Il a fallu ça

Disclaimer: Les personnages et les références à la série JAG ou toute autre série nommément évoquée sont la propriété entière des créateurs, scénaristes et producteurs de la série.  Cette œuvre n’est pas destinée à des fins financières ou autres.

Chapitre 7

_Merci d’avoir veillé sur lui.
_C’est normal, les amis c’est fait pour ça.
Mac lui lança un drôle de regard. Devant son air, Keeter ajouta
_C’est une des phrase favorite de ce grand garçon. Il place les autres avant lui, c’est super mais parfois ça apporte son lot de problèmes. Tenez, ça me rappelle un jour à l’Académie…
Et Jack lui raconta quelques histoires à propos de Rabb. Quand il regarda la pendule, il s’aperçut que cela faisait pratiquement une heure qu’ils parlaient.
_Il commence à se faire tard. Dites à Hammer que je repasserai demain.
_Ce sera fait. A demain Jack.
Elle reporta son attention sur Rabb mais il dormait toujours. Elle sentait venir un coup de barre et alla voir s’il n’y avait pas un distributeur de sandwiches et de café. Elle en trouva un vers l’accueil du service de chirurgie. Quand elle revint à la chambre, l’amiral était là et Harm dormait toujours.
_Je vais vous laisser. Meredith doit se faire un sang d’encre. S’il continue à dormir, vous pourriez appeler les Roberts. Connaissant Harriet, elle doit imaginer les pires choses. Je reviendrai demain et Mac…reposez-vous.
_Oui monsieur. Euh…je me présente à quelle heure au JAG demain?
_Vous êtes affecté à Rabb. Dieu seul sait ce qu’il pourrait nous inventer.
_Oui monsieur. A demain.
_A demain colonel.
Elle mangea son sandwiche et appela les Roberts depuis la chambre d’Harm. Il se réveilla alors que Mac parlait à AJ.
_Oui mon bonhomme, oncle Harm est malade et c’est pour ça que nous sommes à l’hôpital. / Mais pourquoi t’es avec lui, toi aussi t’es malade ? / Non, mais quand tu es malade, maman reste avec toi et moi je reste avec Harm pour qu’il ne soit pas tout seul. / Il dort tonton ? / Oui, enfin il vient juste de se réveiller, tu veux lui parler ? / Oui !
Elle lui tendit l’appareil.
_Allô AJ ? / Tonton, t’es encore malade ? / Oui mais je viendrai te voir dès que je sortirai. / Ouais et on fera du foot ? / Tata Mac ne t’as rien dit ? / Non ? / J’ai un plâtre et je marche avec des béquilles. Mais tu pourras me faire un joli dessin sur ma jambe. / Ouais ! Papa et Maman ils veulent te parler. Bisous tonton/ Bisous bonhomme.
_Capitaine ? / Harriet, c’est Harm, pas capitaine. / Comment allez-vous ? / Je dors la plupart du temps mais je devrais sortir à la fin de la semaine. Mac veille sur moi donc ça va. / Peut-on passer demain ? AJ a déjà préparé ses feutres. / Bien sûr et est-ce que vous pouvez prendre les tickets restaurants qui sont sur mon bureau et me les apporter? / Bien sûr monsieur, à demain. / A demain Harriet. / Bonne nuit tonton, dit-le à tata aussi et tu lui fais un gros bisou pour qu’elle ne fasse pas de cauchemars. / Ok matelot. Bonne nuit.
Il raccrocha et se tourna vers sa partenaire. Il tendit la main et Mac glissa la sienne dedans puis il l’attira vers lui, et lui déposa un bisou tout tendre sur la joue. Elle frissonna.
_En quel honneur?
_AJ. Il m’a dit de vous faire un gros bisou pour que vous ne fassiez pas de cauchemars cette nuit et de vous souhaitez une bonne nuit.
_Oh et vous croyez que je ne ferai pas de cauchemars.
_Non, je suis là ! Comment pourriez-vous en faire ?
_Je ne sais pas. Mais il est clair que le baiser de mon filleul va m’aider à passer une bonne nuit.
_Et un baiser du parrain aiderait à passer une excellente nuit ?
_Peut-être. « Bien sûr que oui. »
Ils se rapprochèrent et Harm déposa un baiser plein d’amour sur les lèvres de Mac. Il ne tenta pas d’aller plus loin car premièrement ils étaient dans une chambre d’hôpital et deuxièmement il voulait que l’hypothétique relation qu’il voulait avec Sarah soit baser sur du solide et pas uniquement sur le sexe.
Quand Mac s’écarta, elle lui sourit.
_Ma nuit va être parfaite. Le dîner va bientôt arriver ?
_Oui (il tousse)
Le colonel le regarda inquiète. Il toussait encore beaucoup et avait parfois du mal à respirer. Elle passa sa main sur son front, il était encore un peu chaud. Il s’arrêta enfin.
_Ca va ? Vous avez le front un peu chaud.
_Ca va Mac !! Ce n’est pas la peine de s’inquiéter !!
_…Harm… Je… Vous avez eu un problème de poumon, j’ai..j’ai cru que je ne vous reverrais jamais ! Quand Tiner m’a dit que vous étiez au Pentagone, j’ai craqué..j’ai eu si peur…
Il ne répondit rien mais tendit les bras pour que le colonel vienne s’y blottir. Elle pleura dans ses bras en répétant qu’elle avait eu si peur, qu’elle ne voulait pas qu’il parte. Le capitaine de frégate passa la main dans les cheveux et lui parla d’une voix douce en lui disant qu’il n’irait nul part sans elle, qu’il était désolé. Au bout de quelques minutes, elle releva la tête et essuya les larmes qui lui restaient au coin des yeux.
_Je…euh vais me changer.
Elle disparut dans la salle de bain. Pendant qu’elle était en train de se changer, on apporta à Rabb le plateau-diner. On l’informa aussi que le docteur passerait vers 20h30-21h
_Est-ce que la télé marche ?
_Bien sûr capitaine. Le colonel qui était avec vous est encore ici ?
_Oui, pourquoi?
_Le docteur voudrait la voir. Son bureau est au fond du couloir.
_Je lui dirais.
L’infirmier sortit et Harm essaya de se lever pour allumer la télé mais que marcher sans béquille dans son état s’avérait plus que difficile. Il allait atteindre la télé quand Mac sortit de la salle de bain. Elle avait encore les yeux un peu rouges.
_Qu’est ce que vous faites ?
_Bah j’essaye d’allumer la TV.
_Vous pouvez pas demander comme tout malade normalement constitué ?!?
_Je ne voulais pas vous déranger. Et puis il faut bien que je commence à me débrouiller tout seul, vous ne serez pas toujours là pour me tenir la main.
Elle souri de façon forcé « Mais qu’est-ce-que tu allais t’imaginer, vous vous êtes juste embrassés, tu ne vas pas habiter chez lui tout de suite. »
_Oui mais pour le moment je suis là! Vous au lit et moi je m’occupe de la TV et sans commentaires !
Harm marmonna pour la forme mais se remit au lit. Quitte à se faire dorloter autant que se soit par le plus jolie Marine qu’il connaisse. Il se recoucha et Mac approcha la chaise du lit.
_Puis-je avoir la télécommande s’il vous plaît ?
_Pourquoi vous et pas moi ?
_Parce que le médecin veut vous voir (tousse). Allez-y, je ne vais pas m’envoler, j’ai mon plateau repas.
_A tout à l’heure et pas de bêtises pendant mon absence. (Bisou sur le front)
_Chef oui chef.
Elle sortit non sans jeter un dernier coup d’œil vers le séduisant militaire. Harm lui avait prit son plateau et mangeait devant la télé.

A suivre

1358 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*