Innocence lost and found

Chapitre 9

Trois semaines plus tard
Bâtiment Municipal
Comté de Cook, Illinois

Harm fit une pause en haut des marches de l’imposant building et jeta un regard en arrière aux deux femmes de sa vie. « Tout le monde est prêt pour ce qui nous attend ? »

« Aussi prête que je peux l’être » répondit Mac en forçant son sourire. Rachel hocha simplement la tête et lia ses mains dans les leurs, comme elle l’avait fait si souvent auparavant. Ensemble, le trio traversa la double porte.

Dans le vaste hall d’entrée en marbre, une jeune femme dans un costume soigné gris s’approcha immédiatement d’eux. « Harm, vous êtes à l’heure » Andie Nichols les accueillit avec légèreté, recevant un regard moqueur en retour. « J’espère que votre vol était mieux que le mien ? »

« Aussi bon qu’on peut l’espérer de la part d’un avion subsonique. »

« C’est facile, flyboy » réprimanda Mac en levant les yeux au ciel. « C’est bon de vous revoir, Andie. Ignorez le simplement. »

« Pas de problème. Je suis bonne à ce petit jeu. » Elle décocha un large sourire à son ami de longue date, lui rappelant combien ce pouvait être dangereux de l’avoir elle et Mac dans la même pièce. Ou dans le même état, aussi. « Et ce doit être Rachel. Whoua, quelqu’un t’a-t-il dit déjà que tu as vraiment de très beaux cheveux. »

Rachel réussit à apparaître timide et fière en même temps. « Rachel, voici Andie » dit Harm en les présentant. « Elle va nous aider aujourd’hui. »

La fillette signa un ‘bonjour’ poli, et Harm sourit. « C’est le souffle du passé. Elle vous a appelé Miss Andie. »

« Ah c’est sûr. Je ne pense pas que j’ai entendu ça depuis le Caporal Hawkins. » Andie souriait avec mélancolie, mais rapidement elle redevint sérieuse. « Nous avons obtenu un juge bon et loyal, en la personne de Garret Sanders. Il a la réputation de ne pas mâcher ses mots, cependant, aussi j’espère que vous êtes prêts à discuter de tous les sujets que j’avais évoqués dans mon dernier email. Autant que je le sache, les circonstances de vos auditions à tous les deux dans le cadre de l’article 32 ne devraient pas entrer en jeu, mais Mac, la réprimande officielle que vous avez reçue est dans votre dossier personnel, aussi cela pourrait remonter à la surface. De toute façon, je ne m’attends pas à ce qu’il y ait une très forte opposition à votre demande. Vous êtes tous les deux des officiers décorés et des personnes compatissantes, et vous l’aimez. Cela devrait vraiment être suffisant.

Harm échangea un regard plein d’espoir avec Mac. « Très bien » dit il calmement. « Allons y »

Andie était aussi bonne en actions qu’en paroles. Elle prit en charge la procédure depuis l’instant où ils furent tous assis à la table. « Votre Honneur, mon nom est Andrea Nichols. Je représente Mr Rabb et Mme Mackenzie dans cette audience, puisque c’est dans ma zone de compétence, mais ils sont tous les deux avocats au Corps du JAG dans la Navy, aussi vous n’avez pas besoin de vous inquiéter d’essayer d’employer des mots simples. »

« Bien. Voila qui est rafraîchissant à entendre » répliqua le juge d’un ton pince sans rire. « Laissez moi être sûr d’avoir les faits bien en place avant de commencer. Mr Rabb, vous avez pris temporairement sous votre garde Rachel durant le temps d’une enquête que vous conduisiez ? »

« Oui, monsieur. Puisque j’avais la connaissance du langage des signes, et parce qu’elle se sentait à l’aise avec moi, je requiers qu’elle soit autorisée à rester avec moi. » Mac resta sans expression, mais intérieurement elle était amusée par son explication plutôt simpliste.

« Mais vous n’avez pas d’expérience précédente avec des enfants ? »

« Pas plus que ceux qui sont parents pour la première fois, Votre Honneur. » commenta Andie tranquillement. « Mr Rabb et Mme Mackenzie ont un filleul, cependant – AJ Roberts. Il aura trois ans au mois de mai. Mme Mackenzie est également proche de Chloé Madison, une adolescente dont elle a été le mentor à travers le programme ‘Grande Sœur’. Chloé a depuis quitté Washington, mais elles ont maintenu une amitié au cours des trois dernières années. »

« Avez-vous l’intention de vous marier tous les deux dans un futur proche ? »

« Oui, Votre Honneur. » Mac répondit pour les deux, tendant le bras pour placer sa main sur celle d’Harm. Bien que le geste se passe sous la table, hors de la vue du juge, le regard qui passa entre eux ne fut pas perdu pour lui. « A la fin de l’été. »

« Et vous êtes tous les deux avocats pour la Navy ? En regard des informations que j’ai obtenues sur le site Webb de la Navy, vous êtes procureur ou défenseur lors de cour martiale, et vous conduisez des investigations. De quelles sortes d’investigations parlons nous ? Des dossiers criminels, des incidents à bord de navires ? »

« Un peu des deux, monsieur. »

« Et votre service requiert que vous voyagiez très souvent ? » Mac hésita, mais le juge Sanders souleva un sourcil. « J’ai obtenu la liste de vos dossiers pour l’année écoulée. Italie, Arabie Saoudite, Chine, Afghanistan…..Vous avez fini en zone de guerre. »

« Pour être honnête, Votre Honneur, nous étions seulement à bord de porte-avions dans la région, jamais sur le terrain » clarifia t’elle, mais Harm intervint.

« Monsieur, nous comprenons que de devoir quitter la ville dans un délai presque immédiat n’est pas exactement un environnement stable pour un enfant. Dans quelques semaines, je vais être transféré à un nouveau poste sous le commandement du Naval Air Force Atlantic Fleet. Je serai assigné au Pentagone, et je travaillerai principalement sur des sujets relatifs aux avions et aux personnels aériens, ce qui devrait me garder davantage en ville. Et de même, notre officier commandant a très bien compris notre situation, et il a l’intention d’assigner au Colonel Mackenzie des dossiers en gardant cela à l’esprit. »

Le juge Sanders acquiesça tout en croisant ses mains sur la table. « Je vais aller droit au but maintenant. En me basant sur votre dossier, je suis satisfait que vous soyez capable de prendre soin de Rachel. Ma principale inquiétude, cependant, est qu’en tant qu’officiers militaires vous n’avez pas toujours le contrôle de votre situation. Vous pouvez tous les deux être envoyés au Moyen Orient demain, et il n’y a pas grand-chose que vous puissiez faire contre ça. Où devrait partir Rachel ? »

« Monsieur, la probabilité que quelque chose comme ça arrive est… »

« Cela n’a pas d’importance. C’est une vraie possibilité. Mr Rabb, vous êtes aviateur de formation et vous maintenez votre statut de vol actif. Il y a seulement un an vous avez failli mourir dans un accident en mer. Les parents naturels de cette enfant étaient officiers navals, et c’est la raison principale qui a fait qu’ils nous ont quittés. Je n’ai certainement pas le désir de montrer de l’ingratitude pour votre service, mais je suis inquiet du fait de rouvrir une autre perte aussi grande que celle dont elle a récemment souffert. Cela pourrait être bloquant pour elle. »

Harm et Mac se regardèrent simplement l’un l’autre pendant un moment, temporairement perdus. Aucun des deux n’avait évoqué cette peur particulière auparavant, bien que cela ait traversé leurs esprits par moment, et ni l’un ni l’autre ne savait quoi dire pour calmer cela.

Heureusement, ils avaient une autre personne pour leur prêter main forte. Andie se pencha vers l’avant l’expression incrédule. « Je suis désolée, Votre Honneur, je pense que j’ai dû rater quelque chose. Etes vous en train de dire que votre objection à cette procédure est basée sur la possibilité que l’un ou les deux demandeurs pourraient être tué dans le cadre de leur service ? »

« Franchement, oui. »

« Cette possibilité n’aurait pas pénétré votre pensée si ces deux personnes étaient des civils ? Le monde est imprévisible, Votre Honneur. Le chauffeur de taxi près d’ici peut être assez imprudent. Pourriez vous bloquer une adoption si vous aviez peur que les partis impliqués pourraient être renversés par le taxi sur leur chemin en sortant du tribunal ? »

« Mme Nichols, je pense que vous savez très bien que je fais cela car le risque pour les membres en service est substantiellement plus élevé. Et je n’aime pas l’idée de l’absence parentale, même si les parents sont en train de défendre le pays. Particulièrement avec les besoins spéciaux de l’enfant. J’aurais peur que cela entrave son développement. »

« Respectueusement, monsieur, je désapprouve. Le Capitaine Rabb et le Colonel Mackenzie ont vu et fait des choses que vous et moi ne pouvons même pas commencer à envisager, et ils sont toujours là. Ils ont eu un entraînement et une expérience bien au-delà de toutes choses obtenus par un membre lambda s’enrôlant dans l’armée, et ces choses les aident dans tous les aspects de leurs vies. Monsieur, l’opinion prévalant dans nos sociétés est que le premier, le meilleur des modèles pour un enfant devrait être ses parents. Je ne peux pas vous dire combien de cas j’ai eu à traiter où un enfant était complètement détruit par des adultes dans sa vie. Nous devons hurler à pleins poumons que les parents ont besoin d’apprendre à leurs enfants le vrai du faux, et qu’ils ont besoin d’être impliqué dans le partage des perspectives d’avenirs de leurs enfants. Et bien, voici ce que donne trente et une années combinées dans les forces armées – de l’intégrité, de la discipline, un désir d’excellence, et une foi fondamentale dans le besoin de faire ce qui est juste. Vous avez vu leurs recommandations. Ces deux personnes représentent un code d’authenticité. S’ils transmettaient ne serait ce qu’une fraction de leurs propres principes à Rachel……..je ne peux pas imaginer de meilleur modèle au monde. »

Le regard d’Andie était inébranlable, presque de défi. Harm la regarda et une fois de plus vit l’intensité qu’il avait admirée en elle depuis toutes ces années. Mac cligna des yeux pour repousser les larmes et fixa Rachel, en train de lire un livre au bout de la table. La fillette n’avait pas levé les yeux, mais la tension sur ses frêles épaules trahissait le fait qu’elle savait que sa vie était en train de se décider en face d’elle. Le juge Sanders marqua une pause tout en suivant le regard de Mac.

« Très bien. J’aimerais parler à Rachel seul pendant quelques minutes. Elle n’est pas assez âgée pour être autorisée à prendre une décision officielle par elle-même, aussi dites lui de ne pas s’inquiéter de tout cela. Je vais écrire mes questions, et elle peut écrire ses réponses. Elle sait écrire, n’est ce pas ? »

« Oui, monsieur. Très bien. » Harm signa les instructions à Rachel, qui hocha la tête quelque peu anxieuse. Ils quittèrent la pièce, et immédiatement il se mit à faire les cent pas dans le hall à coté de la porte close.

Andie secoua la tête. « Les choses ne changent vraiment jamais. Sept pas en avant, demi tour, sept pas en arrière. » Harm leva les yeux vers elle, confus, mais elle s’expliqua. « Je me souviens attendant pour l’examen d’appel des règles de droit ? Ces chaussures d’uniformes immaculées que tu portais crissaient sur le sol et tu me rendais dingue. »

« Désolé » répondit il encore distrait. « Au moins ces chaussures ont des semelles en caoutchouc. »

« Ne t’inquiétes pas trop. Ca va très bien se passer, et il devra évidemment admettre la réalité. Même s’il a un préjugé contre la vie des militaires, il va réaliser que c’est bien meilleur que de la mettre dans une famille d’accueil jusqu’à qu’ils puissent trouver un autre couple ayant le vouloir et le savoir pour prendre une enfant sourde. »

« Tu es optimiste, alors ? »

« Je suis confiante. Confiante c’est mieux. »

Mac parla. « Andie….merci. Pour tout ceci, vraiment, mais plus encore pour ce que vous avez dit tout à l’heure. »

« C’était la vérité, Mac. Je sais que vous ne pensez pas à vous-même comme étant quelqu’un de spécial, mais vous l’êtes. Au cours de ce métier, j’ai vu beaucoup de sorte de parents, et vous pouvez me croire quand je dis que Rachel est très, très chanceuse d’avoir même un seul de vous en train de lutter pour elle. » Le ton sérieux d’Andie s’évanouit comme elle se tournait vers Harm avec le regard malicieux. « Par simple curiosité, est ce que ta mère est au courant de tout ceci encore ? »

« Elle sait. Elle a presque eu une attaque quand je lui ai expliqué, mais elle sait. Elle et Frank vont venir nous rendre visite le mois prochain, et j’ai dit en termes clairs que Rachel ne serait probablement pas sa seule petite fille. »

Ils restèrent quelques minute immobiles à attendre là, et puis quand Rachel émergea de la pièce, le juge informa Andie qu’il reviendrait avec sa décision dans une heure. Tous les quatre choisirent de prendre leur mal en patience à la cafétéria au rez-de-chaussée.

« Quel est le signe pour ‘cookie’ ? » demanda Mac, tentant d’aider Rachel à passer commande. Elle avait appris quelques signes basiques au cours des deux semaines passées, mais c’était un lent processus. Harm et Andie répondirent ensemble à l’unisson, surprenant les deux officiers.

« Où est ce tu as appris à signer ? » demanda Harm à son amie, qui haussa seulement les épaules.

« Je l’ai fait pour des besoins spécifiques dans certaines affaires. Beaucoup d’enfants handicapés mentaux sont capables d’apprendre des signes basiques avant le langage parlé, aussi parfois des gamins qui entendent l’utilisent. Je pense que j’ai gardé quelques termes en cours de route. »

Ils réussirent à se distraire en jouant à ‘j’espionne’ avec Rachel et en grignotant du lait et des biscottes. Evidemment, l’horloge interne de Mac l’informa que cinquante quatre minutes étaient passées, et ils remontèrent l’escalier beaucoup d’inquiétude. Ils avaient tellement essayé de ne pas faire monter leurs espoirs, mais si cela ne se concrétisait pas……..

Le Juge Sanders se tenait sur le pas de porte de son bureau quand ils approchèrent. Il fit signe à Andie, qui immédiatement se dépêcha vers lui, et tous deux conversèrent un moment. Quand elle retourna vers ses amis, son expression était indéchiffrable.

Harm saisit la main de Mac, à peine conscient qu’il retenait son souffle. Bon ou mauvais, ils savaient tous les deux que ce moment allait définir leur avenir. « Et bien ? »

Andie sourit et signa une phrase que tous les trois purent comprendre.

[Félicitations, maman et papa.]

A suivre

1286 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*