Fly me to the moon

Chapitre 4
Auberge « Rose Garden »
Sur les bords de la Severn
Samedi 24 septembre 1996
La réception
15h30
– Monsieur Kirk ? Serait-il possible d’échanger les deux chambres communicantes contre une seule avec un lit deux places et plus spacieuse ?
– Malheureusement non, monsieur. Nous sommes complet pour le week-end et j’ai peur de n’avoir plus aucune chambre de disponible.
– Dommage. Merci quand même.

Pendant l’entretien d’Harm avec le maître d’hôtel, Brigitte était restée à l’écart, un peu perdue dans ses pensées. Elle songeait avec délice à leur petite escapade dans un des villages voisins. Harm lui avait fait découvrir toutes les beautés du lieu. Elle se mit à penser qu’il connaissait bien la région. Peut être qu’elle n’était pas la première qu’il ….
« Stop ! Je ne vais pas penser à tout cela maintenant. Moi aussi j’ai eu une vie avant lui, et je vais faire tous les efforts pour en avoir une après, alors il peut bien avoir déjà amené quelqu’un ici »

Il fallait qu’elle se rende à l’évidence, elle était en train de s’attacher de plus en plus à ce beau pilote et cela l’effrayait, pourtant ce week-end ne devrait rester rien de plus qu’un merveilleux souvenir…
La main chaude qui se posa dans son dos l’aida à mettre fin à toutes ses questions et elle se laissa simplement guider par Harm jusqu’à la chambre.
Auberge « Rose Garden »
Sur les bords de la Severn
Samedi 24 septembre 1995
15h40
Depuis qu’ils avaient quitté le village, Brigitte ne parlait plus que par monosyllabes, ce qui commençait à inquiéter son compagnon. Une fois la porte de la chambre refermée, il la plaqua contre le mur et commença à couvrir son visage de baisers légers comme des plumes. Il stoppa soudainement.

– Brigitte, dis moi ce qui ne va pas. Pourquoi ne me parles-tu plus ?
– Ce n’est rien Harm. Je suis simplement fatiguée de ces dernières 24 heures et la ballade m’a vraiment épuisée.
– Hum … la ballade ? Ne serait-ce pas plutôt un pilote qui en est responsable ?

La seule réponse de Brigitte fut une petite tape sur le torse musclé d’Harm. Sans qu’il lui laisse le temps de réagir, il la prit dans ses bras et se dirigea vers le lit. Il l’y déposa le plus délicatement possible et remonta la couverture. Brigitte en profita pour le faire basculer sur elle et commença à l’embrasser avec désir. Il fallut à Harm toute sa volonté pour ne pas succomber et pour se détacher de ce corps qui ne demandait qu’une chose.

– Hum Brigitte ? Moi aussi j’en ai très envie. Mais tu es fatiguée. Repose-toi mon ange, pendant ce temps je vais prendre une douche. Nous déciderons ensuite du programme de la fin d’après midi, quoiqu’il ait l’air tout trouvé !

Harm accompagna sa dernière phrase d’un sourire ravageur et d’un clin d’œil, puis il s’éclipsa dans la salle de bain.
Auberge « Rose Garden »
Sur les bords de la Severn
Chambre 116
Samedi 24 septembre 1995
16h15
Quand il en ressortit vêtu simplement d’un boxer, il trouva Brigitte endormie sur le lit, le visage souriant « Dieu qu’elle est belle ! » Et Harm commença à se demander s’il n’aimerait pas se réveiller tous les jours de sa vie auprès d’une femme comme Brigitte. « Elle est tellement merveilleuse…et avec elle les choses sont si simples, je voudrais que ce week-end ne se finisse jamais »
Brigitte gémit, et se réveilla en ouvrant doucement les yeux pour trouver en face d’elle Harm qui la fixait. Elle remarqua tout de suite qu’il ne portait qu’un boxer noir, mais quand il se leva, elle aperçut le dessin sur le boxer et pouffa de rire. Harm la regarda perplexe ne sachant pas s’il devait également rire. D’un signe de tête, elle désigna son boxer.

– Si j’avais su qu’un pilote de l’aéronavale reconverti en avocat portait des boxers Marsupilami …
– Il n’est pas beau mon boxer ? Je l’ai trouvé dans une boutique de Washington et il m’a plu.
– Oh, si, si, il est très bien, simplement j’ai du mal à associer l’homme qui se tient devant moi dans ce boxer et l’officier de l’aéronavale en Dress Whites

Harm se rapprocha d’elle en rampant sur le lit et rajouta d’une voix remplie de désir.

– Mais si le boxer te gêne tant que ça, tu peux me l’enlever.
– Non pas pour le moment, il te va si bien …

Il se coucha sur le flan gauche juste à côté de Brigitte et la prit dans ses bras.

– Alors mademoiselle, votre chevalier servant vous écoute, quel est le programme de la fin d’après midi, même si j’en ai une vague idée.
Brigitte lui caressait le torse. Elle ne comprenait pas comment elle pouvait être autant attirée par lui. Il suffisait qu’il s’approche à moins d’un mètre pour qu’elle perde toute notion du raisonnable. Décidément il pouvait faire d’elle ce qu’il voulait. Un seul sourire et son cœur chavirait. Une seule caresse et son corps se mettait en émoi. Un seul baiser et elle se mettait à le désirer plus qu’elle ne le pensait imaginable. Mais sa dernière remarque l’avait titillée, il était si sûr de lui, elle voulait lui prouver et se prouver au moins une fois qu’elle pouvait lui résister. Et alors le moment où elle cèderait serait d’autant plus intense.

– Mon léger somme m’a fait le plus grand bien. Donc je propose … qu’on retourne se balader le long de la Severn !

Il fallut quelques secondes et le sourire de Brigitte pour qu’Harm réalise qu’elle les mettait au défi de rester plus longtemps sans faire l’amour.

– Vos désirs sont des ordres, Brigitte.

Mais tandis qu’il prononçait cette phrase, un grondement sourd se fit entendre et un éclair déchira le ciel. Le soleil de cet après midi d’automne venait de faire place à des nuages anthracites et menaçants. La pluie ne se fit pas attendre.

– Ok, il y a de l’orage, donc nous ne pouvons pas sortir de l’auberge. La télé est brouillée …. Moi je ne vois qu’une seule activité que nous pouvons pratiquer en attendant la fin du déluge.

Tout en disant cela, Harm la fixait les yeux remplis de désir. Brigitte lui sourit malicieusement.

– Oui moi aussi ! Une partie de cartes ! Il y a un jeu de cartes dans le tiroir de la table de nuit.
– Je joue uniquement si nous faisons un strip-poker.

Il se rendit compte immédiatement de la bêtise de sa proposition quand Brigitte regarda avec insistance le boxer à l’effigie du Marsupilami. Il suffisait qu’il perde une seule partie pour qu’il se retrouve nu comme un ver, tandis que Brigitte avait sa robe et ses sous vêtements à perdre avant de le rejoindre en tenue d’Eve.

Harm gagna la première partie et fit donc enlever à Brigitte sa robe. Mais la vue de ce corps si désirable lui enleva toute concentration et il perdit la deuxième.

– C’est à toi de me l’enlever Brigitte … Sinon je le garde, lui dit il avec malice.

Elle le fit mettre debout et commença à baisser le boxer avec une lenteur calculée, tout en caressant Harm qui n’en pouvait déjà plus. Aussi dès que le boxer atteignit ses genoux, il attrapa Brigitte et l’entraîna avec lui sur le lit. Il ne pouvait attendre plus longtemps, il désirait cette femme, et n’arrivait pas à s’en rassasier. Il lui ôta sa lingerie aussi rapidement qu’il pouvait malgré ses mains tremblantes. Sa langue prenait rapidement le relais de ses mains partout où celles-ci se baladaient mais ce jeu devint un supplice pour Brigitte.

– Fly me to the moon, Harm …

Ce à quoi il répondit, la voix hachée par ses baisers mais également le désir qu’il n’arrivait plus à contrôler :

– Je te l’ai … dit … tes désirs … sont des ordres.

Et il se perdit en elle.
Auberge « Rose Garden »
Sur les bords de la Severn
Chambre 116
Samedi 24 septembre 1995
17h30
Le soleil de ce début d’automne pénétra dans la chambre et vint se refléter sur le visage des deux amants qui se reposaient dans les bras l’un de l’autre. L’orage avait vite été balayé grâce au vent et seul le sol encore humide témoignait de son passage

Doucement Harm s’écarta de Brigitte pour l’embrasser sur le front et ajouta :

– Une petite douche avec moi ça te dit ? Et après je te propose d’aller dans un village à quelques kilomètres, il y a de l’animation ces jours-ci : une fête foraine, c’est le maître d’hôtel qui m’en a parlé. On se trouvera un endroit tranquille pour dîner, ainsi tu m’en diras un peu plus sur toi.
– Ton programme me plait. Et j’ai hâte d’en savoir plus sur toi moi aussi.

723 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*