On this Christmas day

Le jour de Noël
09:49 EST
Base militaire d’Andrews, Maryland
Le Quartier-maître seconde classe Nicholas Winslow se dépêcha d’entrer dans le terminal, ce
débarrassant ainsi de la froideur qu’il avait accumulé en traversant la centaine de mètres que
mesurait le tarmac. Un homme en jeans portant une veste d’aviateur s’approcha de lui et il se
redressa instinctivement. « Capitaine, monsieur ? »

« Joyeux Noël, Quartier-maître. » Ils se serrèrent la main, et Nick était debout hésitant jusqu’à
ce que le Capitaine hausse un sourcil. « Vous n’avez pas la moindre idée de ce que vous faites
ici, n’est-ce pas ? »

« Pas vraiment, monsieur. Tout ce que l’officier de service m’a dit c’est que je devais vous
rencontrer ici et que je bénéficiais d’un jour de permission exceptionnel, le fait est, monsieur,
que je travaille dans la liaison des communications sol-air et vous faites partie du centre Naval
de combat aérien alors je ne vois pas pourquoi vous avez besoin de moi un jour comme celui-
ci… »

« Je vous expliquerai en route. » Harm se dirigea vers le parking et le jeune Quartier-maître
suivit docilement. « J’imagine que je ne vous fais pas rater de quelconques projets
majoritaires de Noël ? »

« Non, monsieur – j’avais juste l’intention de traîner avec un copain dans notre famille
d’accueil. Ils nous trouvent des familles d’accueil pour nous, les célibataires, pour les
vacances de Noël vous savez. Probablement que comme cela nous ne nous plaindrons pas du
misérable dîner de Noël du mess des officiers. » Nick posa son paquetage sur la baquette
arrière et enleva son manteau. « Pour vous dire la vérité, monsieur, c’est un grand
changement. Ma sœur est à l’école ici, alors je pourrais prendre quelques minutes et lui rendre
visite – je veux dire si vous avez le temps. »

« J’ai mieux que ça. Je vous emmène auprès d’elle dès maintenant. »

Nick tournait la tête dans tous les sens comme Harm enclenchait l’embrayage de la Lexus et il
remarqua la légère surprise dans les yeux de l’homme. « Capitaine, avec tout le respect que je
vous dois, en quoi consiste exactement mon rôle aujourd’hui ? »

« Votre rôle, Quartier-maître, est de passer Noël avec une merveilleuse jeune femme à qui
vous avez énormément manqué. Un des avantages d’être le Juge Avocat Général en fonction
est la capacité d’autoriser des ordres de mission à peu près pour tout et spécialement lorsqu’il
y a déjà un vol militaire de prévu et vous n’avez pas besoin d’argent pour vous loger. »

Nick regarda passer le paysage pendant une minute, essayant de comprendre la situation.
« Vous avez fait tout ça uniquement pour Leigh et moi ? »

« Votre sœur est quelqu’un de spécial. Vu qu’elle vous adore, je suis en droit de penser que
vous êtes un gars bien aussi. Tout ce que je fais, c’est un petit quelque chose pour quelqu’un
qui le mérite. »

Ils arrivèrent à Horizon House en un peu moins de vingt minutes. La porte n’était pas
verrouillée. A l’intérieur, une surprise partie animée semblait avoir lieu dans le living-room.
Des papiers abandonnés et froissés, rubans et boîtes jonchaient le sol. Les enfants étaient
concentrés sur n’importe quel jouet ou jeux qu’il y avait pour eux sous le sapin, et chacun
d’eux avait le regard extasié. La plupart de l’équipe se tenait debout à l’écart, observant d’un
air satisfait, mais Leigh était au milieu des enfants jouant gaiement le jeu du serpent et des
échelles avec deux des enfants, repoussant occasionnellement la balle de mousse qui passait
par là. L’espièglerie qui flottait dans l’air était contagieuse et Harm signala à Nick d’attendre
près de la porte alors que lui s’approchait.

« C’est une fameuse fête que vous faites ici. » Cria-t-il, couvrant ainsi le bruit. Leigh le
regarda et rayonna.

« N’est-ce pas merveilleux ? Je n’ai jamais vu autant de joie concentrée de toute ma vie ! »

« Et bien que diriez-vous de continuer sur cette lancée et de pousser la joie une peu plus
loin ? » Prenant les poignées de la chaise, il la fit tourner de telle manière qu’elle puisse voir
le jeune homme en uniforme qui attendait dans l’embrasure de la porte.

Sa bouche s’ouvrit, mais aucun mot n’en sortit. D’énormes larmes se formèrent dans ses
yeux : c’était parfait. Plus que parfait – c’était la seule chose qu’elle n’osait pas espérer.
Comme les enfants jouaient autour d’elle, elle roula inconsciemment vers son frère, elle
actionna les freins, se leva de sa chaise et se jeta dans ses bras.

Nick la rattrapa facilement et serra ses bras autour d’elle. « Doucement, Scoot, » dit-il
gentiment comme elle pleurait contre son épaule. « Tu te ramollis. »

« Tais-toi, » marmonna-t-elle semblant soudain beaucoup plus jeune. Seigneur, Nick, qu’est-
ce que tu fais ici ? »

« Demande au Capitaine. C’est grâce à lui. »

« Elle tourna un grand regard humide vers Harm. « Vous n’avez pas… »

« Je n’ai rien fais qui aurait un impact sur qui que ce soit. Le vol aurait eu lieu qu’il ait été à
bord ou non. » Sourit-il. « De la façon dont je vois les choses, simplement parce qu’une
personne désintéressée peut trouver la joie dans le bonheur des autres, cela ne signifie pas
qu’elle n’a pas droit elle aussi à un peu de bonheur. »

Les larmes coulèrent de plus belle et, alors qu’elle s’accrochait encore plus à son frère, il se
pencha pour la remettre dans sa chaise. « Harm, je – wow, vous m’avez complètement
retournée. Je ne suis même pas capable de formuler une phrase, mais merci. Merci mille
fois… »

« Leigh, je peux honnêtement vous dire que tout le plaisir était pour moi. Seulement rappelez-
vous, Quartier-maître, que votre avion pour Pensacola décolle à 08h45 demain. Sinon votre
officier supérieur va nous passer un savon à tous les deux. »

« A vos ordres. » Nick fit un large sourire à sa sœur. « Alors, as-tu pris la luge de la maison
avec toi ? Il doit sûrement y avoir un parc quelque part dans les environs. »

Harm les laissa seuls tous les deux et rentra chez lui, se sentant quelque peu plus léger en
marchant. Cela lui avait fait du bien. Beaucoup de bien. Alors que ferait-il s’il avait toujours
une grande partie de la journée à perdre ? Hier soir, il avait ressorti la boîte qui contenait les
quelques décorations de Noël qu’il possédait et une part de lui-même lui faisait penser à les
accrocher cette après-midi. Juste pour le plaisir et pour avoir quelque chose à faire. A présent,
il possédait finalement une télévision. Il allait probablement trouver un match de football à
regarder.
Lorsqu’il introduisit sa clé dans la serrure, le bouton de porte tourna facilement, ce qui le
surprit. Jamais en huit ans il n’avait oublié de fermer son appartement à clé. Et il n’y avait que
deux personnes au monde à avoir un double de la clé : Sergei et …

Mac se retourna au son de la porte, le regard légèrement coupable. Son manteau et sa valise
reposaient près du fauteuil, et une guirlande lumineuse pendait dans sa main. « J’ai pensé que,
où que vous étiez, vous deviez rentrer tôt ou tard. » Expliqua-t-elle simplement.

Harm la fixa une minute, essayant de se convaincre qu’elle était bien réelle et non une
création de son imagination. A sa réaction, le sourire de Mac s’estompa légèrement. « Ca ne
vous dérange pas que je sois entrée ? Harm ? Vous allez bien ? »

« Oui, » répondit-il finalement, se ressaisissant. « C’est juste… je pense que mon père m’a
vraiment entendu. »

« Pardon ? »

Pour toute réponse il traversa la pièce à grandes enjambées et la prit dans ses bras de manière
écrasante. Mac fut prise par surprise, et même si c’était une bonne surprise, elle ne pouvait
pas laisser passer ça sans faire un commentaire. « Matelot, je suis seulement partie deux
jours. »

« Bien sûr, mais deux jours qui ont vraiment changé le monde. » Ca la déconcerta encore
plus, mais il relâcha son étreinte et lui prit la guirlande des mains, il tendit les bras et la plaça
au-dessus de la fenêtre. « Je ne sais pas ce que vous faites ici, mais je suis très content que
vous soyez venue. »

« C’était l’idée de Chloe, en fait. Elle a son père avec elle cette année, et la nuit dernière elle a
suggéré que je revienne passer le reste de la journée avec vous. Ainsi j’aurai passé Noël avec
Chloe et avec vous. ». Quelque chose dans sa posture la fit se sentir assez à l’aise pour
continuer. « Je pense qu’elle a pu sentir à quel point vous me manquiez. Umm, quoi qu’il en
soit, voyager le jour de Noël est un vrai plaisir. »

Il se retourna, une expression d’espoir sur le visage qui la fit fondre. « Je vous ai manqué ? »

Elle regarda le sol d’un air presque narquois. « Et moi, je vous ai manqué, huh ? »

« Les grands esprits se rencontrent. » Abandonnant les lumières, il fit un pas vers elle mais
s’arrêta, soupçonnant quelque chose. « Une minute. A quelle heure la nuit dernière avez-vous
discuté de ceci avec Chloe ? »

« 19h30. Juste avant d’aller à l’église. Elle était au téléphone avec une amie je crois et… »

« Je veux bien être pendu si jamais… » Sans élaborer, il se dirigea vers le téléphone et
composa un numéro. Sans surprise, le répondeur s’enclencha. « Leigh, c’est Harm, je n’arrive
pas à croire que vous ayez appelé Chloe et je ne sais pas comment vous avez compris… mais,
merci. Vous ne pouvez pas savoir à quel point ceci est important pour moi. Si jamais Horizon
à besoin de réparations ou de quoi que ce soit de ce genre, je suis votre homme et au
printemps, je vous emmène faire un tour en avion. Bien, quoi qu’il en soit, j’espère que vous
êtes dehors et que vous vous amusez. Joyeux Noël. »
Il raccrocha et retourna près de Mac qui avait les bras croisés et ses yeux plissés. « Vous
devez m’expliquer quelques petites choses, pilote. Qui est Leigh ? Et comment exactement
est-elle impliquée dans cette histoire ? »

« Vu le contexte de la saison, je devrais la qualifier comme étant un ange. » Harm sourit plus
ouvertement et avec plus de contentement qu’elle ne l’avait jamais vu chez lui. « Nous nous
sommes rencontrés lundi soir au mémorial du Vietnam. Ce matin, je lui ai fait un cadeau et il
est évident qu’elle en avait un pour moi aussi. »

« Elle m’a offerte à vous ? »

« Même les anges n’ont pas autant de pouvoir Mac. Personne ne peut vous offrir, excepté
vous. Et c’est en partie de ça qu’il s’agit, je pense. Ce qu’elle ma donné est une meilleure
perspective des choses … ça et une vraie chance de faire quelque chose que j’ai voulu faire
depuis longtemps.

Comme il se rapprochait, sa respiration se fit courte « Et quelle est cette chose ? » Murmura-t-
elle. « Je me laisserais aller et finalement me donnerais à vous. » Relevant son menton avec
son doigt, il plaça un tendre baiser sur ses lèvres tremblantes. « A moins que vous ne
préfèreriez une autre bouteille de parfum à la place. »

« Non, je préfère ceci, » répondit-elle tremblante, lorsque sa voix se décida enfin à
fonctionner à nouveau. « Harm, ce n’est pas pour critiquer le cadeau que je reçois, mais d’où
vient ce baiser ? »

« Est-ce vraiment important, du moment que c’est réel ? »

« Non pas vraiment, mais… »

Il l’embrassa de nouveau, mettant ainsi fin au cours de ses idées et ensuite la serra dans ses
bras. « Un jour je pourrai vous l’expliquer mieux que ça, » promit-il, « mais pour l’instant,
tout ce que je peux dire c’est que je suis prêt à tout faire pour que les choses marche dans ma
vie. Et je sais sans aucun doute que je vais avoir besoin de vous pour cela. Je me suis promis
la nuit dernière que j’arrangerais les choses dès que je vous reverrais, et vous voilà – alors
qu’est-ce que vous en dites ? »

C’est fois, c’est elle qui initia le baiser « Je dirais que ton amie Leigh est vraiment un ange ou
qu’il y a quelqu’un pour nous quelque part là haut. » Dit-elle doucement. « J’ai attendu ce
genre d’opportunité pour essayer de briser la longévité du point mort de notre relation, je
pense, mais je ne sais pas à quoi cette opportunité était sensée ressembler. Et voilà qu’elle
m’est tombée du ciel… il est sage de dire que je suis légèrement submergé. Mais heureux.

« Excellent. Tout le monde devrait être heureux à Noël. »

Elle le fixa, fouillant ses traits pour trouver un signe qu’il réalisait l’absurdité que ce qu’il
venait de déclarer venait de lui. Mais il n’y avait plus l’ombre d’une peine. Une jeune femme
au visage radieux et une maison pleine d’enfants avaient tout effacé, laissant seulement
apparaître son côté fort et déterminé qu’elle admirait tant… la partie de lui qu’elle avait
toujours aimée le plus. Alors elle l’embrassa à nouveau, accentuant encore cette sensation.

« Tu veux terminer la décoration ? » Demanda-t-elle.

« Bien sûr. Ensuite nous pourrons essayer de faire des cookies à nouveau. Je pense que j’ai
trouvé où nous avons commis une erreur l’année dernière. »

« L’erreur que nous avons commise l’année dernière était d’essayer de faire du pain d’épice à
partir de rien au lieu d’aller au supermarché acheter un paquet de préparation. »

« Oh où est votre sens de l’aventure ? »

Alors que la neige tombait sur le District de Columbia, deux amis passèrent la journée à se
redécouvrir, pendant qu’un jeune homme tirait sa sœur à travers tout Rock Creek parc sur une
luge qui avait déjà fait son temps. Tous les quatre confesseraient plus tard qu’ils n’avaient
jamais eu un aussi beau Noël de toute leur vie. Et cela bien entendu avait été le plan de l’ange
depuis le début.
*** The End –

1145 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*