit une des arme qui ressemblait à un bazooka, mais en beaucoup moins gros, l’enclencha en appuyant sur un bouton. Ils entendirent un petit déclic suivit d’un bruit qui allait en se dissipant tout doucement. Une fois qu’ils n’entendirent plus aucun son, Gordian appuya sur une sorte de gachette et un laser bleu phosphorescent sortit du canon. En atteignant la cible, il la détruisit instantanément, projetant des bouts de bois en l’air.
Le public fut éblouit par la puissance de l’arme. Mais Gordian n’en resta pas là, il prit une seconde arme qui ressemblait à un AK-80 (fusil-mitrailleur), il le plaça au creux de son épaule et appuya sur la gachette. Le fusil émit une petite détonation et fit partir une sorte de roquette ovale qui en atteignant la cible la réduisit à l’état de poussière.
Le public fut encore plus impressionné que la 1ère fois. Gordian prit de nouveau une autre arme qui ressemblait à un simple pistolet automatique avec un silencieux. Il enleva la sécurité et appuya sur la gachette, l’arme fit partir une balle tout naturellement comme les pistolets en service sur la Terre. Gordian leur fit signe de le suivre. Il sortit de la pièce, puis rentra dans une autre après avoir traversé un long couloir. Harm, avec son sens de l’orientation supposa qu’ils se trouvaient de l’autre côté du mur soutenant les cibles. Gordian s’approcha d’un mur dans lequel, ils purent voir très nettement un petit trou d’assez grande profondeur.
 » _Voici le mur derrière lequel se trouve la cible sur laquelle j’ai tiré. Le mur a une épaisseur d’environ 60 cm en bêton armé. Voyez le trou, il s’éloigna du mur se pencha pour ramasser quelque chose et revint vers eux, et voyez la balle.  »
L’équipe SG1 et même nos deux avocats n’en revenaient pas. Ils retournèrent dans la salle de tir.
Gordian prit la parole :
 » _Voilà, ces trois armes vous seront remises en plusieurs exemplaires lors de votre départ. A ce propos quand partez-vous ?
_Demain, lui répondit Jack.
_Bien alors pour sceller notre amitié, j’aimerais que vous dîniez avec moi ce soir.
_Oui bien sûr.
_Alors allons-y  » fit Gordian en nous faisant signe de le suivre au campement.
Ils retournèrent dans la tente de Gordian, là où ils dînèrent tranquillement.
Après ce copieux repas, nos deux avocats retournèrent dans leur tente après avoir souhaité une bonne nuit au reste de l’équipe SG1. Harm s’allongea tant bien que mal sous la couverture et Mac le rejoint juste après. Elle déposa un baiser sur ses lèvres et allait s’allonger quand Harm enroula ses bras autour de son cou et prolongea leur baiser.
Harm relâcha les lèvres de la femme de ses rêves et dans un souffle :
 » _Je t’aime Sarah, je t’aime comme je n’ai jamais aimé une femme de ma vie.
_Je sais Harm, j’ai appris à comprendre la petite lueur que je vois dans ton regard. Je sais ce qu’elle veut dire maintenant.
_Tant que tu verras cette lueur dans mon regard, tu sauras que je suis encore en vie et suffisamment lucide pour continuer à t’aimer comme je t’aime aujourd’hui.  »
Ce fut là les dernières paroles qu’ils échangèrent. Après ces mots, Harm et Sarah se perdirent dans un long et langoureux baiser. Puis, il s’endormirent paisiblement.

Quelque part dans l’univers
Sur la planète CX2123A
29 mai 2002
8h45

Harm se réveilla seul sur le matelas qui lui servait de lit. Il aperçut sa  » canne  » posée par terre à côté de lui, il la prit et se mit debout avec beaucoup de mal. Ils sortit de la tente et aperçut Mac, seule, regardant l’étendu du paysage qui se déroulait sous ses pieds. Harm s’approcha et l’embrassa doucement dans le cou, Mac se retourna :
 » _Bonjour Harm, bien dormi ?
_Bien mieux que la dernière fois et toi ?
_Très bien. On part dans dix minutes, j’espère que tu es prêt.
_Bien sûr.  »
Ils défirent leur tente, rassemblèrent leur affaires et marchèrent jusqu’à la Porte des Etoiles. Gordian les avait accompagné, il leur souhaita bon voyage, leur remettit les armes et les regarda traverser la Porte.

L’équipe SG1, Harm et Mac se retrouvèrent à Cheyenne Mountain, Colorado Springs quelques minutes plus tard. Le Général Hammond les reçut aimablement et leur demanda un rapport des investigations menés sur CX2123A. L’équipe SG1 et nos deux avocats se retrouvèrent dans la salle de réunion, puis Jack prit la parole et résuma l’histoire que vous connaissez déjà.
Hammond lui demanda de faire une démonstration des armes qu’ils avaient reçu en cadeau.
La petite troupe sortit de la base et Jack fit la démonstration, que Gordian leur avait fait la veille, à son supérieur hiérarchique. Hammond fut épaté, il dit à Harm et Mac qu’une voiture les attendrait ce soir pour les ramener à Washington DC. En attendant, Harm devrait aller se faire soigner à l’infirmerie.
Il s’exécuta, suivit de Mac. L’infirmière l’examina et banda sa blessure tout en admirant le corps musclé de son patient, ce que Mac vit. Elle fut excédée de voir son beau pilote se faire draguer, mais fut contente de voir que Harm ne répondit à aucun des sourires du médecin.
Enfin, Harm et Mac allèrent dans leurs quartiers pour préparer les affaires auxquelles ils n’avaient pas encore touché. Ils dormirent un peu chacun séparemment dans leur propre chambre, puis ils allèrent voir l’équipe SG1 qui se préparait déjà pour une nouvelle mission. Ils leur souhaitèrent bonne chance et repartirent en utilisant la voiture de service qui avait été spécialement néttoyé pour eux.

Quartier Général du JAG
Falls Church, Virginie
30 mai 2002
8h45

Après une nuit de sommeil, Harm et Mac se rendirent au bureau pour faire un rapport détaillé de leur mission à l’Amiral.
L’Amiral les écouta sans dire un mot, puis les félicita :
 » _C’est très bien. Je vous donne à tous les deux une semaine de permission, pendant laquelle vous tâcherez de vous remettre de votre voyage interplanètaire et de votre nouvelle relation.
_Mais Amiral…
_Pas de mais Capitaine, je ne suis pas aveugle, et je vous connais suffisamment tous les deux pour savoir ce qui vous arrive. Vous utiliserez cette semaine de permission à bon escient, j’en suis sûr. Pendant ce temps-là, j’essayerai de vous garder tous les deux sous mon commandement. Maintenant rompez !
_A vos ordres, firent-ils en chœur. Ils se levèrent Mac sortit la première, Harm se retourna vers le bureau de son supérieur :
_Merci Monsieur.
_De rien Capitaine… Vous en avez mis du temps.  » L’Amiral lui lança un sourire et Harm ferma la porte.

Ils rentrèrent chez Harm et passèrent la journée à se reposer. Mac souhaitait un peu plus que ça, mais elle savait que son compagnon n’était pas tout à fait rétablit. Elle décida donc d’attendre.
Ils passèrent les 2 premiers jours de leur semaine de permission paisiblement. puis un soir Harm qui se sentait totalement remis de sa blessure décida de préparer le dîner à sa bien-aimée, alors qu’elle était allée chercher des affaires chez elle.
Ils mit la table, alluma des chandelles et prépara un rapide repas. Puis, il alla prendre une douche et s’habilla d’un jean et d’une chemise.
Il entendit une clé dans la serrure. Mac entra dans la pièce étonnée de voir qu’Harm avait déjà mit la table, et qu’il avait même mit des chandelles.
Harm s’approcha de Sarah la prit dans ses bras et lui donna un baiser. Mac qui ne pouvait plus tenir, laissa tomber son sac par terre et plaça ses bras autour du cou de son compagnon, tout en l’embrassant de plus belle. Harm glissa ses mains sous le T-Shirt de Sarah, en rompant brièvement le contact qui les unissait, il le lui enleva. Sarah déboutonna la chemise de son amant et la lui retira. Ils se déshabillèrent tout en laissant tombé leurs vêtements sur le chemin qui les emmena droit sur le lit, là où Mac s’allongea tout en frissonnant au contact du corps d’Harm sur le sien.
Ils firent l’amour lentement, avidement aussi longtemps, que la santé d’Harm le leur permit. Après cela, Mac posa sa tête sur le torse de son compagnon et s’endormit immédiatement. Harm veilla un peu tout en caressant les cheveux de la femme qu’il aimait. Puis, il s’effondra dans un sommeil peuplé de rêves sensuels.

9 mois plus tard, naquit une petite fille prénommée Jess par ses parents. Elle résultat de l’amour qui les avait unit lors de cette nuit d’amour sensuelle.
5 mois avant la naissance de cette petite fille, Harm et Mac s’unirent officiellement par les liens sacrés du mariage, comme disent certains prêtres. Mais ce ne fut pas un prêtre qui les unit, ce fut un ami de l’Amiral Chegwidden, ancien sous-marinier. Ils ne se marièrent pas non-plus dans une église, mais à La Jolla, toute leur famille avait été réunit pour ce merveilleux évènement. Sarah dont le ventre commençait à grossir formula ses vœux après ceux de son amant. Ils s’embrassèrent sous les applaudissements de toute leur famille, et les hurlements de petit A.J.
Et ainsi, ils vécurent heureux, mais n’eurent pas beaucoup d’enfants, seulement une car ils jugèrent bon que une seule petite fille suffirait. Après tout, ils avaient toujours autant de travail au JAG, mais ils prenaient toujours le temps d’être ensemble tous les trois, comme une famille, une famille heureuse.

FIN…

798 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*