One last time

Traduction par Audrey

Pas de spoilers

Résumé : Harm doit parler à Mac une dernière fois.

Disclaimers : JAG ne m?appartient pas.

L?histoire est basée sur la chanson One Last Time de Dusty Drake. J?incite tout le monde à l?écouter au moins une fois. Cela vous fera penser à beaucoup de choses de votre vie.

Note de l?auteur : Cette histoire se conclut sur une issue très triste. Si vous n?aimez pas les histoires tristes, ne lisez pas celle-ci. Prenez aussi un paquet de mouchoirs près de vous : j?ai pleuré alors que je l?écrivais.

Note du traducteur : C?est ma première traduction mais l?histoire était si touchante que je me suis lancée. Si vous avez le moral à zéro, attendez un peu avant de la lire !

Une dernière fois

Résidence Rabb
Alexandria, Virginie

-Matt, Jacob venez ici, papa est au téléphone. Mac appela ses deux fils comme ils passaient la porte d’entrée en piétinant, alors qu’ils rentraient de l’école. Tout à coup, deux garçons aux cheveux sombres accoururent vers leur mère. Matt, l’aîné, fut le premier à atteindre Mac :
-Hé Papa ! Seras-tu à la maison à temps pour mon match de samedi ? Devine ce qui s’est passé à l’école… As-tu déjà parlé à Mamie et Papy ?
Mille questions fusaient en même temps.

Harm était parti depuis deux semaines pour une enquête à Twenty Nine Palms. Là, Harm allait s’arrêter à La Jolla et rendre visite à ses parents.
-Hé fiston. Je serai là pour ton match samedi. Je ne manquerais cela pour rien au monde. Maintenant, note ce que tu voulais me dire et nous en parlerons quand je serai à la maison. J’ai vu Mamie et Papy hier. Ils vous envoient tout leur amour. Maintenant, laisse-moi parler à ton frère une minute.
Matt passa le téléphone à son petit frère et courut dans la salle de séjour pour regarder des dessins animés. Peu après, Jacob rejoignit Matt sur le parquet et ils attendirent que leur mère finisse de parler à leur père.

-Les garçons, Papa dit qu’il vous aime et qu’il sera à la maison dans la journée de demain. Son vol décolle demain matin. Dit Mac à ses jeunes fils.

Peu après leur mariage, huit ans auparavant, Mac avait appris qu’elle était enceinte de Matt et, deux ans plus tard, Jacob était né. Maintenant, cinq ans après Jacob, elle voulait un autre enfant. Seulement, elle et Harm attendaient encore étant donné qu’il venait juste d’accepter de remplacer l’Amiral Chegwidden l’année suivante.
-Bien les enfants, que s’est-il passé à l’école aujourd’hui ?
Mac s’assit et attendit que ses fils lui racontent tout de leur journée.

Lendemain
Résidence Rabb

Ce matin-là, Mac était occupée à laver les plats du petit-déjeuner lorsque le téléphone sonna. Essuyant ses mains sur une serviette, elle alla répondre. Pour une fois, elle était heureuse que le téléphone sonne. Elle se réjouissait de cette pause après le ménage qu’elle avait fait toute la matinée. De toute façon, c’était presque l’heure du repas. Quoi qu’il en soit, elle ne s’attendait pas du tout à la personne qui lui répondit :
-Résidence Rabb
-Sarah, c’est moi. La voix de Harm lui parvenait, distincte.
-Harm qu’y a-t-il ? Ne devrais-tu pas être dans les airs en ce moment ?
-Nous y sommes. Sarah, je ne sais pas comment te dire ce…
Harm s’interrompit, un sanglot menaçant de lui échapper.
-Harm qu’est-ce qui ne va pas ? Tu ne m’appelles jamais Sarah.
Mac commençait à s’inquiéter. Harm ne l’avait jamais appelée pendant un vol et il ne l’appelait jamais Sarah, à moins que quelque chose aille vraiment mal.
-Sarah quelque chose ne va pas avec l’avion. Ils ne préviennent pas les passagers mais j’ai le sentiment que c’est cela.
-Que veux-tu dire, « c’est cela », Harm ? Tu ferais mieux de ne pas jouer avec moi.
Malgré tout, Mac savait que son mari était sérieux. Des émotions semblaient provenir de partout, colère, douleur et tristesse.
-Mac écoute-moi. Je sais que j’avais promis d’être à la maison aujourd’hui, mais cela n’arrivera pas. Je t’aime tant.
Mac ne savait que dire ou faire. Son mari était en train de lui dire qu’il ne rentrerait plus jamais.
-Harm cela ne peut pas arriver. Je ne peux pas te perdre maintenant, regarde tout ce que nous avons. Regarde tout ce que nous avons traversé. Je ne peux pas te perdre. Elle pleurait dans le téléphone.
-Sarah je devais appeler… Harm s’arrêta une minute, en essayant de retrouver son sang-froid. Il ne voulait pas craquer devant Mac maintenant.
-Je devais dire au revoir. C’est drôle, parfois dans ce monde, tu ne parviens pas à choisir de qui tu tombes amoureux ni quand ton heure a sonné… J’ai eu tellement de chance de te rencontrer et de tomber amoureux de toi. Après toutes les discussions intimes que nous avons eu au long des années, je suis reconnaissant pour chaque jour où j’étais simplement près de toi et où j’ai vu ton sourire.
-Harm et tous les plans que nous avions faits ? Et le bébé que tu m’as promis ? Comment vais-je avoir une petite fille sans toi ? Mac commençait à pleurer sur le téléphone.
-Sarah… Ecoute la communication devient mauvaise. Le pilote vient de nous tirer d’un autre piqué. Je sais qu’il ne reste plus longtemps maintenant. S’il te plaît, fais moi une dernière faveur. Laisse-moi t’entendre sourire une dernière fois.
Harm pouvait entendre les pleurs de Mac, puis un léger gloussement comme elle essayait de sourire.

-Harm, j’ai besoin de te dire que je suis désolée pour toutes les choses que je t’ai faites pendant les années où je suis passée à côté de ton amour. Je t’aurais aimé tellement plus si seulement j’avais su. Mon Dieu, Harm ce n’est pas possible.
-Je n’aurais pas pu désirer une meilleure femme. Tu es ma meilleure amie et la seule personne avec qui j’ai envie d’être. Tu sais de quelle façon nous avons toujours parlé de redémarrer si quelque chose venait à nous arriver. Je veux que tu me promettes de trouver quelqu’un qui t’aimera ainsi que les garçons autant que je vous aime. Ils ont besoin d’un père, même si ce ne peut être moi.
-Harm je ne peux pas ! Les garçons ne comprendront pas. Ils ne comprendront pas pourquoi tu dois les laisser.
-Dis leur seulement que Papa les aime. Dieu, je voudrais pouvoir leur dire au revoir. Fais en sorte qu’ils sachent qui je suis et combien je les aimais. Je voudrais être là pour partager leurs vies. Tu dois être forte pour eux. Ils ne peuvent pas perdre leurs deux parents. Sarah je dois y aller. Je t’aime bébé. Lui dit-il.

-Harm ne raccroche pas ce téléphone. J’ai tant de choses à te dire. Je t’aime tant.
Juste après ces mots Mac entendit le silence. A ce moment, elle sut qu’il était parti.
-Harm est-ce que tu m’entends encore ? Mac hurla dans le téléphone et s’effondra sur le plancher, les larmes inondant son visage et son chemisier.

Elle entendit la ligne mourir et put seulement imaginer ce que son mari traversait au même moment, alors que le pilote essayait sans succès de se dégager du piqué, pour la dernière fois.

FIN

1145 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*